440 - Une clinique du sujet en didactique pour l'analyse des pratiques enseignantes

CARNUS Marie-France

UMR EFTS Université de Toulouse 2

 

Mot-clés: Didactique clinique, études de cas, pratiques enseignantes, théorie du sujet, psychanalyse

 

L’objectif et l’originalité de ce symposium est de présenter l’actualité des travaux d’analyse des pratiques enseignantes sous la double articulation de la didactique et de la clinique psychanalytique. Partant du constat que la seule analyse des contraintes externes au système didactique ne suffit pas à rendre compte du fonctionnement didactique, cette orientation intègre et valorise l’étude des contraintes et ressources internes propres aux sujets engagés dans la transmission des savoirs.

Le sujet enseignant est ici interrogé dans ses décisions professionnelles, en grande partie déterminées par son histoire personnelle, familiale, professionnelle et sociale ainsi que son rapport particulier aux savoirs enseignés. Penser l’enseignant comme un sujet signifie qu’il est un être de parole, divisé par son inconscient, assujetti et singulier, ce que la recherche doit prendre en compte. Ainsi, la didactique clinique offre des outils d’analyse originaux, comme par exemple « l’impossible à supporter »,  le « sujet supposé savoir » ou encore le « déjà-là décisionnel » qui permettent de penser les enseignants comme des sujets singuliers, orientation scientifique en rupture avec l’idée d’un sujet épistémique, générique. Ce positionnement est de nature à questionner et à orienter les choix conceptuels et méthodologiques des recherches sur les pratiques d’enseignement.

A l’interface de la didactique et de la clinique, ce positionnement scientifique renouvelle le regard porté sur le fonctionnement didactique en dévoilant une partie ordinairement cachée des pratiques enseignantes et autorisant ainsi l’accès à d’autres réseaux de signification. A partir d’études de cas d’enseignants et d’enseignantes dans diverses disciplines et dans divers contextes institutionnels, certains des plus récents travaux de l’Equipe de Didactique Clinique (EDiC) seront présentés dans ce symposium à travers huit communications. Contribuant à l’élaboration d’une théorie du sujet pris dans le didactique, ils donneront à voir l’heuristique de cette orientation de recherche tout ouvrant également des perspectives fécondes en formation initiale et continue des enseignants.

 

Références :

Albarello, L. (2011). Choisir l'étude de cas comme méthode de recherche. Bruxelles : De Boeck Université.

Berger, D., Rifaud, A., Jourdan, D. (2007). Education à la santé dans les écoles élémentaires…Étude des pratiques enseignantes à partir des traces manifestes en classe en éducation à la santé. Actes du colloque international de l’AREF, Strasbourg, aout 2007.

Blanchard-Laville, C. (2001).  Les enseignants entre plaisir et souffrance, Paris, PUF, 2001.

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Grenoble : La pensée Sauvage éditeurs.

Chevallard, Y. (1985), La transposition didactique, du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La Pensée Sauvage.

Chevallard, Y. (1989). Le concept de rapport au savoir : rapport personnel, rapport institutionnel, rapport officiel. Séminaire n° 108, IREM Marseille.

Deltand, M. (2012) Musique de soi. Du sensible de soi au musicien révélé…Vers un renouveau des formes de biographisation. Paris : Tétraèdre.

Freud, S. (1923). Le moi et le ça. Paris : Payot.

Freud, S. (1927). L'avenir d'une illusion, Paris, PUF.

institutions. Études psychanalytiques, Paris, Dunod, 2009, p. 1-46.

Freud, S. (1985). Construction dans l'analyse. in Résultats, idées, problèmes II. Paris : Presses Universitaires de France. p. 268-283.

Kaës, R.. (2009).  Réalité psychique et souffrance dans les institutions, in Kaës (R), L’institution et les Lacan J. (1966). Ecrits. Paris, Seuil

Lacan, J. (1966). Écrits, Paris : Éditions du seuil.

Lacan, J. (1975) Séminaire  RSI, Ornicar n° 2. Paris : Le Seuil. p. 104.

