393 - Les conceptions des végétaux chez des étudiants de master 2, futurs professeurs de sciences de la vie et de la Terre.

Robin BOSDEVEIX Université Paris Diderot (LDAR), France

 

Leslie REGAD Université Paris Diderot (MTi), France

 

Yann LHOSTE Université Bordeaux IV (LACES), France

 

Mots clés : Didactique de la biologie, formation des enseignants, conceptions, problème, végétaux

 

Les végétaux ont été définis historiquement comme un règne regroupant des organismes immobiles et insensibles par opposition aux animaux. Cette conception continue d’alimenter largement le sens commun. Le développement de la biologie a entraîné d’importantes rectifications du concept de végétal. Dans l’actuelle classification phylogénétique, les végétaux ne constituent plus un groupe systématique valide (Selosse 2008). Cependant ils constituent un ensemble fonctionnel réunissant les organismes se nourrissant par photosynthèse. Selon le problème scientifique étudié, le concept de végétal n’est pas toujours utilisé avec la même signification. Comprendre les différents sens utilisés pour un même concept implique de percevoir la nature des différents problèmes biologiques. En effet, il n’y a pas de savoirs en dehors des problèmes avec lesquels ils entretiennent une relation dynamique (Bachelard 1938).

Nous cherchons à caractériser les conceptions des végétaux que mobilisent des étudiants en fin de formation universitaire (M2) et qui auront à enseigner ces différents aspects de biologie végétale du collège et au lycée. À l’université, les végétaux sont étudiés de manière morcelée et souvent cloisonnée. Nous cherchons à évaluer comment les étudiants intègrent ces différentes dimensions du concept de végétal, quels types de problèmes ils construisent (Orange 2002) et quelles relations peuvent exister entre la construction de ces problèmes et certains obstacles (Peterfalvi 2001).

Nous avons réalisé une étude didactique préliminaire sur un échantillon de 29 étudiants. Cette nouvelle recherche a une portée beaucoup plus large. Les 333 questionnaires reçus (issus de 26 masters) permettent de conduire une analyse quantitative via le logiciel R. Le questionnaire a été élaboré sur la base des résultats de la recherche exploratoire. Une première question ouverte concerne la définition des végétaux. Une deuxième question demande aux étudiants de se positionner par rapport à l’appartenance aux végétaux de 13 espèces, en raisonnant notamment à partir de caractères fournis. Deux dernières questions concernent le rôle des végétaux dans les écosystèmes et la validité des végétaux dans la classification phylogénétique.

Les résultats montrent qu’un tiers des étudiants ne répondent pas de manière cohérente à l’ensemble des questions. Les deux autres tiers renvoient à cinq types de conceptions  différentes que nous avons caractérisées. Les réponses relatives à un végétal non chlorophyllien mettent en évidence la difficulté des étudiants à articuler une conception fonctionnelle des végétaux et un problème évolutif. De nombreuses réponses mobilisent une argumentation essentialiste (Lecointre 2009), obstacle pour penser l’évolution et la classification dans un cadre phylogénétique.

Ces résultats pourraient contribuer à faire des propositions concernant la formation des futurs enseignants, notamment concernant des moments de structuration du concept de végétal.

 

Références bibliographiques :

Bachelard, G. (1938). La formation de l'esprit scientifique : Contribution à une psychanalyse de la connaissance. Paris: J. Vrin.

Lecointre, G. (2009). Guide critique de l'évolution. Paris: Belin.

Orange, C. (2002). Apprentissages scientifiques et problématisation. Les Sciences De L’éducation, Pour L’ère Nouvelle35(1), 25-42

Peterfalvi, B. (2001). Obstacles et situations didactiques en sciences : processus intellectuels et confrontations. L'exemple des transformations de la matière. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation non publiée, université de Rouen.

Selosse, M.A. (2008). Que sont devenus animaux, végétaux et champignons ? In Peut-on classer le vivant? Linné et la systématique aujourd'hui. Prat, Raynal-Roques & Roguenant (dir.). (p. 225-233). Paris: Belin.