524 - L’enseignement de la thermodynamique chimique à l’Université marocaine : obstacles et axes d’amélioration

TAMANI SOUMIA

 Laboratoire de chimie physique des matériaux Université Hassan II-Mohammedia Casablanca Maroc

 

MOUTAABBID MOHAMMED

Laboratoire de chimie physique des matériaux Université Hassan II-Mohammedia Casablanca Maroc

 

RADID Mohamed

Laboratoire de chimie physique des matériaux Université Hassan II-Mohammedia Casablanca Maroc

 

Mots clés : Enseignement-apprentissage, thermodynamique, difficultés d’apprentissage.

 

L’enseignement de la thermodynamique constitue une source de difficulté pour la majorité des étudiants au premier cycle universitaire Marocain; cela est du d’une part à la nature de la discipline et d’une autre part à l’absence presque totale de toute notion liée à la thermodynamique dans l’enseignement secondaire. L’objectif de ce travail est d’étudier les causes de ces difficultés et de proposer des pistes d’amélioration de l'enseignement de la thermodynamique chimique pour faire face à ces difficultés. Dans cette vision, nous avons effectué dans une première étape une analyse du programme de la thermochimie enseignée dans la faculté des sciences Ben M’Sik. Par la suite, nous avons effectué une enquête qui contient des questions fermées avec justification de réponses auprès des enseignants et des étudiants de la faculté de sciences Ben M’Sik. Suite à cette étude diagnostique, on note que : - les objectifs des cours ne sont pas définis, - la méthodologie de l’enseignement est très passive et ne favorise pas la participation de l’apprenant en situation d’écoute, - les étudiants rencontrent de sérieuses difficultés à maîtriser les notions de base, et jugent la discipline rébarbative. des axes d’amélioration seraient possibles et permettraient inéluctablement de résoudre progressivement cette problématique pour un enseignement actif plus efficace en insistant sur: - l’amélioration du contenu des programmes ; - l’amélioration du langage utilisé dans l’enseignement de la chimie en général; - l’orientation de l’enseignement de la chimie vers une démarche expérimentale ;

 

 

 Introduction:

Beaucoup d’étudiants ont des difficultés avec les idées fondamentales de la thermodynamique chimique (Banerjee (1995)). Malgré l’importance de la thermodynamique comme fondement de la chimie, plusieurs étudiants arrivent à l’université avec des connaissances très limitées à ce sujet (Ochs (1996)).   Il est très fréquent d’entendre des étudiants dire « ce n’est pas de la chimie ». En effet, le raisonnement de la thermodynamique repose sur des idées de physique et de mathématiques plutôt que de la chimie ; et encore,  sur la physique macroscopique et les mathématiques pures (Wright (1981)) ; Son enseignement suppose ainsi, une connaissance préalable de mathématique générale et de physique. Plusieurs chercheurs ont établi que la chimie est un sujet difficile pour les étudiants à cause du caractère abstrait de plusieurs concepts chimiques (Nakhleh (1992), Carter and Brickhouse (1989), Anderson et al. (1999)), des méthodes d’enseignement et du langage difficile de la chimie. Toutes ces causes poussent les étudiants à développer des conceptions erronées ce qui a attiré l’attention des chercheurs (Villani(1992), Skelly(1993), Ayasand Demirbas, A. (1997)). Notre recherche a pour objectif d’étudier les difficultés d’apprentissage des étudiants en thermochimie et de proposer des axes d’amélioration de l’enseignement apprentissage de la thermochimie au cycle universitaire afin de développer chez l’étudiant la capacité d’utiliser les concepts fondamentaux supposés acquis, pour expliquer quelques phénomènes et prédire d’autres à exploiter ces connaissances dans les autres matières et être apte à faire face aux problèmes de la vie active pour une insertion assurée dans le domaine du travail.

