400- Le paradigme de la pensée complexe dans des manuels scolaires marocains à propos de thèmes relatifs à l’éducation à la santé

Salah-eddine Khzami *, Boujema Agorram *,  Abdelaziz Razouki*,  Sabah Selmaoui*

 

* professeur, Université Cadi Ayyad, ENS, Marrakech, Maroc

Equipe de recherche en éducation et formation (EREF), Université Cdi Ayyad, ENS de Marrakech, Maroc

UNIRéS (réseau des Universités pour l'éducation à la santé), France

 

Résumé

Très récemment, une partie de la recherche en éducation et en formation s’est développée autour d’un paradigme fédérateur : la pensée complexe. Dans le champ des « éducations à » (éducation à la santé, à l’environnement, à la citoyenneté…), les études commencent à utiliser une approche complexe. Nous nous intéressons spécifiquement à l’éducation à la santé (ES). Au Maroc, l'introduction de cette forme d'éducation dans les programmes et les manuels est assez récente dans l'enseignement des sciences de la vie et de la terre.

Nous avons pensé que, la théorie de la complexité développée par E. Morin, nous permettra d’analyser des manuels scolaires pour des thèmes relatifs à l’éducation à la santé. Précisons que cette théorie a été identifiée selon deux paradigmes de pensée différents, pensée simplifiante et pensée complexe. Ces deux paradigmes reposent sur trois principes (dualité/dialogique, causalité linéaire/récursif et isolement-disjonction/hologrammatique) qui permettent de définir deux formes d’éducation dans le champ de la santé, à savoir une éducation hygiéniste et une éducation de promotion de la santé, éducation globale. Le processus d’élaboration de la grille d’analyse s’est appuyé sur le paradigme de la complexité tel que défini par E. Morin (1990). La grille a été discutée puis testée sur des manuels de SVT, améliorée ensuite en fonction de ce test. Elle permet d’identifier le type de pensée dominant (complexe ou simplifiant).

Les résultats d’analyse (textes et images) ont montré que la plupart des manuels sont toujours ancrés dans un paradigme de pensée simplifiante qui parait souvent moralisante et normative.

Mots clés : éducation à la santé, pensée complexe,  manuel scolaire.

 

1. Introduction

L’éducation à la santé (ES) à l’école vise à répondre à des enjeux éducatifs soumis à des contraintes de politique de santé publique et à des contraintes sociétales, elle doit donc aussi permettre à l’élève de s’adapter à un environnement en perpétuelle mutation. Cette forme d’éducation se distingue nettement de l’enseignement disciplinaire traditionnel en branches de savoirs car c’est une éducation transversale.

L’ES est définie comme un ensemble d'interventions qui vise à informer, à motiver et à aider les élèves, futurs citoyens, à adopter volontairement et à maintenir des comportements sains (Jourdan (dir.), 2004). Autrefois, l'éducation à la santé se limitait à l’éducation sanitaire et les interventions se résumaient en une transmission ponctuelle d’informations scientifiques sur un thème précis et ceci selon une approche biomédicale réductionniste, exprimée par une causalité linéaire et par un style injonctif, profane (Sandrin Berthon, 1997 ; Larue, Fortin et Michard, 2000). Ce modèle d'intervention en éducation à la santé se limite à l’acquisition de savoirs ponctuels aux dépens du développement du savoir-faire, du savoir-être, du savoir-agir et également aux dépens du transfert des apprentissages scolaires de la part des élèves dans leur quotidien (Roberge, Choinière, 2009).

 

Depuis 1999, l’ES est introduite d’une façon explicite, dans les programmes et les manuels scolaires marocains. Des objectifs éducatifs relatifs à cette éducation ont été élaborés afin de construire des bases solides (connaissances et méthodes de raisonnement), de développer des comportements (poser des questions, chercher des réponses, débattre, choisir, agir) et de construire des valeurs (éthiques, …). L’atteinte de ces objectifs pourrait être facilitée par une pratique de l’ES de qualité qui elle-même pourrait être facilitée par des réflexions et des méthodes reposant sur la pensée complexe. L'ES selon ce nouveau paradigme, devient, donc, une éducation à l'autonomie. Elle vise ainsi la transmission des connaissances sur la santé, le développement des compétences psychosociales et également le développement du raisonnement complexe (Roberge, Choinière, 2009 ; Jourdan et al, 2004 ; OMS, 1997).

