454 - Construction sociale des identités scolaires : (en)jeu des interactions didactiques - Cas des élèves de Segpa dans l’enseignement des mathématiques

Christophe Roiné

Université Bordeaux Segalen, Laboratoire Culture, Education, Sociétés (LACES EA 4140)

 

Mots clés : Enseignement adapté – Elèves en difficulté – Stigmates – Didactique des mathématiques

 

Nous présentons les résultats d’une recherche menée en SEGPA (Section d’enseignement Général et Professionnel Adapté). Lors de séances mathématiques observées en classe de 5ème, les interactions de connaissance (Conne, 2003) entre le professeur et les élèves différent fortement selon la position scolaire occupée par l’élève. Suivant la catégorie à laquelle il appartient (catégorisation construite par le professeur) l’élève déclaré "bon", "moyen" ou "faible" ne sera pas soumis aux mêmes jeux  d’apprentissage (Marlot & Toullec-Thery, 2011) et, in fine, la position scolaire occupée sera comme consolidée par le jeu quotidien des interactions.

L’analyse que nous rapportons fait partie d’une étude plus large sur l’enseignement des mathématiques en SEGPA. Cette étude a consisté à interroger à la fois les discours scientifiques et institutionnels sur l’enseignement aux élèves de SEGPA (analyse historique et lexicologique) ; les théories personnelles des enseignants quant à leur travail auprès de ces élèves ; les actions mises en œuvre en classe. A l’intérieur de ce dispositif, nous avons observé les séances mathématiques de 8 enseignants de SEGPA, et les avons enregistrées par vidéo. Chaque séance est suivie d’un entretien semi-directif au cours duquel nous nous sommes intéressés aux théories personnelles que les professeurs portaient sur leurs élèves, leur projet didactique et pédagogique, la compréhension des phénomènes survenus en classe, l’interprétation des erreurs ou échecs éventuels.

Lors des interactions inhérentes au jeu didactique, les élèves "en difficulté" reçoivent des enseignants nombre de signes plus ou moins explicites contribuant à maintenir la position qu’ils occupent et renforcer l’identité scolaire qui leur échoit. Ces "marquages" tendent à les construire différents des autres élèves et ne sont pas loin de contribuer à la création de stigmates (au sens de Goffmann, 1975). Les phénomènes de stigmatisation à l’école sont connus, que l’on songe  aux stigmates fondés sur des bases ethniques (Dannequin 1999) ou aux stigmates scolaires liés aux performances ou aux comportements  (Béaud, 1996 ; Vienne, 2004). À notre connaissance, peu d’études se sont penchées sur leur émergence au sein même du jeu didactique.

Le cadrage anthropo-didactique de l’étude (Sarrazy, 2002) nous permettra de comprendre comment ce qui apparaît spontanément comme des « maladresses » professorales peut s’interpréter de manière plus systémique comme les effets d’une double contrainte s’exerçant sur les professeurs. Les interactions ont en effet une fonctionnalité didactique intrinsèque (Chopin, 2007) mais s’inscrivent aussi dans la culture contemporaine de psychologisation de l’échec scolaire qui tend à assigner aux "élèves en difficulté" des caractéristiques cognitives ou conatives explicatives de leur échec. Cet arrière-plan teinte les interactions de manière spécifique et contribue à figer les positions scolaires masquant ainsi leur caractère socialement construit.

 

Références bibliographiques :

Béaud, S. (1996). Les “bacs pros”, la “désouvriérisation” du lycée professionnel. Actes de la recherche en sciences sociales, 114, 21-29.

Chopin, M-P. (2007). L’hétérogénéité en question. Analyse des effets didactiques des modes de régulation des hétérogénéités sur les élèves faibles dans l’enseignement de l’arithmétique. Congrès international AREF 2007 : 28-31 août 2007, Strasbourg

Conne, F. (2003). Interactions de connaissances et investissement de savoir dans l’enseignement des mathématiques en institutions et classes spécialisées », in Mary, C., et Scmidt, S., La spécificité de l’enseignement des mathématiques en adaptation scolaire », Québec : revue ACELF, Volume XXXI, numéro 2.

Dannequin, C. (1999). Interactions verbales et construction de l’humiliation chez les jeunes des quartiers défavorisés. Mots, 60, 76-91.

Goffman, E. (1975). Stigmates : les usages sociaux des handicaps. Paris : Les éditions de minuit.

Marlot, C. & Toullec-Théry, M. (2011). Caractérisation didactique des gestes de l’aide à l’école élémentaire : une étude comparative de deux cas didactiques limite en mathématiques. Education et didactique. N°2, vol.5. Rennes : PUR.

Sarrazy, B. (2002) – Approche anthropo-didactique des phénomènes d’enseignement des mathématiques : Contribution à l’étude des inégalités scolaires à l’école élémentaire. Note de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches, Université de Bordeaux 2.

Vienne, P. (2004). Au-delà du stigmate : la stigmatisation comme outil conceptuel critique des interactions et des jugements scolaires. Éducation et Sociétés, 13(1), 77-92.