Passeron, J.C. & Revel, J. (2005), Penser par cas. Paris : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales.

Ria, L., Saury. J., Sève, C., & Durand, M. (2001). Les dilemmes des enseignants débutants : études lors des premières expériences de classe en EPS, Science et Motricité, 42, p. 47-58. Paris Bruxelles : De Boeck Université.

Van Der Maren, J. M. (1996). Méthodes de recherche en éducation. Bruxelles : De Boeck Université.

 

Communication n°1 : André Terrisse

Fondements et méthodes d'analyse de cas en didactique clinique de l'EPS

 

La recherche en didactique se donne comme projet scientifique de rendre compte des savoirs transmis par les enseignants. Pour y parvenir, elle utilise des concepts, comme le contrat didactique (Brousseau, 1998) ou la transposition didactique (Chevallard, 1985), et des méthodes qui lui sont propres, comme l'ingénierie didactique. Toutefois, l'observation des pratiques enseignantes montre que ces savoirs sont d'une part personnels, issus d'une expérience antérieure, et singuliers, car  dépendants de leur propre histoire de pratiquant et d'enseignant.

Ainsi, dans la mesure où la didactique clinique de l'EPS prend en compte ces déterminations subjectives pour en comprendre la logique et en mesurer les effets, au cas par cas et in situ, la question de la singularité et de la responsabilité de l'enseignant se posent. Les recherches se mènent alors sous la forme peu reconnue, mais de plus en plus utilisée de l'étude de cas, qui n'est pas sans poser des questions à la fois théoriques et méthodologiques (Albarello, 2001; Passeron & Revel, 2005).

Fondements théoriques de l'étude de cas : une théorie du sujet.

Si les enseignants sont nécessairement différents de par leur formation et leur rapport à l’APSA (Activité Physique, Sportive ou Artistique) utilisée comme support à leur enseignement de l'EPS, alors la première question posée à la recherche est celle d'une théorie du sujet susceptible de donner les moyens de pouvoir interpréter les dires et les actes de l'enseignant pour en décrire la logique.

Le choix a été fait, compte tenu de la ténacité des faits observés et notamment des modifications de savoirs à l'insu de l'enseignant, d'une théorie du sujet divisé ($), en référence à la psychanalyse, entre plusieurs instances, comme le postule la deuxième topique de Freud, entre le moi, le ça et le surmoi (Freud, 1923) ou comme l'envisage Lacan sous la forme de R S I, entre Réel, Symbolique et Imaginaire (Lacan, 1975).

Conséquences méthodologiques : la construction du cas

Les éléments prélevés par le chercheur, essentiellement les dires et les actes de l'enseignant, deviennent les bases d'une "construction de cas", dont il convient de préciser la nature des outils utilisés et leur fiabilité (Freud, 1985). L'intervention développera cette articulation théorie-méthodologie clinique pour en montrer leurs conditions de validité et pour poser les bases d'une étude de cas en didactique clinique de l'EPS.

 

Communication n°2 : Denis LOIZON

Comment accéder au (x) « déjà-là » des sujets enseignants d’EPS en didactique clinique ?

 

Les travaux en didactique clinique menés auprès des enseignants d’EPS montrent que le « déjà-là » a un effet déterminant dans le choix des savoirs effectivement enseignés par les sujets enseignants. Dans cette communication, nous nous intéresserons davantage à la question méthodologique qui consiste à recueillir un certain nombre de données concernant le ou les déjà-là des sujets.

Les modalités de recueil de données concernant le déjà-là s’appuient sur l’entretien d’après-coup qui peut être réalisé plusieurs mois après l’enregistrement des données principales (enregistrement vidéo)… Ces entretiens ont pour but de revenir certains points afin d’accéder à de nouvelles significations de l’activité des sujets. C’est ainsi que dans nos premières recherches menées auprès des professeurs de judo, nous avions questionné les sujets à propos des variables didactiques qu’ils manipulaient effectivement pendant les cours de judo en EPS. Durant ces entretiens, les sujets nous ont confiés une partie de leur histoire personnelle constituant leur « déjà-là expérientiel ».