 

I- Méthodologie de l’étude et caractéristiques de l’échantillon de l’enquête 

L’étude a visé  en premier lieu les enseignants de la thermodynamique chimique de l’université Hassan II Mohammedia, ainsi nous avons effectué des entretiens avec un groupe de 14 enseignants qui ont répondu à huit questions ouvertes réparties en trois catégories: Les difficultés des étudiants en thermodynamique chimique; les causes de ces difficultés et les solutions proposées; un second questionnaire fut distribué auprès de 200 étudiants de la Filière SMC niveau S2 (Semestre 2) de la Faculté des Sciences Ben M’Sik, Ce questionnaire est constitué de 20 questions réparties en quatre catégories: Le bilan personnel de l’étudiant; les difficultés de la thermochimie; la méthode d’enseignement de cette matière et l’amélioration de la compréhension des concepts de la thermochimie chez eux.

Un test d’évaluation en thermochimie a été adressé à un groupe d’étudiant de la faculté des sciences Ben M’sik (FSB) et à un autre groupe d’étudiant de la faculté de sciences et technique Mohammedia (FST).

 

2. Analyse des résultats 

2.1. Enquête avec les enseignants

     2.1.1Les difficultés des étudiants en thermodynamique chimique;

La majorité des enseignants affirment que les objectifs du cours de la thermochimie sont bien définis, 14% d’eux n’ont pas pu les définir et on note que chacun d’eux a ses propres objectifs cependant la moitié se croisent sur l’application des principes de la thermodynamique de plus une confusion du contenu du cours et ses objectifs a été soulevée.

Tout en  analysant le descriptif de filière SMC, on dégage que les compétences visées de l’élément de la thermochimie sont: 1er Principe de la thermodynamique; 2ème Principe de la thermodynamique et applications aux réactions chimiques. Pour les  pré - requis pédagogiques relatif à cet élément on trouve le module de chimie générale1 (atomistique et liaison chimique)

Cela signifie que les objectifs ainsi que les pré-requis de cette matière ne sont pas bien défini même dans le descriptif de filière.

La plupart des difficultés qu’ils ont rencontrées lors de l’enseignement de cette matière sont :

1) Difficultés liées aux étudiants:

   Les difficultés liées à la maîtrise des notions de base: Les lacunes mathématiques ou autres;

   Le  niveau faible en langue française ;

   L’absentéisme des étudiants qui entraîne l’incapacité à suivre l’enchaînement du cours;

   le manque d’intérêt des étudiants.

2) Difficultés de type organisationnel :

   La mauvaise planification des heures des TD.

   L’insuffisance du volume horaire consacré à la matière thermochimie ce qui entraîne un manque d’initiative et d’intérêt de l’étudiant ;

   La  redondance des exercices;

3) Difficultés d’origine didactique:

   La considération des quantités thermodynamiques comme des variations (indépendants de la transformation) et n’ont pas des grandeurs absolues;

   La connaissance superficielle des lois et grandeurs  de la thermodynamique.

   L’absence des travaux pratiques à la faculté des sciences Ben M’sik;

   L’insuffisante application des concepts de la thermochimie.

   Le cours de la thermochimie est le même pour toutes les disciplines.

 

Pour les concepts que les étudiants ont du mal à comprendre sont généralement :

La séparation des concepts de chaleur et de la température; l’équilibre chimique, l’entropie, l’enthalpie, l’enthalpie libre, la notion d’état standard, l’énergie de liaison, l’énergie de formation, la variance (surtout la pseudo variance), la chaleur à volume constant, la chaleur à pression constante, le potentiel chimique, la réversibilité et  l’irréversibilité, la spontanéité, Les facteurs intensifs et extensifs, aussi on note des difficultés de compréhension de certaines notions thermodynamique abstraites. On citera parmi ces dernières:

  • L’évolution des transformations chimiques observées au niveau macroscopique qui est compliquée à décrire;
  • Les grandeurs thermodynamiques sont des variations et non des grandeurs absolues,
  • Les concepts de grandeurs partielles car les étudiants ont l’habitude de traiter souvent des cas de systèmes idéaux ;
  • L’échange de la chaleur (chaleur latente) qui se réalise sans changement de température …

 

                   2.1.2 Les causes de ces difficultés

Les enseignants proposent que ces difficultés soient généralement liées aux points suivants:

    La langue d’enseignement

   Le manque d’effort des étudiants;

   La surcharge du programme et la non cohérence entre les matières;

   La présentation inadéquate du cours ainsi que la difficulté des exercices (exercices compliqués et mal formulés) ;

   L’absence de problèmes concrets à la fin des chapitres;

   Les lacunes en mathématique élémentaire chez les étudiants;

   La non spécialisation des enseignants intervenants en thermodynamique chimique ;

   Le manque de matériel des travaux pratiques nécessaires à l’observation et l’application des concepts (les principes…).