Si les pratiques d’enseignement jouent un rôle majeur dans le choix des contenus et des démarches adoptées en classe, il n’en demeure pas moins qu’elles s’appuient souvent, au moins au Maroc, sur les manuels scolaires. Ces manuels qui, par leur statut familier et incontournable, représentants du savoir et supports indissociables de l'enseignement, occupent une place privilégiée au sein de l'éducation. D’ailleurs, nombreux sont les travaux qui ont mis en exergue l’importance des manuels scolaires dans la culture professionnelle des enseignants (Gérard & Roegiers, 1993 ; Bruillard, 2005 ; Lebrun, 2006). Le manuel est souvent considéré comme un outil indispensable par les enseignants lors de la préparation de leurs cours. Il est vu, selon les cas,  comme un « garde fou » du programme, un outil de mise en œuvre des programmes, une aide pour la progression, une banque d’outil, d’exercices, de devoirs, de définitions, une ressource documentaire etc. Aussi, le manuel peut concourir à la formation professionnelle des enseignants (Niclot, 2003) par la diffusion de nouvelles connaissances, de nouvelles compétences pour faire face à de nouvelles exigences en mobilisant des savoirs et savoir-faire professionnels pour construire de nouvelles situations pédagogiques.

Nous avons estimé que la décision ministérielle de développer la thématique de l’ES à l’école est l’occasion pour nous de voir s’exprimer plus ou moins consciemment les conceptions des élaborateurs des programmes, qui sont par la suite plus ou moins traduites par les auteurs de manuels scolaires, eux-mêmes influencés par leurs propres conceptions.

Nous pensons que la théorie de la complexité développée par E. Morin,  nous permettra d’analyser des manuels scolaires pour des thèmes relatifs à l’éducation à la santé. Précisons que cette théorie a été  identifiée selon deux paradigmes de pensée différents, pensée simplifiante et pensée complexe. Ces deux paradigmes reposent sur trois principes (dualité/dialogique, causalité linéaire/récursif et isolement-disjonction/hologrammatique) qui permettent de définir deux formes d’éducation dans le champ de la santé :

Ø  une éducation hygiéniste qui insiste sur les connaissances scientifiques et médicales.

Ø  une éducation de promotion de la santé, éducation globale.

Notre question de recherche a été formulée comme suit : le paradigme de la complexité est-il pris en compte dans des manuels scolaires concernant des thèmes relatifs à l’éducation à la santé?

L’analyse de ces manuels nous permet d’identifier les conditions de transmission de messages en éducation à la santé. La prise en compte du paradigme de pensée complexe incitera les enseignants à adopter des méthodes de la pédagogie active (la démarche expérimentale, l’investigation, le travail de groupe, le débat, et les jeux de rôle).

2. Cadre conceptuel

2.1 L’éducation à la santé

Aujourd'hui, l'éducation à la santé ne vise plus la prévention et le changement des comportements, elle cherche à former, à éduquer, à apprendre à vivre et à se réaliser dans une société en perpétuelle mutation. Par conséquent, la tendance actuelle en éducation à la santé est d'élaborer et d'appliquer des stratégies d’interventions, conçues selon les principes de la pédagogie active, basées sur des méthodes qui placent l'élève au centre de son apprentissage, ayant une approche complexe, interdisciplinaire et globale, reliant l'individu à sa société et à son environnement et permettant l'intégration de nouvelles compétences relatives aux savoirs, aux savoir-faire et au savoir être (Jourdan (dir.), 2004 ; Bantuelle, Demeulemeester, 2008 ; Roberge et Choinière, 2009). L'éducation à la santé selon ce nouveau paradigme, devient, donc, une éducation à l'autonomie.