Pour cerner le « déjà-là intentionnel » des sujets, nous utilisons des modalités d’entretien plus classiques comme les entretiens ante et post séance. Grâce à ces deux types d’entretiens, les sujets peuvent définir précisément quelles sont leurs intentions didactiques liées à la séance (déjà-là intentionnel spécifique) mais aussi leurs intentions générales organisées autour du cycle d’activité en EPS (déjà-là intentionnel général).

Il semble parfois intéressant d’utiliser un questionnaire pour disposer au préalable de certaines données à propos du « déjà-là ». Celui-ci permet de préciser les intentions générales sur le cycle, ainsi que des éléments particuliers du « déjà-là conceptuel » comme sa conception de l’enseignement de telle activité, sa conception de l’enseignement de l’EPS, tout comme sa conception de l’homme qu’il aimerait contribuer à former.

Nous utilisons également des entretiens préalables que nous qualifions d’entretien d’accès au « déjà-là ». Ils nous permettent d’accéder davantage à l’histoire des sujets, à des éléments très singuliers qui peuvent structurer les éléments organisateurs de leurs conceptions. Nous avons retrouvé des méthodologies presque similaires chez des collègues chercheurs qui s’intéressent plus particulièrement au récit de vie comme Muriel Deltand (2012). Dans ces entretiens particuliers, le chercheur demande au sujet de lui raconter son histoire ; chaque entretien est alors retranscrit et les données sont transmises au sujet avant l’entretien suivant afin que celui-ci puisse revenir sur des points ou en préciser d’autre. Nous sommes donc là face au postulat de la clinique qui veut que le sujet soit le seul à avoir le sens de son action.

Pour comprendre l’activité didactique des sujets, il nous semble donc important de pouvoir déterminer les « déjà-là » des sujets ; pour cela, le chercheur en didactique clinique dispose d’au moins cinq modalités de recueil de données qui vont s’avérer complémentaires pour valider un certain nombre de résultats aussi bien d’un point de vue didactique que d’un point de vue clinique.

 

Communication n°3 : Hejer Ben Jomâa

Rapport au savoir, conceptions d’enseignement et épistémologie professionnelle de deux enseignants d’EPS

 

Cette communication vise à identifier l’épistémologie professionnelle (Brousseau, 1998) de deux enseignants d’EPS débutants à partir de l’analyse didactique clinique de leur(s) rapport(s) au savoir et de leurs conceptions d’enseignement lors de leurs premières expériences d’enseignement. En effet, le sujet enseignant débutant est souvent confronté à des dilemmes professionnels (Ria ; Saury ; Sève & Durand, 2001) du fait de son double statut : « être apprenant » de son métier d’enseignant et « être enseignant » responsable de la formation des élèves. Ainsi, l’enseignant a pour fonction de transmettre des savoirs que l’institution recommande, sous la forme de contenus de formation professionnelle, dans la mesure où il est un agent de l’Etat (Chevallard, 1989). D’autre part, il est en même temps un sujet qui agit, transmet des connaissances « implicites » et « incorporées » par sa pratique sportive antérieure, son vécu personnel et son histoire singulière de sujet. Ces dilemmes émergeant de leurs discours seront présentés dans une étude de cas contrastés. L’observation vidéo « in situ » nous a permis de transcrire douze séances d’EPS menées par deux enseignants d’EPS débutants, experts, de spécialités sportives différentes et intervenant dans deux cycles d’EPS différents (gymnastique et basket-ball). L’analyse des discours des enseignants associés, à travers la pratique de quatre types d’entretiens « cliniques » semi-directifs et l’analyse du contenu (Van Der Maren, 1995), ont permis de revisiter la problématique de la dichotomie enjeux institutionnels – enjeux subjectifs de l’acte d’enseignement en particulier et de la formation des enseignants dans un sens plus large et de dessiner les contours de la notion d’épistémologie professionnelle privée du sujet enseignant d’EPS débutant « divisé » entre inexpérience professionnelle actuelle et projection dans une expertise enseignante future.