 

                   2.1.3 Les solutions proposées 

La majorité des enseignants interrogés proposent une programmation des TP dans des conditions convenables (Effectif adéquat, matériel précis, étudiants qui préparent les TP avant de venir…) également des TP cours en séance de cours magistraux.

Les expériences proposées sont :

   La calorimétrie qui pourrait être une expérience intéressante pour débuter le cours de la thermochimie;

   Une réaction chimique simple et observer le dégagement de chaleur ou l’absorption de chaleur;

   Une coloration ou décoloration d’un liquide (eau); c’est une réaction qu’on peut étudier en thermochimie.

 

De même pour le changement de la méthode d’enseignement, la plupart de ces  

enseignants la  trouve efficace pour développer l’apprentissage de cette matière  et

 proposent :

·         Déduire le cours à partir des exemples;

·         Donner des exemples concrets à chaque étape ou partie du cours;

·         Réexpliquer certaines parties du cours en séance des TD;

·         Programmer des TICE en séance de cours magistraux.

·          

En même temps ils présentent les recommandations suivantes:

·         Augmenter le nombre d’heures consacrées à ce cours et aux TD;

·         Simplifier le vocabulaire utilisé dans le cours (donner plus de détails);

·         Proposer des supports pédagogiques discutés entre les enseignants de la matière;

·         Simplifier le fascicule de cours;

·         Eviter la redondance des exercices;

·         Utiliser un langage simple et des réactions familières,

·         Eviter les calculs trop compliqués,

·         Accompagner le polycopié du cours  par des exercices de TD corrigés d’une façon peu détaillée;

·         Préciser le vocabulaire et la nomenclature des grandeurs… Revoir la formulation des exercices en intégrant des sous questions si nécessaire.

·         Répartir le programme sur les trois années du cycle licence, et les deux ans du cycle master;

·         Enseigner les matières scientifiques au secondaire en langue français;

·         Valoriser la matière de la traduction en secondaire et évaluer les élèves sur cette matière  dans l’examen régional ou national du baccalauréat.

·         Valoriser la participation des étudiants aux séances de TD dans la note finale afin de les motiver  à faire plus d’effort;

·         Organiser des formations continues aux enseignants ne maîtrisant pas les concepts de la discipline afin de transmettre un savoir correct;

·         Débuter le cours par un rappel des outils mathématiques indispensables à la matière et éventuellement tester les étudiants sur ces rappels;

·         Adapter le cours de la thermochimie à chaque discipline.

 

2.1.4 CONCLUSION

Les réponses des enseignants proposent de mettre en place les actions indiquées ci-dessus :

 La Présentation du cours et TD :

·         Commencer par un historique de la discipline.

·         Définir les objectifs du cours de la thermochimie, les communiquer à tous les enseignants de la matière (Cours, TD, TP) ainsi qu’aux étudiants.

·         Concrétiser le cours par des exemples inspirés de la réalité et des études de cas.

·         Adapter le cours à chaque discipline.

·         Détailler le vocabulaire utilisé dans la matière.  

·         Bien choisir les TD (des exercices: pertinents, clairs, non refaits, bien structurés en utilisant un français simple…).

·         Proposer un support pédagogique discuté entre les enseignants de la matière.

 La Recherche d’une méthode didactique active, motivante orientée vers un enseignement en profondeur

·         Programmer des séances de TP de la thermochimie (matériel précis) avec une évaluation pratique de ces TP.

·         Utilisation des TICE [Exemple: TP cours en séance de cours magistraux (la simulation, la vidéo...) Films,…]. 