Eduquer à la santé, c’est éduquer à la pensée complexe et non pas multiplier les interdits sans susciter de réflexion. La pensée complexe n’est pas une démission intellectuelle affirmant que tout étant complexe, on ne peut rien comprendre. L’éducation à la pensée complexe, c’est l’éducation aux choix, et non pas un enseignement des choix. Le choix doit être fondé sur la connaissance, la raison, l’esprit critique, le débat et l’engagement individuel et collectif.

Il s’agirait d’une éducation qui consisterait en une ouverture de la pensée sur le sens de la vie en ce qu’il y a de plus universel, caractérisé par le dépassement de l’opposition entre la santé et la maladie, la reconnaissance pour toute action humaine de sa contribution à une mission globale de santé positive.

2.2 La pensée de la complexité

La réflexion sur la complexité est d’abord le fait de philosophes des sciences ou de chercheurs - physiciens, astronomes, biologistes, psychologues ou sociologues - qui tentent de comprendre pourquoi la réalité résiste à leurs modèles, pourquoi il ne suffit pas de simplifier la réalité, de la réduire à la composition de lois ou de particules élémentaires pour la comprendre.

Le concept de complexité est issu des travaux de Wiener et Ashby sur la cybernétique, en 1947. Celle-ci se proposait de faire collaborer des biologistes, des électroniciens, des psychologues et des physiciens pour étudier les systèmes complexes, leur dynamique et les phénomènes d’auto-organisation auxquels ils donnent lieu. C’est donc avec les fondateurs de la cybernétique, que la complexité est entrée véritablement en scène dans la science. Notons que dans son principe, la cybernétique peut être appliquée à l’étude des phénomènes physiques, biologiques ou sociaux.

 La pensée de la complexité, du sociologue et philosophe Edgar Morin (1990), est née du développement et des limites des sciences contemporaines. Vient du latin complexus : ce qui est tissé ensemble et complexi : ce qui contient des éléments différents. Elle vise à articuler entre eux des savoirs spécialisés, à construire des concepts et des raisonnements aptes à appréhender des phénomènes complexes. C’est une épistémologie, qui incite l’esprit à élaborer des stratégies de connaissances applicables à différents domaines, s’ils ne sont pas fragmentés et clos. Elle incite à cheminer par soi-même, en créant du nouveau et des lignes de force en fonction des questions et des possibles solutions.

La pensée de la complexité d’E. Morin selon Weinberg (1995) « n’est pas n’est pas une pensée holistique, dans le sens où elle ne privilégie pas le global sur l’analyse des composants ». Il s’agit plutôt d’articuler le global et le particulier par des allers et retours en rétroactions.

Le paradigme de complexité est fondé sur des principes de liaison et d’association. La démarche consiste ainsi à circuler entre l’élémentaire et le global, le séparable et l’inséparable, la certitude et l’incertitude, entre les paradoxes et les antagonismes.

Selon E. Morin (1990) « la complexité est un tissu de constituants hétérogènes inséparablement associés ». L'objectif d'Edgar Morin est de mieux cerner et comprendre nos personnes, notre humanité et notre monde. Il le fait avec lucidité, énonçant que “Toute théorie, y compris scientifique, ne peut épuiser le réel, et enfermer son objet dans ses paradigmes.”

La théorie de la complexité est à l’intersection de plusieurs théories : la théorie de l’information qui est un outil de traitement de l’incertitude, la cybernétique, l’approche systémique qui est une base pour repenser l’organisation, la théorie de l’auto-organisation et la théorie du chaos. Elle repose sur les principes de dialogique, de récursion et d’hologrammatique.

Le principe de dialogique : il s’agit de distinguer et penser ensemble des notions antagonistes, voire contradictoires qui apparemment se repoussent, mais qui sont indissociables pour appréhender une réalité.