 

Communication n°4 : Michel Robert

Pratiques ostensives non verbales en gymnastique et signature professionnelle de deux enseignants d'EPS

 

Cette contribution au symposium a pour objectif de présenter une étude portant sur l’ostension non verbale en tant que vecteur de transmission des enjeux de savoirs en EPS, et plus particulièrement en gymnastique, activité où la gestualité occupe une place centrale.

Nous importons le concept d’ostention, issu de la didactique des mathématiques dans le champ de la didactique clinique. Avec les précautions épistémologiques qui s’imposent, notre intention est de permettre, « au cas par cas », de revisiter la notion de gestualité du sujet enseignant et d’envisager de la dépasser.

À travers une microanalyse comparative, au trois temps de la méthodologie didactique clinique : le déjà-là, l’épreuve et l’après-coup, notre intention est de repérer des convergences et des divergences dans les pratiques ostensives de deux enseignants d’EPS au cours de l’enseignement – apprentissage de la roulade avant au collège.

Ces enseignants, considérés comme sujets singuliers, sont tous deux spécialistes et experts dans cette activité physique sportive et artistique (APSA). Ils se différencient – entre autre – par une ancienneté inégale dans la profession, l’un est néo titulaire et débute dans la profession, l’autre est expérimentée avec une quinzaine d’année d’expérience professionnelle. Ils diffèrent également dans leurs assujettissements et leurs divisions.

La gestualité, la proxémie, les ruptures du contrat didactique et les stratégies conscientes et inconscientes servent d’analyseurs des formes ostensives que les enseignants convoquent pour transmettre les enjeux de savoir. Nous explorerons la richesse de la dimension non verbale dans l’analyse des pratiques enseignantes en montrant comment ces formes ostensives s’enracinent dans leur pratique d’enseignants, parfois à leur insu, révèlent des « impossible à supporter » et sont constitutives de leur signature professionnelle.

 

Communication n°5 : Pablo Buznic

Le sujet enseignant à l’épreuve de la contingence

 

Notre intervention se centre sur une problématique questionnant le sujet enseignant comme « sujet supposé savoir ». Syntagme lacanien (Lacan, 1966), repris ponctuellement dans le champ de l’éducation et problématisé en didactique clinique, nous le travaillons ici pour penser la fonction supposée qui définit partiellement, et donc divise, l’enseignant. Nous postulons alors que la position adoptée par chaque enseignant face à la contingence inhérente à la transmission des savoirs (Brousseau, 1998) s’inscrit dans une logique singulière d’alignement ou de décalage avec sa fonction symbolique de « sujet supposé savoir ». Nous nous appuyons sur les cas de huit professeurs, confrontés à l’enseignement d’activités qu’ils considèrent ne pas maitriser : cinq professeurs d’EPS, deux professeurs des écoles et un professeur d’aménagement paysager. Une analyse concise de leur activité didactique nous permet d’identifier et de comparer les voies suivies pour tenter de réduire la contingence de l’enseignement : planifier les situations, stabiliser l’organisation didactique, formaliser le savoir. Leur discours sur leur pratique met alors en avant les enjeux subjectifs qui orientent leur activité. Une analyse plus fine des pratiques et du discours de trois cas permet d’envisager ces enjeux subjectifs au sein d’une théorie du sujet – partiellement assujetti à sa fonction symbolique et donc divisé – permettant de comprendre certains ressorts essentiels de l’activité didactique des enseignants.

 

Communication n°6 : Florence Savournin, Emmanuelle Brossais etIsabelle Jourdan

Le rapport à l’épreuve d’une enseignante spécialisée.

 

Objet de la recherche et concept mobilisé 

Nous étudions les pratiques enseignantes en soutenant la nécessité d’une théorie du sujet qui se réfère à la psychanalyse. Nos références sont à la fois didactique et clinique ; elles consistent en une approche psychanalytique des enjeux didactiques de l’enseignement.

