*505 - L’appropriation des tableaux numériques interactifs et manuels numériques par les enseignants : hybridation ou substitution ?

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

Ecaterina Pacurar

Laboratoire Lisec, Sciences de l'éducation, Université de Strasbourg

 

Nicolas Clad

 

Mot-clés: usages, manuel numérique interactif, tableau numérique interactif, appropriation, hybridation-substitution, enseignants

 

1. Contexte et objet de recherche

Notre étude s'intéresse à l’analyse d’usage du tableau numérique interactif et du manuel numérique et leur intégration dans les pratiques pédagogiques chez des enseignants du secondaire. Ce projet concerne les enseignants de collèges et lycées à orientation professionnelle et scientifique en France.

2. Problématique et hypothèse

Des études sur l’interactivité dans les situations d’enseignement- apprentissage en classe et son impact sur l’apprentissage font depuis une vingtaine d’années, l’objet des recherches en éducation et psychologie cognitive. La revue de littérature sur cet objet de recherche amène à distinguer l’enseignement interactif et les technologies numériques interactives (Chou, 2003 ; Beauchamp et Kennewell, 2010). Une situation d’enseignement est considérée interactive lorsque les contributions des apprenants sont encouragées, attendues et davantage étendues (DfEE, 1998b). Ainsi, à partir des observations sur l’enseignement interactif avec et sans technologies numériques, Kennewell (2008) propose une échelle d’interactivité regroupant des catégories telles que dialectique, dialogique, synergétique. Cet instrument caractérise différents degrés d’interactions « enseignant-apprenant » pendant l’activité en classe allant de la « lecture » et « démonstration » -réalisés exclusivement par l’enseignant, au « questionnement » et « analyse critique »- réalisés par l’enseignant et les apprenants. L’analyse des résultats amène Kennewell et ses collaborateurs (2008) à conclure que la que l’utilisation de la technologie numérique n’influence pas significativement l’apprentissage. En revanche, la nature de l’interactivité semble influencer davantage l’apprentissage. Ceci s’explique, en partie, par la problématique de l’adoption d’une technologie et de son intégration effective dans les pratiques pédagogiques. Des recherches sur l’usage des différents fonctionnalités interactives des technologies, notamment du Tableau Numérique Interactif (TNI), et leur impact sur l’apprentissage ont mis en évidence les avantages perçus en termes d’enseignement, incluant l’efficience, la présentation multimodale et l’interactivité (Smith et al, 2005). Cependant les résultats des recherches réalisées par Higgins (2005) sur l’intégration des tableaux numériques dans les pratiques pédagogiques à l’école, ont amené à considérer que les bénéfices des fonctionnalités du TNI sur l’apprentissage, restaient encore à prouver (Higgins et al, 2005). Dans cette même lignée de travaux, Duroisin (Duroisin, Temperman, De Lievre, 2011) ont étudié, dans une approche empirique quasi-expérimentale, les effets d’usage du tableau blanc interactif sur la dynamique d’apprentissage et la progression des apprenants. Les résultats obtenus montrent que l’usage partagé du tableau interactif exerce une influence sur la quantité et les types d’interactions privilégiés. Ainsi, une analyse des travaux présentés met en évidence la pertinence des questionnements sur le niveau d’adoption du tableau numérique par les enseignants, sur son intégration dans les pratiques pédagogiques et sur le bénéfice en termes d’apprentissage que produirait l’usage de fonctionnalités interactives qui y sont intégrées. A partir de ces constats, des questions émergent : Quel est le niveau d’appropriation perçue du TNI et du MNI par les enseignants ? Les enseignants, sont-ils dans une logique d’usage ou de conception ? L’usage du manuel numérique et du tableau numérique interactif induit –il un changement de paradigme dans les pratiques pédagogiques ? Il y a-t-il des corrélations entre les disciplines d’enseignement et l’utilisation des fonctionnalités interactives du manuel numérique et du tableau numérique ? Telles sont des questions auxquelles notre recherche apportera des éléments de réponse.

