*409 - Un dispositif de formation en soins infirmers basé sur une analyse de l'activité pour aider les tuteurs à expliciter leurs connaissances en acte

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

BOIVIN Sylvie

IFSI Loire Atlantique (44)

 

MUNOZ Grégory

CREN, Université de Nantes

 

Mot-clés: soins infirmiers, didactique professionnelle, connaissances en acte, tutorat

 

1. Cadre théorique et problématique : Pour devenir un professionnel compétent, l’étudiant en soins infirmiers (ESI) doit développer un raisonnement clinique infirmier en situation, afin de dispenser des soins individualisés, pertinents et de qualité (Durand, 2010). Comment les y aider, et sous quelles conditions ? La mise en place du nouveau référentiel, élaboré selon une approche qui se veut par compétence, a développé l’implication des tuteurs des milieux professionnels. Cependant, comment permettre que cet accompagnement tutoral incite l’ESI à identifier et argumenter les éléments de connaissances qu’il mobilise en situation réelle de travail ? Avec la didactique professionnelle (Pastré, 2011), nous émettons l’hypothèse que l’analyse de l'activité en vue de la formation doit pouvoir les y aider indirectement, en formant leur tuteur à identifier leurs propres connaissances en acte (Vergnaud, 2007), en lien avec les indicateurs pertinents à reconnaitre en situation de travail. 2. Contexte et cadre méthodologique : Dans le cadre d’une formation dispensée auprès de tuteurs en soins infirmiers, une large place est accordée à la présentation d’une analyse de l’activité, ainsi qu’une initiation à l’instruction au sosie (Clot, 2001). Cette méthodologie a pour finalité de leur faire prendre conscience de leurs connaissances en acte, mais aussi des connaissances scientifiques et techniques qu’ils « pragmatisent » en situation (Pastré, 2011). L’analyse de l’activité présentée, basée sur cette même méthodologie, a identifié la structure conceptuelle de la situation professionnelle « cathétériser une veine » et mis en lumière le concept pragmatique de « diagnostic du capital veineux », en comparant le modèle opératif de deux ESI avec celui d’une professionnelle confirmée. A partir d’un entretien semi-directif d’approche compréhensive mené auprès du « concepteur » de la formation, également « analyste de la situation de travail » proposée dans la formation, nous explicitons ce qui a présidé à son choix d’une part et la façon dont le dispositif a été conçu puis conduit d’autre part. 3. Premiers résultats et discussion : Durant la formation, certains tuteurs ont pu exprimer de manière fine des éléments issus de leur conceptualisation dans l’action ; le recours à l’analyse de l’activité induisant chez eux la nécessité de rendre visibles et explicites leurs connaissances opératoires. Cependant, si le discours institutionnel incite les apprenants à « comprendre, agir puis transférer », il apparaît que les conditions d’une telle transférabilité méritent d’être discutées, au regard de la dialectique « réussir et comprendre » (Pastré, 2011). 4.

 

Bibliographie :

Clot, Y. (2001). Méthodologie en clinique de l’activité. L’exemple du sosie. In M. Santiago Delefosse & G. Rouan (Dir.). Les méthodes qualitatives en psychologie. Paris : Dunod. Durand, C. (2010). De la capacité à la compétence : un apprentissage par étapes et dans l’alternance. Pédagogie en IFSI. http://www.cadredesante.com/. Pastré, P. (2011). La didactique professionnelle. Approche anthropologique du développement chez les adultes. Paris : PUF. Vergnaud, G. (2007). Représentation et activité : deux concepts étroitement associés. CREN, Recherches en éducation, 4, 9-22. http://www.recherches-en-education.net/IMG/pdf/REE-no4.pdf