Des enseignants face au tableau : implication, ingénieries et pratiques pédagogiques à l’école primaire.

Villemonteix François (EMA, Université de Cergy-Pontoise)

Béziat Jacques (FRED, Université de limoges)

 

Mots clés : TICE, TNI, génèse instrumentale, pratique professionnelle, activité instrumentée

 

La recherche présentée ici s’intéresse aux enseignants de l’école primaire usagers réguliers du tableau numérique interactif. Le tableau, noir ou numérique, caractérise bien l’espace scolaire, il reste le complément ou le prolongement de la parole du maître et un « lieu de tâtonnement épistémique » (Billouet, 2007). L’adoption effective du TNI pourrait donc s’expliquer par le fait que ce dispositif technique ne modifie pas la position traditionnelle de l’enseignant et n’amène pas de bouleversement immédiat dans sa façon d’enseigner (Somekh et al, 2007). Mais compte tenu de la complexité des opérations à mettre en œuvre et des difficultés techniques à résoudre, des renoncements adviennent et le TNI finit parfois par ne plus être utilisé. Le changement d’artefact n'allant pas de soi, d’autres facteurs interviennent donc dans le processus d’adoption.

Cette recherche s’intéresse aux cas particuliers d’enseignants ayant été concernés par des dotations de TNI aujourd’hui achevées. Les enseignants visés ne bénéficient plus d’un soutien spécifique particulier et sont amenés à faire face aux aléas et aux contraintes de manière isolée. Certains maintiennent pourtant une activité instrumentée avec le TNI dans une situation parfois dégradée, mais néanmoins stable. Pour ces enseignants, le TNI est devenu un nouvel instrument (Rabardel, 1995) un artefact cognitif  (Depover, Karsenti, & Komis, 2007) et sa prise en main les a conduit, même très partiellement, à faire évoluer son usage pédagogique.

La recherche conduite permet d’identifier trois facteurs qui contribuent à expliquer le maintien de leur activité instrumentée avec le TNI. Le premier renvoie à la capacité de gérer les aléas en cours d’utilisation et de maintenir une certaine stabilité dans la gestion de la classe. Le second concerne le processus de genèse instrumentale lui-même et en particulier la « part de soi » (Villemonteix & Stolvijk, 2011) doublée des intentions d’usage que l’enseignant accorde au dispositif technique. Le troisième concerne l’ingénierie éducative mise en place par l’enseignant. Les nouvelles formes de gestion, de mise à jour et de normalisation de ses ressources caractérisent la configuration d’un « environnement numérique » professionnel propre et contribuent à une évolution de la professionnalité enseignante.

Les données traitées sont issues d’entretiens semi-directifs, d’observations de séances de classes et de temps de préparation de ressources pour le TNI menés avec des enseignants usagers. Il s’agit d’abord d’appréhender le système de contraintes de l’activité professionnelle (Béziat & Villemonteix, 2012) et d’identifier les conditions du processus d’appropriation du TNI (Rabardel, 1995). Le troisième s’intéresse à l’analyse des compétences professionnelles des acteurs en jeu (Pastré, Mayen, & Vergnaud, 2006).

Les analyses font apparaître trois tendances principales :

1. La production de ressources en flux continu constitue un des facteurs contribuant au maintien de l’activité instrumentée avec le TNI. Cette production régulière se fait au fil de l’eau et amène l’enseignant à réadapter progressivement son environnement de travail, par la mise en œuvre de procédés de stockage et de normalisation des ressources accumulées.

2. La présence d’un certain niveau de compétences instrumentales et de connaissances informatiques chez plusieurs enseignants contribue à une grande stabilité de leurs pratiques et à l’existence de démarches d’invention. Leur déficit chez d’autres enseignants fragilise les pratiques et constitue parfois un facteur de mésusage.

3. La régularité de certaines utilisations du TNI ne permet pas de préjuger de la qualité intrinsèque des ressources mobilisées ni des pratiques mises en œuvre.

Ces premiers résultats sont transitoires et doivent être à précisés à travers la poursuite de la recherche. Au-delà de l’enthousiasme, de la curiosité, des doutes ou des craintes initiales, l’enjeu est d’identifier les processus permettant aux enseignants de normaliser le TNI dans leurs pratiques professionnelles et d’en comprendre l’évolution.

 

Références bibliographiques :

Somekh, B., Haldane, M., Jones, K., Lewin, C., Steadman, S., Scrimshaw (2007). Evaluation of the primary schools whiteboard expansion project. London: Report to the Department for Education and Skills. BECTA.

Béziat, J. et Villemonteix, F. (2012). Les technologies informatisées à l’école primaire. Déplacements et perspectives. Dans M. Sidir, E. Bruillard et G.-L. Baron (dir.), Actes du colloque JOCAIR’2012 (p. 295-307). Amiens, France : Université de Picardie Jules Verne.

Billouet, P. (2007). Tableau scolaire et modernité. Recherches en Education, 2, 17-24.

Pastré, P., Mayen, P., & Vergnaud, G. (2006). La didactique professionnelle. Revue française de pédagogie, 145, 145-198.

Rabardel, P. (1995). Les Hommes et les technologies. Une approche cognitive des instruments contemporains. Paris : Armand Colin.

Villemonteix, F., & Stolvijk, C. (2011). Processus d’adoption du TNI : quelle part de soi ? Actes du colloque Didapro 4 - Dida&STIC. Sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC) en milieu éducatif. Université de Patras (Grèce).