Le principe de récursion : c’est une boucle auto-génératrice, d’auto-production et d’auto-organisation, qui dépasse la notion de régulation et de rétroaction (ou feed-back). Par exemple les humains produisent la société, mais la société elle-même produit l’humanité dans ces individus : langage, culture… l’idée d’organisation est incontournable à l’idée de récursion.

Le principe « hologrammatique » repose sur le paradoxe systémique suivant : la partie est dans le tout, mais le tout est dans la partie. Par exemple, chaque cellule est une partie d'un tout - l'organisme global - mais le tout est lui-même dans la partie : la totalité du patrimoine génétique est présent dans chaque cellule individuelle.

Dans ses ouvrages, Morin développe l’idée que seule une pensée complexe peut refléter la complexité du réel, et en relation la complexité du réel vient générer une pensée multidimensionnelle et complexe. Il s’agit donc de ne pas simplifier, ni notre pensée ni les situations, et ce afin d’enrichir notre connaissance et nos actions.

L’application de cette réflexion, qui a une apparence de simplifié, se révèle en fait bien difficile dans les contextes quotidiens ou professionnels, car elle oblige à mettre en relation des idées parfois contradictoires. Mais c’est aussi l’intérêt pour ne pas s’enfermer dans des schémas de pensée réducteurs et stéréotypés, même au prix d’incertitude.

 

2.3 L'éducation à la santé analysée avec la théorie de la complexité

 

Le principe dualiste y est illustré par le fait que la santé et la maladie sont deux notions absolument répulsives et antagonistes. De même l’accent est mis sur la présence d’une part, de mots tels que  prévention, protection, avertissement, sain, interdit et d’autre part, sur  l’aspect curatif. Les noms des maladies sont donnés. 

Le principe de causalité linéaire est représenté par le fait que, dans ce modèle, l'éducation à la santé reviendrait à transmettre des informations scientifiques et médicales, ce qui conduirait l'individu à adopter les comportements lui permettant de réduire les facteurs de risque de maladie et de se maintenir en bonne santé. De même, une cause ne peut avoir qu’un seul effet.

Le principe de disjonction apparaît dans la pratique disciplinaire de l’éducation hygiéniste (biomédicale), car elle ne se pratique qu’en cours de sciences biologiques. Ce principe s’illustre également lorsqu’on considère qu’un problème multifactoriel est simplifié ou réduit à une seule cause et que l’on fait abstraction de l’action de l’environnement sur la santé.

L’éducation à la santé définie suivant le modèle promotion de la santé fait intervenir les trois principes qui fondent le paradigme de la pensée complexe. Le principe dialogique est illustré dans les modèles de santé biopsychosocial (Engels, 1977) et  holistique (Bronfenbrenner & Morris, 1998) dans lesquels la limite entre santé et maladie n’est plus franche. En plus, la personne est considérée dans son ensemble et non dans ses parties prises isolément et qu’il y a une relation avec l’environnement physique et humain.

 Le principe récursif est appliqué en éducation à la santé en ce qui concerne l'acquisition des compétences psychosociales qui renvoient aux notions d’autonomie, de responsabilité et de bien-être. En effet, celles-ci créent une boucle génératrice favorable à la santé de l'individu. Elles permettent de répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne et visent l’ouverture et l’adaptation de l’individu à son milieu. Plus il sera adapté et confiant, plus il s’ouvrira sur le monde extérieur. En plus cet individu sera conscient du fait que les effets et les causes interagissent.

Le principe hologrammatique est présent en éducation à la santé, car bien que cette dernière ne soit qu’une partie de l’éducation globale de l’élève, elle doit être réalisée de façon transversale et se retrouver dans tous les champs disciplinaires, participant ainsi à la formation générale du jeune citoyen (Arboix et Caussidier,  2010). De plus, la démarche de l’enseignant en éducation à la santé doit s’inscrire dans une démarche globale privilégiant le travail en partenariat.