Hypothèses

1. L’usage des fonctionnalités interactives du TNI a une influence significative sur l’usage des fonctionnalités du manuel numérique interactif. 2. L’hybridation dans l’usage du manuel numérique est associée à l’usage des fonctionnalités interactives complexes du tableau numérique. Autrement dit, l’hybridation dans l’usage du tableau numérique interactif induit l’hybridation dans l’usage du manuel numérique. 3. Il a une relation d’association entre les disciplines d’enseignement et l’utilisation des fonctionnalités du tableau numérique interactif. 4. Il a une relation d’association significative entre les disciplines d’enseignement et l’utilisation des fonctionnalités du manuel numérique. 3. Cadre conceptuel Le cadre théorique de cette recherche est construit se basant sur les concepts de la théorie des usages. Ainsi, dans un souci de cohérence théorique et empirique avec les questionnements de notre problématique, ce travail s’appuie sur les concepts d’appropriation (Akrich, 1998 ; Proulx, 2005) , de logique d’usage (Perriault, 1989) et de la rationalité de la performance techniciste et de la cohérence socio-technique. Les concepts d’hybridation et substitution dans l’usage y sont également intégrés et utilisés comme variables dans nos hypothèses de recherche (Mallein et Toussaint, 1994).

4. Méthodologie et méthode de la recherche

Population

Notre échantillon est constitué principalement des enseignants du secondaire : collèges et lycées dans une académie en France.

Démarches

La démarche de recherche se situe dans une approche hybride avec une dominante dans le paradigme explicatif. Afin de réduire les biais du contexte, nous développerons une approche quasi-empirique basée sur la triangulation par les méthodes (Krefting, 1991 ; Paquay, De Ketele et al. 2006). En effet, en utilisant des hypothèses intuitives nous avons commencé ce travail selon une approche inductive et une méthode d’enquête quantitative. Les hypothèses 1, 3 et 4 seront testées an utilisant une analyse statistique descriptive et inférencielle (chi-deux, matrice de corrélations). Nous tenons à préciser qu’à cette première enquête nous avons obtenu la participation de 450 repartis dans 51 établissements d’enseignement secondaire.

Les deux autres phases correspondant à deux méthodes :

- Qualitative : entretiens semi-directifs auprès d’un échantillon de 15 enseignants. Ce corpus est extrait à partir de notre échantillon initial composé de 450 enseignants ayant répondu à la première enquête. L’hypothèse 2 sera testée selon cette approche par entretiens. - Observations : Dans une volonté de renforcer la fiabilité et la validité interne et externe de cette recherche nous envisageons à conduire des observations in situ auprès d’un échantillon de 4-5 enseignants. Ces observations nous serviront à confirmer l’hypothèse 2.

 

Références :

C. Cho (2003). Interactivity and interactive functions in web-based learning system, : a technical framework for designers , British Journal of Educational Technology, 34/3. DfEE (1998b). The National Litteracy strategy, Repport, London. S. Higgins et Falzon C. et al. (2005). Embedding ICT in the literacy and numeracy strategies, final repport to DjES, Newcastle, University of Newcastle. S. Kennewell, Beauchamp G. (2007). The features of interactive whiteboards and their influence on learning, in Learning , Media and Technology, 32/3. S. Kennewell, H. Tanner, S. Jones et al (2008). Analysing the use of interactive technology to implement interactive teaching , Journal of Computer Assisted Learning , 24/1. M. Akrich (1998). Les utilisateurs , acteurs de l’innovation, Education permanente, n° 134. P. Mallein , Y. Toussaint (1994). L’intégration sociale des TIC : une sociologie des usages, Technologie de l’information et société. S. Proulx (2005). Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendance. In Lise Vieire et N. Pinède, eds. Enjeux et usages de TIC : aspects sociaux et culturels, Tome 1, PUB. J. Perriault (1989). La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion. H. Smith, S. Higgins, K. Wall, J. Miller (2005). Interactive whiteboards: boon or bandwagon ? A critical review of literature, Journal of Computer Assisted Learning, n°21.