434 - Formation initiale et analyse des pratiques professionnelles: différentes temporalités dans l'écriture en après-coup du compte rendu d'une animation clinique d'orientation psychanalytique

 Patricia Gayard-Guégan

CREF, Equipe clinique du rapport au savoir

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Mots clés: formation initiale, analyse des pratiques professionnelles, démarche clinique d'orientation psychanalytique, temporalités d'écriture dans l'après-coup, vocal et sonore du groupe

 

Je propose dans cette communication d’aborder les différentes temporalités d’écriture et d’examiner leur lien avec le travail clinique d’un matériel récolté à partir de deux séances d’animation d’analyse des pratiques professionnelles que j’ai conduites avec un groupe d’étudiant(e)s en deuxième année de formation initiale d’assistant(e) de service social. J’en examinerai notamment les effets de production de sens dans un effet d’après-coup (Chaussecourte, 2010) en corrélation avec l’analyse. Il s’agit pour ces séances d’une animation clinique d’orientation psychanalytique (Blanchard-Laville, 2012). Je montrerai donc ce que les différentes reprises de l’écriture des notes à propos d’un même matériel ont pu apporter dans la compréhension des divers mouvements psychiques dans une écoute du discours tenu à plusieurs voix (Kaës, 1994) et de l’identité sonore du groupe (Lecourt, 2008). Ce sont ces questions sur le non-verbal, essentiellement vocal, qui sont au cœur de ma recherche doctorale.

Après chaque séance, j’ai procédé à un enregistrement immédiat de mes propres impressions de ce travail clinique en situation au profit du détail. Puis, j’ai restitué le plus fidèlement possible, en effectuant un travail précis de prise de notes, les attitudes, les bruissements sonores, les diverses tonalités vocales des participant(e)s ainsi que mes propres éprouvés psychiques ; j’ai noté également les élaborations cliniques proposées par les participant(e)s ou moi-même.

Par la suite, une analyse plus poussée de ce matériel a pu se faire dans le cadre de deux séances de supervision groupale auxquelles j’ai participé en m’impliquant dans un travail d’élaboration psychique en résonance de ces deux séances d’animation. J’ai donc ensuite restitué par écrit le travail psychique fait dans l’ici et maintenant des supervisions et effectué un travail de reprise de l’écriture des séances d’animation.

J’ai ensuite mis en perspective l’ensemble de mes écrits afin de saisir les élaborations psychiques en lien avec les dynamiques transférentielles du groupe et mes mouvements contre-transférentiels d’animatrice. Ces différents espaces temps entre les deux séances d’animation et les deux supervisions ont favorisé la prise en compte des diverses temporalités psychiques que j’ai pu véritablement mieux identifier dans l’après-coup à travers l’écriture, comme une des modalités de l’écoute psychanalytique (Korff-Sausse, 2010). Ce travail d’analyse du matériel d’écriture a eu également un impact sur le déroulement ultérieur d’une séance d’animation avec les mêmes protagonistes dont je proposerai l’analyse.

En lien avec ces différentes temporalités dans l’écriture en après-coup, j’aborderai donc l’implication et la subjectivité du chercheur dans le cadre d’une démarche clinique (Revault D’Allonnes, 1989) d’orientation psychanalytique en sciences de l’éducation en résonance avec une animation d’analyse des pratiques professionnelles en formation initiale.

 

Bibliographie :

Blanchard-Laville, C. (2012). Pour une clinique groupale du travail enseignant. Cliopsy, 8, p 47-71

Chaussecourte, P. (2010). Temporalités dans la recherche clinique. Autour de la notion psychanalytique d’après-coup. Cliopsy, 3, p 39-51.

Kaës, R. (1994). La parole et le lien, processus associatifs dans les groupes. Paris : Dunod, p 29

Korff-Sausse, S. (2010). Le psychanalyste "écrivant". Revue française de psychanalyse. Paris : PUF, p 400.

Lecourt, E. (2008). Introduction à l’analyse de groupe. Ramonville Saint Agne : Érès, p 258.

Revault D’Allonnes, C. (1989). La démarche clinique en sciences humaines. Paris : Dunod, p 30-31