466 - Les effets du projet d’une école ouverte sur les manières d’être élève.

Nadège TENAILLEAU

CREN, France

 

Mots clés : école ouverte, métier d'élève, effet projet établissement.

 

En 1976, La commune de Bégon rassemble son équipe municipale, ses habitants et des enseignants autour d’un nouveau projet : la création d’une école ouverte.

Ce projet correspond au  développement de l’innovation pédagogique, que suggèrent les politiques éducatives nationales et locales du moment (F.Cros, 2002). S’il est vrai qu’à l’époque, l’école à aires ouvertes a tout du projet innovant, pouvons-nous dire qu’aujourd’hui son projet pédagogique reste spécifique ? Ne pas avoir de barrières physiques autour de l’école est assurément singulier. Côtoyer des enseignants différents pour chaque matière, travailler de manières collectives ou en autonomie sur des temps spécifiques, décloisonner n’a plus rien d’innovant si on considère que certaines de ces pratiques ont près d’un siècle.  Alors, au delà de l’innovation, y a t il des effets propres à ce projet ?

C’est à travers une enquête ethnographique que nous nous sommes intéressés aux effets du projet de cette école sur les manières d’être élèves. Si la littérature est foisonnante en ce qui concerne le « métier d’élève », celle qui concerne les effets du projet des écoles ouvertes françaises l’est moins. (M-C.Derouet-Besson, 1998). Cette communication vise donc à apporter de nouveaux éléments sur l’effet-projet d’établissement et plus précisément entre le primaire et le collège.

A partir d’entretiens collectifs et individuels menés auprès d’élèves de CM2 de l’école ouverte que nous avons suivi jusqu’à leur entrée au collège, ainsi qu’auprès d’enseignants, nous avons pu dégager plusieurs caractéristiques propres à notre population.

Il s’avère que les résultats mettent en avant certaines spécificités des élèves de l’école ouverte pour qui « le choc de la réalité » n’est pas le même que pour les autres élèves (Cousin ; Felouzis, 2002). En effet, l’enquête par questionnaire  auprès des élèves de 6ème révèle que le passage du métier d’élèves à celui de collégiens est diffèrent suivant les compétences développées lors des années antérieures. Les enseigants évoquent également quelques particularités singulières aux anciens élèves de l'école ouverte que nous vous exposerons lors de cette prochaine communication.

 

Références bibliographiques:

BONAMI M, GARANT M,(2000), Système scolaire et pilotage de l’innovation : émergence et implantation du changement. Paris, Coll perspective en éducation, De Boeck.

BRESSOUX P,(1994), « Les recherches sur les effet écoles et les effets maitres », Revue Française de pédagogie, n°8, 91-137p.

COUZIN O.; FELOUZIS G., (2002), Devenir collégien, l’entrée en classe de 6ème, ESF éditeur.

CROS F., (2002), « l’innovation en éducation et en formation : topique et enjeux » in Norbert Alter, Les logiques de l’innovation, approche pluridisciplinaires, Paris, La découverte.

DEROUET-BESSON M-Cl., (1998), Les murs de l’école, élément de réflexion sur l’espace scolaire, édition Métailié.

DEMAILLY L. (sous la dir.), (2000), Évaluer les politiques éducatives, Bruxelles,De Boeck.

HOUSSAYE J, (2002), 15 pédagogues : leur influence aujourd’hui, Paris, Bordas Pédagogie.

PERRENOUD P, (1995), Métier d’élève et sens du travail scolaire, Paris, ESF éditeur.

VIAUD M-L, (2005), Des collèges et des lycées différents, Paris, Presses Universitaires de France.