424 - Instituteur, un engagement en quête de sens

Karima Guezzou

Université Jean Monnet, Saint-Etienne, France

 

Mots Clés : Histoire, Formation, Laïcité, Militantisme, Identité. 

 

Résumé : Il s’agit de s’intéresser au travers d’une approche socio-historique, aux militants d’une organisation d’éducation populaire, la Ligue de l’enseignement (LDE), et particulièrement aux enseignants. Depuis la fin du XIXème siècle, ces derniers font de la laïcité la valeur essentielle à défendre, face à l’influence de l’église catholique, notamment en ce qui concerne la question scolaire. Ce groupe social a construit une identité laïque autour d’un système de valeurs partagées. L’enseignant est donc partisan de l’idéologie laïque. En effet, il a été, « instituteur », disposant souvent d’une culture politique solide, prenant sa source dans des espaces de formation et de socialisation spécifiques, tels que les amicales laïques, les sous des écoles, les syndicats ou les écoles normales. Les enseignants du premier degré étaient nombreux à militer à la LDE.

Aujourd’hui, l’église catholique ayant reconnu le principe de laïcité, la rivalité a perdu de son sens et le conflit scolaire semble apaisé. Parallèlement, les grandes mobilisations du corps enseignant pour défendre l’école laïque, n’ont pas suffi à mettre en place un Service Public Unifié et Laïque de l’Education Nationale. Alors qu'on les retrouvait en masse et très organisés dans les associations de l'éducation populaire, on constate depuis, une désaffection des enseignants à l'égard des structures fédératives traditionnelles. Par exemple, dès les débuts de la LDE, le corps enseignant avait investi cette structure. Or de nos jours, il semble que ce groupe social ne se renouvelle plus, au point de présupposer une défection des enseignants.

On peut alors se demander, dans quelle mesure l’identité laïque enseignante tend à disparaître de la LDE. De plus, depuis la fin des années 1990, on parle effectivement d'une crise du militantisme, nous conduisant ainsi à nous intéresser de près, à cette identité et culture militante. Nous nous attacherons principalement à comprendre les évolutions liées à cette corporation et les raisons de la crise du militantisme au sein de cette organisation.

Sur le plan méthodologique, il s’agit d’une enquête qualitative portant sur une fédération de la LDE. Notre matériau résulte de la technique de l'entretien semi-directif comme outil d’enquête, auprès de 15 militants "instituteurs" de la LDE de la Loire et membre du CA (ou l'ont été). Le guide d’entretien s’articule autour de questions thématiques portant sur l’engagement, l’expérience militante, le parcours de formation, la laïcité, afin de comprendre et d’expliquer les différentes transformations que connaît la LDE.

 

Références bibliographiques :

Actes Journée d'étude. (16 mai 2012). La Ligue de l'enseignement, un objet politique à identifier, des origines à nos jours. Université Louis lumière-Lyon2 : IUTCS. Repéré à URL http://www.calameo.com/books/0000262228e94f18a76f4

Boutry, P., (2009). L’instituteur comme pouvoir spirituel au village. Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n°43, 77-92.

Cohen, M., (2005). Associations laïques et confessionnelles, identités et valeurs. Paris : L’Harmattan.

Dubar, C., (2000). La crise des identités. L’interprétation d’une mutation. Paris : Presse Universitaire de France.

Frajerman, L., (2008). L’engagement des enseignants (1918-1968). Histoire de l’éducation, n°117, 57-96. 

Ion, J., (1997). La fin des militants ?. Paris : Les éditions de l'Atelier/Editions Ouvrières.

Prost, A. (1981). Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France, Tome IV, (depuis 1930). Paris :Edition Perrin.

Sevilla, N., (2012). Les militants de la Ligue Française de l’enseignement dans l’entre-deux-guerres. Repéré à URL http://www.himase.fr/spip.php?article56