403 - Comment penser la formation continue des enseignants du premer degré dans le cadre de leur polyvalence: analyses au travers du cas de l'enseignement des langues vivantes étrangères.

Christine Clémens Corbi

EAM ADEF Equipe ERGAPE Aix-Marseille Université ; France

 

Mots clés: Langues Vivantes Étrangères à l'école primaire, Ergonomie de l'activité, Polyvalence, Genre professionnel

 

L'objet d'étude de notre recherche porte sur l'enseignement des Langues Vivantes Etrangères à l'école primaire. Cette discipline, rendue obligatoire en 2002 par la publication de programmes officiels, a perturbé le rapport au travail des maîtres dans leur dimension d'enseignant polyvalent. Nous cherchons à cerner comment, face à ces nouvelles prescriptions officielles, les professeurs des écoles s'engagent dans cet enseignement, comment ils s'approprient ces transformations au plan individuel ou collectif et comment ils tentent de donner un sens à leur action. L'objectif de notre recherche à visée technologique est de produire des connaissances en vue de la formation continue et de découvrir les stratégies et compensations mises en place par les enseignants expérimentés pour faire leur travail malgré tout. Le cas de l'enseignement des LVE est un révélateur des tensions liées à la question de la polyvalence, tensions qui sont à la fois externes mais aussi internes au métier.

Un des présupposés théoriques qui fondent notre travail est la manière dont nous définissons l'activité: le réel de l’activité n’est pas que le réalisé. « Les activités suspendues, contrariées ou empêchées, voire les contre-activités, doivent donc être admises dans l’analyse (Clot, 1997; Clot, 2008, p.89). » Le cadre méthodologique de l’autoconfrontation (Amigues, Faïta et Saujat, 2004) nous a permis d’interroger les pratiques réelles de six enseignants expérimentés. Après avoir procédé à un enregistrement vidéo de leurs séances d’anglais, ils ont accepté de vivre une autoconfrontation simple ou croisée. Prendre en compte les verbatims des enseignants, c’est penser qu’il est possible d'approcher la complexité des choix que font les maîtres et comment celle-ci sert de catalyseur à leur pouvoir d’agir. Selon Clot (2008, p.13) « même sous contrainte externe, c'est dans la « boîte noire » de l'activité de travail que le pouvoir d’agir se développe ou s'atrophie ». Les premiers résultats ont montré que les maîtres opèrent des compromis stratégiques en utilisant leur maîtrise de la conduite de classe et/ou en essayant d’y arriver par une importante préparation de leur séance et/ou en usant de leur maîtrise de la langue cible. Dans tous les cas, ils ressentent un sentiment d'auto efficacité personnelle (Bandura, 2007) pour mener à bien leur séance d’anglais. À contrario, celui-ci ne semble pas directement mobilisable chez ceux dont le pouvoir d’agir est « contrarié » (Clot, 2008). Nous avons ainsi mis à jour un modèle de préoccupations des maîtres enseignant les LVE que nous avons appelé « genre professionnel stratégique ». Dans cette communication, nous mettrons en discussion notre modèle avec le concept de polyvalence. Nous l'illustrerons au travers d'extraits d'autoconfrontations en montrant comment, en retravaillant le genre social maître polyvalent du primaire, ces enseignants se créent un style en agissant précisément sur les degrés de maîtrise des axes de notre modèle.

 

Références bibliographiques :

AMIGUES, R., FAÏTA, D. & SAUJAT, F., (2004). « L’auto-confrontation croisée » : une méthode pour analyser l’activité enseignante et susciter le développement de l’expérience professionnelle. bulletin de psychologie, n°469, 41-44.

BANDURA, A., (2007). Auto-efficacité, le sentiment d’efficacité personnelle. (2e éd.) Louvain-la-Neuve : De Boeck Université.

CLOT, Y. & FAÏTA, D., (2000). Genres et styles en analyse du travail : concepts et méthodes. In Travailler, n°4, 7-42.

CLOT, Y., (2008). Travail et pouvoir d'agir. Paris : P.U.F.

CLOT, Y., (1997). Le problème des catachrèses en psychologie du travail : un cadre d'analyse. Le Travail Humain, 60, 37-48.