Le concept de rapport à l'épreuve nous permet d'analyser l'activité de l'enseignant comme l'étude des choix qu'il effectue en nous centrant sur la part personnelle qu’il prend dans le choix et le traitement des savoirs. Le concept de rapport à l’épreuve rend compte du sens qu’attribuent les enseignants à ce qu’ils vivent en classe, dans cet espace-temps d’interaction avec les élèves dont l’enjeu majeur est la transmission du savoir.

Trois dimensions rendent compte du rapport à l’épreuve : conversion didactique, sujet supposé savoir et impossible à supporter. Nous mettons l’accent sur la part de créativité que l’enseignant met en œuvre dans l'épreuve de l’enseignement, soit le développement de savoir y faire.

Choix épistémologiques et méthodologiques

Nous nous appuyons sur l’étude de cas d’une enseignante exerçant dans un ITEP (institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) français.

Nous affirmons l’importance de l’étude de cas comme une forme spécifique de validation de la recherche. Il ne s’agit pas de considérer le cas particulier comme une illustration du cas général ; nous avançons que les outils conceptuels, eux, sont généralisables pour analyser rigoureusement une étude de cas nécessairement singulière.

Cette posture intellectuelle est soutenue par notre référence à la psychanalyse qui suppose une théorie du sujet de l’inconscient. L’inconscient, qui à la fois nous échappe, est actif et à l’œuvre dans toutes nos productions. Ces productions se caractérisent par le mode d’achoppement autant que de trouvaille sous lequel elles apparaissent.

Nous analysons un entretien semi-directif ante mené auprès d’une enseignante spécialisée et une observation filmée de pratiques de classe en ITEP. Nous avons demandé à l’enseignante de filmer des séances de son choix.

Étude de cas

Nous présentons l’analyse du rapport à l’épreuve de Natacha ; professeur d’école depuis 15 ans. Natacha a enseigné pendant 10 ans en établissement spécialisé ; elle a obtenu le CAPA-SH (Certificat d'aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap) il y a 3 ans à l’issue d’une année de formation en alternance.

Avec le rapport à l’épreuve, nous nous centrons sur le sens que prennent, pour un enseignant, ses pratiques professionnelles. Notre analyse porte sur la mise en relation des données issues de l’entretien ante avec celles recueillies lors de l’observation de classe. Les trois  dimensions extraites de nos précédents travaux constituent les lignes directrices de notre interprétation, susceptibles de rendre compte du rapport à l’épreuve de l’enseignant.

 

Communication n°7 : Yves Léal

De l’EPS à l’éducation à la santé, analyse transpositive des cadres notionnels et méthodologique de la didactique clinique

 

Notre communication se propose d’analyser sur les plans conceptuels, méthodologiques et des résultats la transposition effectuée de la didactique clinique de l’EPS à l’éducation à la santé. La recherche réalisée se contextualise dans le cadre d’une double étude de cas d’enseignants en classes ordinaires à l’école élémentaire. La présence de savoirs ancrés corporellement dans les deux domaines, EPS et éducation à la santé, augure une certaine proximité qui s’avère effective sur plusieurs points. Le concept de conversion didactique trouve toute sa place lorsqu’il s’agit de rendre compte de choix opérés par l’enseignant qui relèvent d’expériences corporelles privées en lien avec sa santé. L’orientation psychanalytique offre des canevas interprétatifs heuristiquement riches pour comprendre ce qui pousse un enseignant à tenter de transmettre des savoirs-être qu’il transgresse au vu et au su des élèves. En tant que relation à soi permanente, la santé expose l’intimité affleurant du sujet qui, en classe, compose sans cesse avec ce qu’il voudrait cacher ou dévoiler de lui-même. Ces manifestations inconscientes donnent lieu à des phénomènes que nous avons qualifiés d’oscillation symbolique et d’esquive. Afin de rendre possible l’émergence de données autour de la sphère privée de l’enseignant, nous avons opté pour un dispositif méthodologique original, préservant au mieux l’écologie de la classe. Il s’agissait de laisser à disposition des professeurs des écoles une caméra pendant quatre mois pour qu’ils choisissent de filmer eux-mêmes leurs propres interventions contributives à l’éducation à la santé. Par ailleurs ce dispositif renvoie à une spécificité de l’éducation à la santé qui se fonde sur la transversalité. Particulièrement dans le premier degré, la polyvalence du maître et des savoirs mobilisés constituent, en principe, la nature des enseignements dispensés. Ainsi, le dispositif méthodologique choisi rend possible la captation de moments de classe qui se déroulent en dehors de toute planification et que nous pouvons qualifier de réactifs. Enfin, cette spécificité a-disciplinaire implique de recourir à des concepts didactiques dépassant le cloisonnement disciplinaire et éprouvés génériquement.

