471 - L’accueil des enfants et de leur famille lors de la première scolarisation. Les apports d’une approche clinique d’orientation psychanalytique en sciences de l’éducation.

Kannengiesser Véronique

CIRCEFT, Université Paris 8

 

Mots clés: première scolarisation, séparation, porte-parole, formation des enseignants, approche clinique d'orientation psychanalytique en sciences de l'éducation.

 

Dans le cadre de la réflexion sur la refondation de l’école et plus particulièrement de la formation des enseignants, il est de plus en plus question d’une formation spécifique pour les professeurs de l’école maternelle qui est le premier lieu de transmission des savoirs légitimes (Mosconi). Etre le professeur d’enfants dont c’est la première scolarisation demande notamment une prise en compte de la séparation parents-enfants et de penser la rencontre des espaces familiaux et scolaires.

Outre les approches qui étudient les phénomènes manifestes et permettent de comprendre une part de ce qui se joue dans ces premiers moments pour les parents, les enfants et les enseignants, l’approche clinique d'orientation psychanalytique en sciences de l'éducation permet d’aborder les processus inconscients et d’envisager des interprétations potentielles qui viennent éclairer différemment les enjeux de la scolarisation.

Des observations cliniques dans les couloirs d’une école maternelle lors de l’accueil du matin durant le mois septembre ont permis de voir comment les parents, eux-mêmes anciens écoliers, « déposent » leur enfant à l’école. Des parents qui ne réussissent pas à partir, qui reviennent sur leurs pas, voire même qui pleurent en partant, amènent à postuler qu’il y a transmission de l’angoisse de séparation du parent vers l’enfant. Cette communication consistera à analyser deux ou trois moments forts de ces observations en ayant recours à la notion de porte-parole et à celle de contrat narcissique (P. Aulagnier). Ceci permettra de s’interroger sur l’éventuelle naissance d’un conflit psychique chez l’enfant pris entre deux discours qui lui interprètent le monde et le définissent en tant que sujet, pris entre l’envie de rester bien protégé dans son espace familial et celle d’être accepté dans ce nouvel espace social qui lui ouvre les portes de l’autonomie et du monde adulte.

Partant des résultats de cette recherche, nous pourrons nous interroger sur les modalités de formation des futurs enseignants qui les aideraient à organiser ce moment si important dans la vie d’un écolier. Plus généralement, sur les dispositifs d’accompagnement qui permettraient de les sensibiliser à ces phénomènes psychiques et aux effets de leur pratique professionnelle.

 

Références bibliographiques :

Aulagnier, P. (1975). La violence de l’interprétation : du pictogramme à l’énoncé. Paris : PUF.

Balint, A. (1937). Les fondements de notre système éducatif. Dans Pédagogie et psychanalyse. Cifali, M. ; Moll, J. (dir). Paris : l’Harmattan, 2003.

Beillerot, J. ; Blanchard-Laville, C. ; Mosconi, N. (dir.)(1996). Pour une clinique du rapport au savoir. Paris : l’Harmattan.

Blanchard-Laville, C. ; Chaussecourte, P. ; Hatchuel, F. ; Pechberty, B. (2005). « Recherches cliniques d’orientation psychanalytique dans le champ de l’éducation et de la formation ». Revue Française de Pédagogie. N°151, p. 111-162.

Denis, P. (2012). La séparation à la lettre. Le Carnet PSY. N°165, p. 26 à 32.

Eiguer, A. (1999). Du bon usage du narcissisme. Paris : Bayard.

Freud, S. (1926). Inhibition, symptôme et angoisse. Paris : PUF, 1971.

Gavarini, L. (2001). La passion de l’enfant : filiation, procréation et éducation à l’aube du XXIe siècle. Paris : Hachette Littératures, 2004.

Giust-Desprairies, F. (2003). La figure de l’autre dans l’école républicaine. Paris : PUF.

Winnicott, D.W. (1958,1965). La capacité d’être seul. Paris : Payot-Rivages, 2012.