·         Déduire le cours à partir des activités.

Ø  La planification des séances de mise à niveau pour les étudiants sur les notions mathématiques et les prés requis liés à la thermochimie avant d’entamer le cours. 

Ø  La Mise à niveau des enseignants intervenants sur les concepts de la thermochimie.

Ø  La réduction de l’effectif des étudiants (Effectif convenable en cours, TD et TP).

 

2.2 Questionnaire adressé aux étudiants

L’échantillon comporte:

   45,7% d’étudiants de sexe masculin et 54,3% de sexe féminin.

   85,4% des étudiants sont inscrits en première année à la fac en année scolaire 2012-2013, 13,5% sont inscrits en 2011-2012 et 3% en 2010-1011.

2.2.1 Bilan personnel de l’étudiant:

Le tableau ci-joint, donne les résultats des huit questions portant sur les capacités générales des étudiants, une échelle de quatre catégories a été adoptée:

« 1 : Excellente », « 2 : Bonne », « 3: Moyenne », « 4 : Insuffisante»

 

 

Capacité                                                                    

1

2

3

4

Prendre des notes 

4%

8,6%

57,6%

29,8%

Comprendre le français 

5,5%

17,1%

51,3%

26,1%

Rédiger en français 

5,6%

16,2%

51,5%

26,8%

Suivre un raisonnement mathématique

7,7%

38,5%

43,6%

10,3%

Exploiter  vos connaissances mathématiques en chimie ou en physique

4,1%

18,1%

53,9%

23,8%

Comprendre le cours                                    

3%

14,2%

57,4%

25,4%

Comprendre les intitulés des exercices        

2 ,1%

19,6%

54,5%

23,8%

Comprendre les corrections des exercices   

9,1%

35,5%

42,6%

12,7%

 

Le pourcentage indiqué ci-joint correspond aux deux catégories «Excellent », «Bonne ».

Il en ressort que:

Ø  La capacité langagière chez l’étudiant est faible; on note un pourcentage de 12,6% pour la capacité de prise des notes, 22,6% à la compréhension du français et 21,8% à la rédaction en français.

Ø  Concernant la capacité mathématique, on trouve que les étudiants peuvent moyennement suivre un raisonnement mathématique (46,2%), néanmoins ils rencontrent  des difficultés à exploiter leurs connaissances mathématiques en chimie ou en physique (22,2%).

Ø  Ces difficultés influencent nécessairement les capacités à comprendre le cours (17,2%) et à comprendre les intitulés des exercices (21,7%) avec une capacité moyenne à comprendre la correction des exercices (44,6%) (Les étudiants se sont habitués à consommer les connaissances).

Ø  Le tableau ci-joint présente le pourcentage de présence au cours et aux TD

 

 

Toujours

Souvent

Peu ou pas

Avez-vous assisté au cours de la thermodynamique chimique 

60,3%

29,1%

10,6%

Avez vous assisté aux TD 

71,4%

16,6%

12,1%

Le taux de présence des étudiants est plus significatif en TD (71,4%) qu’en cours (60,3%). On notera aussi que 43,5% des étudiants  préparent les TD : 24,5% des étudiants lisent le chapitre  du cours correspondant, 22% lisent les questions des exercices proposés, 15% essayent de résoudre les exercices proposés et 13% font des exercices différents de ceux proposés. 

La non préparation des TD, le rattachement unique aux exemples d’exercices proposés aux TD et la discontinuité de la compréhension du cours causée par l’absentéisme,  démontre le manque d’effort fourni par l’étudiant pour la recherche de l’information et sa dépendance totale à ce qui est donné en cours et aux TD.

 

2.2.2 Les difficultés de la thermochimie

Ø  On soulève que 70,9% des étudiants ne connaissent pas les objectifs du cours, 83,9 % méconnaissent l’intérêt pratique de la thermochimie, 72,3% affirment que le cours est trop abstrait et 62,6% ignorent les prés requis nécessaires pour la compréhension de cette matière.