Par  une approche systémique, l’enseignant adopte une posture d’enseignement qui permet d’intégrer l’éducation à la santé dans sa pratique quotidienne, notamment au travers du développement des compétences psychosociales et du raisonnement complexe. L’apprentissage par résolution de problèmes y est privilégié.

3. Méthodologie

3.1. Corpus

Les contenus des manuels scolaires de biologie ont été appréhendés avec la grille d’analyse que nous avons élaborée.

L’analyse a porté sur le thème de l’éducation à la santé dans ces manuels.

Le corpus de cette étude a été composé d'un total de10 manuels du primaire et du secondaire (collège et lycée).           

La répartition de ce corpus est représentée dans le tableau suivant :

Niveaux

1ère année

2èmeannée

3ème année

4ème année

5ème année

Primaire

 

 

2

2

1

Collège

1

 

1

 

 

lycée

1

2

 

 

 

Tableau : représentation des manuels scolaires analysés

3.2. Grille d’analyse

Nous avons construit une grille (annexe 1) en nous basant sur la théorie de la complexité initiée par Edgar Morin (1980). Cette grille permet d’identifier le type de pensée dominant (complexe ou simplifiant). Le processus d’élaboration de la grille s’est appuyé sur le paradigme de la complexité tel que défini par E. Morin (1980).

La grille a été discutée puis testée sur des manuels de SVT, améliorée ensuite en fonction de ce test.

4. Résultats

4.1 Analyse du texte

Dans chacun des manuels étudiés, nous avons cherché  des expressions ou des idées qui sont plus associées à tel ou tel principe.

Les résultats ont montré que les manuels du secondaire contiennent le plus grand nombre d’idées (54) en rapport avec le principe dualiste, suivis par ceux du collège (38), et enfin ceux du primaire (25). L’attention, dans ce cas, est centrée sur la santé et la maladie en tant que deux notions absolument répulsives et antagonistes. Les manuels donnent les noms des maladies, les agents pathogènes, les symptômes, traitements, pronostic, prévention, avertissement, sain et interdit.

Les idées où la limite entre santé et maladie n’est pas franche, la personne est considérée dans son ensemble et non dans ses parties prises isolément (holistique) et où la relation avec l’environnement physique et humain est définie sont très rares.

Les résultats ont montré aussi que les manuels du secondaire contiennent le plus grand nombre d’idées (65) en rapport avec le principe de causalité linéaire, suivis par ceux du collège (46), et enfin ceux du primaire (32). Ces manuels insistent sur le fait que l’acquisition de connaissances entraîne des comportements favorables à la santé, la réduction des facteurs de risque entraîne une totale protection et qu’une cause ne peut avoir qu’un seul effet.

Le principe  récursif est très peu représenté dans les manuels. On y insiste plus sur l’acquisition de connaissances que sur l’acquisition de compétences psychosociales  (autonomie, responsabilité…).

Par rapport au principe hologrammatique, très rares sont les idées ou expressions qui se rapportent à ce principe. Les manuels du secondaire n’en contiennent aucune. A chaque fois, un problème multifactoriel est réduit à une seule cause. De même, on fait abstraction de l’action de l’environnement sur la santé. La problématisation peut être présente dans certains manuels mais donnée, les solutions sont imposées sans argumentation ni action. L'information est ainsi transmise de manière dogmatique avec des consignes ou des directives à appliquer.

En examinant l'évolution des trois principes (dualiste, causalité linéaire et disjonction) en rapport avec la pensée simplifiante, il est possible de voir qu'il y a une tendance générale pour leur augmentation  avec le niveau scolaire.

4.1 Analyse des images

L’analyse des images est plus complexe dans la mesure où elles présentent un aspect polysémique rendant parfois leur interprétation subjective (Semprini, 1996]. Leur contenu n’est jamais choisi au hasard mais reflète une conception sous-jacente.