 

Communication n°8 ; Marie-France Carnus

Questionner le rapport du sujet enseignant à l’institution scolaire

 

L’émergence de la didactique clinique de l’EPS repose sur le constat de l’insuffisance des cadres didactiques actuels pour lire certains phénomènes relatifs à la transmission – appropriation de savoirs en EPS. Ces phénomènes semblent relever de mécanismes inconscients à l’œuvre dans le fonctionnement didactique et placent le sujet au cœur des analyses pour un autre regard et une autre compréhension du fonctionnement didactique marqué par la contingence de tout enseignement – apprentissage.

Questionner le rapport que le sujet enseignant a construit et entretient avec l’institution scolaire conduit en quelque sorte à revisiter le métier d’enseignant, un métier d’ailleurs « impossible » comme l’affirmait Freud à qui j’emprunterai la célèbre citation « le moi n’est pas maître dans sa propre maison » (Freud, 1927). Car, en effet, questionner le rapport du sujet enseignant à l’institution scolaire c’est considérer le sujet enseignant singulier, assujetti et divisé et le placer au cœur du didactique pour analyser avec quoi il se débat, parfois à son insu, pour exercer sa mission en tentant de répondre aux injonctions institutionnelles qui lui sont faites.

Si le rapport au savoir et le rapport à l’épreuve ont fait et font l’objet d’approfondissements dans un certain nombre de travaux de l’EDiC, mon intention ici sera de développer et de préciser le rapport du sujet – enseignant à l’institution scolaire. A travers la présentation de deux vignettes didactiques cliniques d’enseignant d’EPS expérimentés et spécialistes en gymnastique, j’illustrerai l’heuristique et l’intérêt d’une analyse et d’une prise en compte du rapport du sujet enseignant à l’institution scolaire pour lire les phénomènes didactiques contribuant ainsi à l’élaboration d’une théorie du sujet « pris dans le didactique ».

Supposé savoir, le sujet enseignant est investi d’une mission qui légitime sa place dans l’institution. Entre soumission et émancipation, recherche de sécurité et besoin de reconnaissance, il élabore, ou réélabore, à son insu, un rapport à l’institution scolaire, constitutif d’un « déjà-là » de nature à influencer l’ensemble de ses choix didactiques.

 

Références :

Albarello, L. (2011). Choisir l'étude de cas comme méthode de recherche. Bruxelles : De Boeck Université.

Berger, D., Rifaud, A., Jourdan, D. (2007). Education à la santé dans les écoles élémentaires…Étude des pratiques enseignantes à partir des traces manifestes en classe en éducation à la santé. Actes du colloque international de l’AREF, Strasbourg, aout 2007.

Blanchard-Laville, C. (2001).  Les enseignants entre plaisir et souffrance, Paris, PUF, 2001.

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Grenoble : La pensée Sauvage éditeurs.

Chevallard, Y. (1985), La transposition didactique, du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La Pensée Sauvage.

Chevallard, Y. (1989). Le concept de rapport au savoir : rapport personnel, rapport institutionnel, rapport officiel. Séminaire n° 108, IREM Marseille.

Deltand, M. (2012) Musique de soi. Du sensible de soi au musicien révélé…Vers un renouveau des formes de biographisation. Paris : Tétraèdre.

Freud, S. (1923). Le moi et le ça. Paris : Payot.

Freud, S. (1927). L'avenir d'une illusion, Paris, PUF.

institutions. Études psychanalytiques, Paris, Dunod, 2009, p. 1-46.

