*460 - La place et les enjeux des actions d’éducation à la santé à l’école

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

Guiet Silvain Jeanne

Mcf université Paris 5

 

Mot-clés : éducation à la santé, conceptualisation, apprentissage, école, actions

 

L’école clairement est fortement sollicitée pour donner des réponses aux pathologie inscrites notre société : violences addictions, discriminations, alcool, drogues… Absent du répertoire est la délimitation des actions et de leur territoire, champs de concepts éparpillés, de savoirs multiformes, de pratiques non scolaires entrant en conflit avec des formes non scolaires. La spécificité de ses actions situées en périphérie de l’activité enseignante fonde difficilement ce qui est (de ce qui n’est pas) dans les connaissances à acquérir ce qui est relevable d’une éducation à » et ce qui appartient aux savoir de référence. Une partie d’entre eux relève de concepts pragmatiques, d’autres de savoirs non stables relatifs à des pratiques culturelles. Or, si une même connaissance peut s’inscrire dans l’action afin de l’orienter et de constituer un savoir ou un ensemble de savoirs socialement établi, elle peut être transmis tel un patrimoine. Ces formes de connaissance sont définies par Gérard Vergnaud (1996) comme des formes prédicatives elles appréhendent le réel comme un ensemble de propriétés et de relations. Une approche à la fois qualitative, quantitative et interprétative a été choisie afin de caractériser les actions des enseignants. Une partie de la recherche ici présentée met en relief les conceptions engagées par les enseignants du premier degré, à la lumière des pratiques qu’ils engagent sur le terrain. Nous choisissons de décrire quelques contenus enseignés liés à la fois au plan de la nature éducative des actions engagées sur l’éducation à la santé et à leur statut dans l’enseignement. Les enseignants (30) ont été choisis lorsque leurs pratiques effectives et souhaitées en matière d’éducation à la santé privilégiaient des pratiques déclarées et constatées que nous avons observées. Cet échantillonnage repose sur les paramètres suivants : l’âge (entre 35 et 45 ans), le sexe (autant de femmes que d’hommes), l’indice socio-économique de l’école (classes moyennes), l’expérience d’enseignement (10 ans au moins, 25 ans au plus). N’est pas recherchée ici la représentativité d’un profil particulier, mais d’un de ceux qui combinent ces quatre paramètres. Dans les faits bien peu d’écoles réussissent à insérer quelques projets porteurs dans la longévité tant les sollicitations sont émiettées, voire parcellisées). Encore faut-il ici inscrire une théorie de la représentation et de favoriser les outils de construction dans un champ précis.

 

Références :

Berger D. (dir.) (2010). Éducation à la santé, enjeux et dispositifs à l'école. Toulouse: Presses universitaires du Sud. Jourdan D. (2010). Éducation à la santé : quelle formation pour les enseignants ? Saint-Denis : INPES éd. Vergnaud G. (1996). Au fond de l'action, la conceptualisation, In Savoirs théoriques et savoirs d'action. Coord. Barbier. Paris: PUF.