       Les résultats d’analyse des différents manuels scolaires ont montré que la majorité des images utilisées pour l’éducation à la santé sont en rapport avec le paradigme de la simplification. Ces images présentent un  déterminisme linéaire ou causalité linéaire (Cause/ effet). Elles s'appuient sur les précisions des détails au dépend des liens entre les éléments d'un système. Ce sont des images empiriques qui tendent à limiter les connaissances à ce qui est mesurable quantifiable, images montrant que la connaissance du tout est réduite à la connaissance additive de ses éléments.

L’analyse globale des manuels scolaires des 3 niveaux a montré que des images peuvent être associées au paradigme de la complexité, avec des pourcentages de 25% pour le primaire, 16% pour le collège et 5% seulement pour le secondaire (figures 4, 5 et 6). Ces rares images présentent une interaction avec l’environnement. D’autres  sont des images heuristiques qui expriment une situation- problème contenant des questions qui incitent à la participation active des élèves ou qui évoquent un problème de la vie courante, et demandent l’avis des élèves ou leur participation à résoudre ce problème. Certaines images présentent des flèches de rétroaction, ou des feed back, des cycles.

5. Discussion

L’analyse  des textes et  des images dans le domaine de l’éducation à la santé révèle la dominance des connaissances scientifiques qui ont une connotation avec la pensée simplifiante. Les connaissances, certes sont indispensables, mais ne sont pas suffisantes pour que les élèves adoptent des comportements positifs vis-à-vis de leur santé.

Il est ainsi regrettable de constater que dans les manuels, traitant de thématiques liées à l’éducation à la santé où la participation de l’élève, la prise de conscience, et l’autonomie sont primordiales, que les concepteurs des  manuels analysés font très peu référence au paradigme de la complexité. La pensée simplifiante  privilégiée par ces auteurs est souvent moralisante et normative, elle ne laisse que peu de place à l’autonomie  de l’élève. On peut se demander comment cette la simplification de l’éducation à la santé en termes d’images et de phrases dans les différents cycles et plus particulièrement dans le cycle secondaire peut favoriser l’éducation à la santé chez l’élève marocain. La prédominance de ce paradigme risquerait d’obérer le transfert des connaissances et la construction de compétences par rapport aux situations de références ou risques rencontrées dans la vie quotidienne.

 Conclusion

ette recherche est originale par le cadre conceptuel qu’elle pose pour réaliser l’analyse des manuels scolaires à propos de l'éducation à la santé. En effet, l’analyse de celles-ci, à l'aide du paradigme de la pensée complexe, est une approche qui n'a pas encore été développée, à notre connaissance. La pensée complexe est un paradigme de pensée qui permet de considérer la santé et l’éducation à la santé sous un angle différent de celui, biomédical, couramment utilisé par les auteurs de manuels.

Rappelons que la grille utilisée demande à être retravailler et tester sur d’autres manuels dans des contextes différents. L’interprétation des résultats doit tenir d’une possible limite de la grille et rester prudente quand à leur portée. Malgré cette limite, la présente recherche a tout de même permis d’explorer un domaine aussi vaste que celui de la transposition de l’éducation à la santé.

  La plupart des manuels analysés semblent ancrés dans un paradigme de pensée simplifiante. Cette  pensée  privilégiée par les auteurs des manuels est souvent moralisante et normative (Khzami et al. 2012).

Le nombre réduit d'images et de textes conçus selon le paradigme de la complexité ne facilite pas la participation active des élèves pendant les séquences de cours et limite les activités d'apprentissage conformes à la pensée complexe et globale qui relie au dépend de la pensée réductrice simplificatrice qui sépare.

L’éducation à la santé à l'école devrait être conçue selon  une logique interdisciplinaire développant des compétences de résolution de problèmes conformes aux principes du paradigme de la complexité, répondant ainsi aux problèmes de santé du réel vécu. La santé est à la fois connaissances, compétences et surtout, comme le propose l'organisation mondiale pour  la santé, construction d'un ensemble de rapports à soi, aux autres, au milieu, au passé, mais aussi à l'avenir (Mérini, 2006).