Faute de clarification des objectifs du cours, les apprenants sont amenés à deviner ce qu’on attend d’eux ou tout simplement à réduire l’apprentissage à la mémorisation des contenus. Il en est de même pour l’intérêt pratique du cours, l’apprenant est démotivé pour suivre cette matière. Quand aux prés-requis, il faut les biens définir et les communiquer aux étudiants pour qu’ils puissent se rattraper à temps avant d’entamer le cours.

Ø  Concernant les difficultés  rencontrées par les étudiants en thermochimie, on note en premier lieu la langue d’enseignement (68% des étudiants interrogés), puis le programme trop chargé, l’insuffisance du temps des exercices et la méthode d’enseignement en cours et en TD (à peu près 52%) ensuite le problème de la complexité des notions en elles-mêmes, le manque des près requis et les lacunes mathématiques (39%) et en dernier lieu l’insuffisance du temps du cours (28%).

Ø  En plus des questions posées précédemment, nous avons demandé aux étudiants de classer quelques notions par ordre de difficulté croissante en les numérotant de 1 à 10 (1 pour la plus facile, 10 pour la plus difficile). Après dépouillement des questionnaires, nous avons donné à chaque notion des points de difficulté (de 1 pour le numéro 1 jusqu’à 10 pour le numéro 10) puis on a calculé le total des points obtenu pour chaque notion, le résultat est présenté dans le tableau ci-dessous :

 

 

Notion

Points de difficulté

Spontanéité

1354

Entropie 

1349

Transformation irréversible

1119

Etat standard

1118

Changement de phase

1027

Enthalpie

914

Chaleur

817

Température

799

 

 

Il ressort de ce classement que la spontanéité et l’entropie sont les notions les plus difficiles à assimiler par les étudiants, suivies de la transformation irréversible et l’état standard.

2.2.3 La méthode de l’enseignement

Etat de l’infrastructure, du matériel didactique, effectifs, emploi du temps…

Cette question a pour but de nous éclairer sur les conditions dans lesquelles l’enseignement est dispensé et  nous permet de chercher quels seraient les éventuels problèmes à résoudre, les résultats soulevés sont enregistrés dans le tableau ci-dessous.

 

 

Pensez vous que les conditions matérielles, dans lesquelles vous avez étudié, aident à un bon enseignement ?

 

Oui

          Plutôt oui     

 

 Plutôt non

 

    Non

Salle, Equipement 

10,1%

16,7%

27,3%

45,5%

Effectifs 

9,1%

19,2%

23,2%

48,5%

Horaires 

10,6%

29,3%

29,3%

30,8%

La plupart des étudiants affirment que les locaux, les équipements, l’effectif et l’horaire n’aident pas au bon déroulement de l’apprentissage.

 

2.2.4 Organisation de l’enseignement

   52,5% des étudiants trouvent le rythme de l’enseignement trop rapide, 32,3% le trouvent adapté et 15,2% le trouvent trop lent.

   52,6% des étudiants jugent qu’il y a un enchaînement logique des cours et des TD.

   72,6% des étudiants jugent que l’enseignant de cours magistral est suffisamment préparé, 63,5% affirment qu’il est bien organisé, 64,9% notent son aisance à bien se faire comprendre, et 56,4% soulignent sa disponibilité (rencontres, réponses aux questions).

   41,2% des étudiants jugent que l’enseignant des TD est suffisamment préparé, bien organisé, a une aisance à bien se faire comprendre et 54,1% aperçoivent qu’il est suffisamment disponible (Rencontres, réponses aux questions).

 

Enfin, 78,5% des étudiants jugent que la méthode de l’enseignement de la thermochimie est non motivante.

 

2.2.5 Amélioration de la compréhension de concepts de la thermochimie chez l’étudiant

Le dernier point du questionnaire vise à déterminer les éventuelles améliorations de l’enseignement selon  les étudiants.

