432 - Pratique d’analyse réflexive en formation continue d’enseignants : apports du groupe, de la théorie et de la pratique d’écriture.

Alain Colsoul

ULB, Service des Sciences de l'Education, Belgique

 

Françoise Robin

ULB, Service des Sciences de l'Education, Belgique

 

Mots clés : pratique réflexive, gestion de classe, apprentissage, professionnalisation

 

Notre recherche analyse une démarche de pratique réflexive développée dans le cadre d’un programme universitaire en sciences de l’Education réservé à des enseignants au niveau primaire ou secondaire. Cette communication vise à expliquer les divers aspects de notre approche, en décrire les fondements. A partir des résultats d’une recherche menée en parallèle au programme de formation, nous montrons les questionnements que pose cette pratique à partir de la réflexion des participants, en étudiant l’évolution mesurée et déclarée de celle-ci.
Si une bonne partie de l’apprentissage professionnel se fait sur le terrain par l’action même du professionnel et que les solutions dans l’action apparaissent souvent dans une gestuelle avant qu’elles ne soient explicitées et nommées (St Arnaud, 1992), nous prenons en compte dans cette recherche que le simple fait d’agir n’est pas un simple gage de perfectionnement et que le fait de partager son expérience, de l’analyser, de planifier à nouveau son action semble source de perfectionnement. Nous menons ce programme de formation continue depuis 2009. La méthodologie privilégie la confrontation des témoignages lors de rencontres programmées et préparées par une lecture individuelle des cas décrits par chaque participant selon une grille élaborée par nous-mêmes. Cette méthodologie vise à permettre à chacun de rendre compte de sa pratique,  autrement dit à « simultanément « se » rendre compte et rendre compte à autrui de ce que l’on tente de faire » (Lessart, 2012).

A partir des écrits, des pratiques déclarées des participants sous forme de participation au groupe et d’entretiens avec ceux-ci, nous examinons le passage (ou non) de la description à la problématisation-conceptualisation d’une situation donnée (Jorro, 2005) ; la possibilité (ou non) de prendre en compte à la fois le développement personnel et professionnel des enseignants, en ce compris la dimension axiologique, et les objectifs de démocratisation de l’accès au savoir de l’Ecole (Perrenoud, 2001). Nous avons notamment distingué le rôle du groupe, l’apport d’éléments théoriques et le rôle de l’écriture elle-même, afin de dégager quelques intérêts et limites de cette pratique d’analyse réflexive.

 

Références bibliographiques :
Jorro A. (2005), Réflexivité et auto-évaluation dans les pratiques enseignantes. Mesure et évaluation en éducation, vol 27, n°2, p33-47, 2005.

Perrenoud, P (2006). Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant. Professionnalisation et raison pédagogique, Paris : ESF.

St Arnaud Y. (1992). Connaître par l’action, Montréal : Les Presses de l’Université.

Lessard C. (2012). Controverses éducatives et réflexivité : quant-à-soi personnel ou professionalisation, in Tardif M., Borges C & Malo A. (dir.) (pp.123-142) Le virage réflexif en éducation. Où en sommes-nous 30 ans après Schön ? Bruxelles : De Boeck Supérieur.