Freud, S. (1985). Construction dans l'analyse. in Résultats, idées, problèmes II. Paris : Presses Universitaires de France. p. 268-283.

Kaës, R.. (2009).  Réalité psychique et souffrance dans les institutions, in Kaës (R), L’institution et les Lacan J. (1966). Ecrits. Paris, Seuil

Lacan, J. (1966). Écrits, Paris : Éditions du seuil.

Lacan, J. (1975) Séminaire  RSI, Ornicar n° 2. Paris : Le Seuil. p. 104.

Passeron, J.C. & Revel, J. (2005), Penser par cas. Paris : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales.

Ria, L., Saury. J., Sève, C., & Durand, M. (2001). Les dilemmes des enseignants débutants : études lors des premières expériences de classe en EPS, Science et Motricité, 42, p. 47-58. Paris Bruxelles : De Boeck Université.

Van Der Maren, J. M. (1996). Méthodes de recherche en éducation. Bruxelles : De Boeck Université.

 

Bibliographie des auteurs

Buznic-Bourgeacq, P. (2012). Le positionnement du sujet enseignant dans le didactique. XXVIIème  Congrès mondial de l’AMSE « la recherche en éducation et en formation : quels enjeux et défis aujourd'hui dans le monde ? ». Reims, 3-5 juin.

Carnus, M.F. Garcia-Debanc, C. & Terrisse A. (2008). Analyse des pratiques des enseignants débutants : approches  didactiques.291 pages. Grenoble : La pensée sauvage.

Carnus, M.-F., (2009). La décision de l’enseignant en didactique clinique. Etudes de cas en Education Physique et Sportive. In A. Terrisse et MF Carnus (dir). Didactique clinique de l'EPS, Quels enjeux de savoirs ? De Boëck : Bruxelles, p. 63-81.

Carnus M.-F., Terrisse A. (2013) Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question. Paris : Éditions EP.S.

Carnus, M.-F. (2013). Le sujet enseignant n’est pas maître dans sa propre institution. In M.-F. Carnus & A. Terrisse A. Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question. Paris : Éditions EP.S. p. 23-32.

Loizon D. (2009) Les filtres personnels dans l’action didactique, in A. Terrisse, M.-F. Carnus (coordonné par) Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ? (pp. 83-100). Bruxelles, Édition De Boeck.

Loizon D. (2012) Ce que les entretiens de « déjà-là » nous apprennent sur l’enseignement des valeurs dans les arts martiaux. Une étude de cas en karaté. Communication présentée aux 11e Journées de Réflexion et de Recherches sur les Sports de Combat et Arts Martiaux (JORRESCAM), L’éthique dans les sports de combat. Toulouse, 15et 16 mars.

Loizon D., Carnus M.-F. (2012) Le déjà-là décisionnel chez les enseignants novices en EPS. Un outil pour comprendre la réalité de leurs enseignements. In G. Carlier, C. Borges, M. Clerx et C. Delens, Identité professionnelle en éducation physique. Parcours des stagiaires et enseignants novices (p. 199-215). Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain

Loizon D., Margnes E., Terrisse A. (2008) Analyse des pratiques d’enseignement du judo en EPS, eJRIEPS, 14, 63-82

Robert, M. & Carnus, M.-F. (2013). Les formes ostensives non verbales en gymnastique constitutives de la signature professionnelle de deux enseignants d'EPS. In M.-F. Carnus & A. Terrisse A. Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question. Paris : Éditions EP.S. p. 23-32.

Terrisse A., Carnus M.-F. (2009) Didactique clinique de l’éducation physique et sportive (EPS). Quels enjeux de savoirs ? Bruxelles : Édition De Boeck Université.

Terrisse, A., Buznic-Bourgeacq, P. (2010). E validaçao cientifica das pesquisas em didactica da educaçao  fisica e esprotiva (La validation scientifique des recherches en didactique clinique : la construction de cas). Estillos da clinica. n°2. Vol. 15, 346-361. http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?pid=S1415-71282010000200005&script=sci_arttext