Il est donc important que les concepteurs de manuels scolaires soient conscients qu’une éducation à la santé de qualité  s’intéresse autant aux contenus notionnels qu’au développement de compétences psychosociales. Cette éducation à la santé de qualité répond aux principes dialogique, récursif et hologrammatique qui font de cette éducation  une éducation complexe, une éducation qui met en jeu la relation à soi et à l’autre et qui contribue de manière spécifique à un processus éducatif global.

Il s’agit donc de repenser la transposition didactique pour une efficace éducation à la santé tout en gardant à l’esprit que le paradigme de pensée complexe et le paradigme de pensée simplifiante  ne sont pas incompatibles: ils sont complémentaires.

 

 

Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier l’UNIRéS pour son soutien   

 

Bibliographie

Arboix, F. & Caussidier, C. (2010). La pensée complexe en éducation pour la santé : un déterminant des pratiques enseignantes à l’école primaire. In Actes du Colloque international francophone « Complexité 2010 » La pensée complexe : défis et opportunités pour l’éducation, la recherche et les organisations.  Lille (France).

Bronfenbrenner, U. & Morris, P.A. (1998). The ecology of developmental processes. In W. Damon & R.M. Lerner, Handbook of child psychology. Vol 1. Theoretical models of human development, New York: J. Wiley, p. 993-1028.

Bruillard, E. (2005). Manuels scolaires, regards croisés. Caen : SCREN-CRDP.

Engels, G.L. (1977). The need for a new medical model: a challenge forbiomedicine. Science, n° 196, p. 129-135.

Gérard, F.M. & Roegiers, X. (1993). Concevoir et évaluer des manuels scolaires. Bruxelles : De Boeck-Wesmael.

Jourdan, D. (dir). (2004). La formation des acteurs de l’éducation à la santé en milieu scolaire. Toulouse, France: Edition universitaires du sud, collection école et santé.

Jourdan, D. et Berger, D. (2005). De l'utilité de clarifier les référents théoriques de l'éducation pour la santé. La Santé de l'Homme, 377, 17-20.

Jourdan, D.  Piec, I. Aublet-Cuvelier, B. Berger,  D. Lejeune, M. Laquet-Riffaud ,A. Geneix,  C. & Glanddier, P. (2002). Éducation à la santé à l’école : pratiques et représentations des enseignants du primaire. Santé publique, Vol. 4, n°14: 403-423.

Jourdan, D. (2004). Quelle éducation nutritionnelle à l’école? La santé de L’Homme, 374: 26-29.

Khzami, S. Razouki, A. Selmaoui, S. Agorram, B. & Berger, D. (2012). Eduquer à la santé et à la sexualité, c’est transmettre aussi des valeurs. Spirale 50. Pp. 111-124.

Khzami, S.  Agorram, B. Selmaoui, S. Clément, P. El Hage, F. Bernard, S. & Berger, D. (2010).  L’éducation à la santé : analyse comparative des manuels scolaires de biologie de 3 pays méditerranéens. Education & Formation – e-292. pp. 57-67.

Larue, R. Fortin, J. et Michard, J-L. (2000). Ecole et santé: le pari de l’éducation. Paris, France: Hachette.

Lebrun, M. (2006). Le manuel scolaire-un outil à multiples facettes. Montréal : Presses de l’Université du Québec.

Mérini, C. (2006). Le partenariat en formation : de la modélisation à une application (2è ed.). Paris : l’Harmattan.

Morin, E. (1990). Introduction à la pensée complexe. Paris : ESF éditeur.

Morin, E. (1995).  Penser la complexité. Revue sciences humaines, n° 47

Roberge, M.C. & Choinière, C. (2009). Analyse des interventions de promotion de la santé et de prévention en contexte scolaire québécois : cohérence avec les meilleures pratiques selon l’approche Ecole en santé. Institut national de santé publique du Québec.

Sandrin Berthon, B. (1997). Apprendre la santé à l’école. Paris, France: ESF éditeur.