L’analyse des résultats montre que les paramètres suivants contribueront à une amélioration de  niveau des étudiants selon l’ordre croissant subséquent :

Le changement de la méthode d’enseignement par une autre plus active (79,5%),  la programmation des séances de TP (67%), l’intégration des TIC (64%), le développement du côté pratique (59%), l’intégration des activités et des exercices inspirés de la vie courante, la planification des séances de mise à niveau concernant les notions mathématiques et les prés requis liées à la thermochimie avant d’entamer le cours, l’organisation de sorties industrielles (à peu prés de 50%), enfin l’augmentation du volume horaire consacré à cet élément et la réduction de son contenu (37%).                                                                                                                 

 

2.2.6 CONCLUSION

Il paraît à travers les réponses des étudiants que les difficultés rencontrées en thermodynamique chimique sont souvent la conséquence des paramètres suivants:

   La faible capacité langagière chez l’étudiant;

   Le problème d’exploitation des connaissances mathématiques en chimie chez l’étudiant;

   L’absence des étudiants aux séances de cours et de TD;

   Le manque d’initiative concernant la recherche de savoir.

   L’aspect abstrait du cours;

   La défaillance au niveau de la communication des objectifs et des prés requis du cours aux étudiants;

   L’insuffisance du temps consacré aux exercices et le programme chargé;

   La non conventualité des conditions d’enseignement (Salles, équipements, effectif, horaire...); 

   L’incompétence scientifique et pédagogique de certains enseignants de TD;

   La méthode d’enseignement qui n’est pas motivante et n’aide pas à un bon apprentissage.

 

Les étudiants sont néanmoins conscients de leurs difficultés et proposent pour améliorer leurs niveaux les solutions suivantes :

   Le changement de la méthode d’enseignement.

   La programmation des séances de TP.

   L’intégration des TIC.

   Le développement du coté pratique.

   L’intégration des activités et des exercices soulevés de la vie courante.

   La planification des séances de mise à niveau aux étudiants sur les notions mathématiques et les prés requis liées à la thermochimie avant d’entamer le cours.

   L’organisation de sorties industrielle.

 

L’analyse des sujets des épreuves de la thermochimie ainsi que les TD proposés à la faculté des sciences Ben M’Sik, discerne que l’évaluation formative ou certificative néglige la bonne maîtrise des concepts de la thermochimie par l’apprenant. Toutefois « La nature des épreuves conditionne la façon d’apprendre. Si les épreuves contrôlent les connaissances l’apprenant oriente son apprentissage vers la mémorisation. A l’inverse, lorsque les épreuves exigent analyse, raisonnement, synthèse, résolution de problèmes, les apprenants changent leur manière d’apprendre en vue de développer ces capacités et d’être aussi bien préparés que possible à ce type d’épreuves» ( HAROUCHI (2010)).

 

2.3 Test comparatif d’évaluation entre les étudiants de la FSB et FST :

Pour tester les plus values de l’usage des TP, l’effectif des étudiants et leur niveau de départ dans l’apprentissage de la thermochimie, nous avons soumis deux groupes d’étudiants de la Filière SMPC qui ont suivi le cours de la thermochimie en S2 au même test d’évaluation, le premier groupe comporte 152 étudiants de la faculté des sciences Ben M’sik (FSB) (Faculté à accès libre) et le deuxième groupe est constitué de 45 étudiants de la faculté de sciences et techniques Mohammedia (FST) (Faculté à accès limité).

Nous présentons ci-joint les résultats comparatifs du test d’évaluation de connaissances.

Résultats du test d’évaluation

Les étudiants de

la FSB

Les étudiants de la FST

Notes supérieures à 10

18,42%

40%

(24% ayant une note ≥à 14/20)

Note de 0

41,45%

8.9%

Capacité d’écrire une réaction de combustion et de calculer sa variation d'enthalpie

21%

91.11%

Capacité d’établir le cycle de liaison  et de calculer l'énergie de liaison

3.95%

35.55%

Les résultats obtenus par les étudiants au test d’évaluation montrent une nette suprématie des étudiants de la FST sur les étudiants de la FSB, ce qui visualise l’impact des conditions d’apprentissage et le niveau de départ des étudiants sur la qualité des apprentissages; ce résultat corrobore ce qui est soulevé auparavant.

