*530 - La recherche action, une pratique structurante en formation des enseignants.

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

Francomme Olivier

Université de Picardie Jules Verne

 

Mot-clés: recherche-action, formation des enseignants, épistémologie de la recherche.

 

Quel est, ou quelle doit être, la place de la recherche dans les sciences de l’éducation ? La question est légitime et pertinente si on regarde l’évolution actuelle des pratiques enseignantes et de ses cursus de formation. En effet, la nouvelle formation, en Master, des enseignants, oblige un passage réel dans l’Université française, et a rendu obligatoire le fait de s’appuyer sur toute une ingénierie professionnelle et scientifique de l’éducation. L’objet de cette communication a pour but de montrer comment, à travers un processus de recherche action, des enseignants peuvent s’approprier, intégrer, des travaux réflexifs, en participant selon des modalités variées, à diverses formes de l’élaboration des connaissances en sciences de l’éducation.

Par essence, la recherche-action vise à ce que tous les partenaires de la recherche se forment et s’approprient les éléments de la recherche. Elle accomplit ainsi, et finalise le travail universitaire, qui est parfois en complète césure avec les terrains, sur lesquels elle est censée apporter un éclairage, ou une aide déterminante. En ce sens, elle promeut le statut de praticien-chercheur. Le travail de recherche-action pose à la fois un certain nombre de problèmes (recours à des épistémologies différentes, et donc à des approches méthodologiques différentes qu’il faut rendre compatibles), mais dans le même temps elle ouvre des perspectives sociétales, et c’est ce que tentent de montrer ces recherches comparatives engagées depuis quatre ans maintenant, sur la violence dans des établissements scolaires, au Brésil et en France. Le travail présenté s’inscrit dans un cadre d’éducation comparée internationale, suite à un appel d’offre de l’UNESP au Brésil. Le travail méthodologique de recherche a porté d’une part sur la constitution d’indicateurs qui agissent comme des repères de travail, et d’autre part sur des dispositifs d’action qui permettent aux participants (directs ou indirects) d’évoluer, de manière consciente ou non. En fin de premier cycle (4 ans) il est légitime de faire un premier bilan à partir de l’analyse des données qui ont été produites, ainsi que des dynamiques qui ont été élaborées et mises en place tout au long de la recherche. Nous pourrons ainsi regarder la pertinence des indicateurs, l’apport de la recherche comparée, et les modalités de coopération dans le chercheur collectif.

Si la recherche est devenue un objectif et un principe structurant de la formation des maîtres, encore faut-il en définir quelques modalités possibles.