 

CONCLUSION GENERALE

Pour conclure, il est évident que cette étude nous a permis de déceler efficacement les difficultés rencontrées par les étudiants à comprendre et assimiler la matière thermochimie, les causes de ces difficultés ainsi que les actions à mettre en place pour dépasser ces problèmes. On résumera ces dernières en quatre points  principaux points:

 

Ø  Orienter, accompagner et soutenir les étudiants, surtout qu’ils sont en première année universitaire, ayant de niveaux différents, des spécialités différentes avec des lacunes et sans projet professionnel.

Ø  Bien présenter le contenu du cours et des TD (l’historique, les près requis, les objectifs du cours, les pratiques, des exercices bien sélectionnés avec un style d’écriture trop simple…) qui doit être adaptée à chaque discipline et orienté vers une démarche expérimentale.

Ø  Adopter une méthode didactique active (intégration des TIC [TP simulé, vidéos, films industriels….], des activités, des sorties industrielles, des rapports de recherche…) orienté vers un enseignement en profondeur qui va rassurer l’étudiant sur le choix de la discipline et lui  permet de déployer le sens de créativité et d’autonomie chez l’étudiant.

Ø  Changer le système des épreuves, ainsi il faut remplacer les épreuves classiques par celles objectives évaluant non seulement la mémorisation et la compréhension mais aussi la capacité d’analyse, de synthèse, de résolution de problèmes réels et de la prise de décision (la taxonomie de bloom), d'ailleurs ces compétences doivent être définies dans le descriptif de la filière.

 

Néanmoins, cela ne peut être réalisé qu’en présence d’un staff d’enseignants (cours et TD) spécialisé ou formé en thermochimie et en pédagogie, possédant les moyens nécessaires  dans des conditions précises (un volume horaire suffisant, un effectif des étudiants convenable, les équipements nécessaires, et des locaux adéquats …..) pour arriver aux objectifs engagés, assurant ainsi une bonne insertion de ces étudiants au sein de la société en apportant leurs propres contributions au développement économique, social et culturel du pays. 

 

:Références

 

-          Anderson, T.R., Crossley, L.G. and Grayson, D.J. (1999) Biochemistry

Students’ Difficulties with the Concept of Spontaneity of Redox Reactions. In Kuiper, J. (Ed) Proceedings of the 7th Annual SAARMSE Conference, pp.33-36. Harare, Zimbabwe.

 

-          Ayas, A. and Demirbas, A. (1997) Turkish Secondary Students’ Conceptions of

Introductory Chemistry Concepts, Journal of Chemical Education, 74(5), 518-521.

-           Banerjee, A.C. (1995) Teaching Chemical Equilibrium and Thermodynamics in

Undergraduate General Chemistry Classes, Journal of Chemical Education, 72(10), 879-881.

-          Carter, C.S. and Brickhouse, M.W. (1989) What Makes Chemistry Difficult?

Alternate Perceptions, Journal of Chemical Education, 66(3), 223-225.

-          HAROUCHI, A. (2010)  Pour un enseignement efficace : l’approche par compétences. Editions Le Fennek.

 

-          Nakhleh, M.B. (1992). Why some students don’t learn chemistry. Journal of Chemical  Education. Vol.69, (3), 191-196.

 

-           Ochs, R.S. (1996) Thermodynamics and Spontaneity, Journal of Chemical

Education, 73(10), pp 952-954.

-          Skelly, K.M. (1993) The Development and Validation of a Categorization of

Sources of Misconceptions in Chemistry. In Novak, J.D. (Ed),The Proceedings of the Third International Seminar on Misconceptions and Educational Strategies in Science and Mathematics, pp.1496-1535. Cornell University, Ithaca, NY.

-          Villani, A. (1992) Conceptual Change in Science and Science Education,

Science Education, 76(2), 223-237.

 

-          Wright, P. G.(1981) Contre l’enseignement de la thermodynamique au lycée.

In  Cartmell, E. Eds, Tendances nouvelles de l’enseignement de la chimie. Paris Unesco volume V, 222-225.

 

 

Fichier attachéTaille
524.doc99.5 Ko