383/8- Quelle activité pour les formateurs dans une situation d’apprentissage a-professionnel auxiliaire du montage de film ?

Lucie Petit

Cueep -Université Lille 1, Laboratoire Trigone-Cirel, Lille, France

 

Mots-clés:situation, apprentissage a-aprofessionnel auxiliaire, activité, contenu, accompagnement.

 

Notre communication porte sur l’activité des formateurs lors de l’apprentissage d’outils quels qu’ils soient (Rabardel, 1995 ; Rabardel et Samurçay, 2004 et 2006). Elle s’intéresse à une situation d’apprentissage d’une activité instrumentée dans un dispositif de formation universitaire et professionnalisant, dans laquelle ceux qui apprennent, doivent produire pour apprendre à faire. En effet, il s’agit, à l’aide d’un progiciel spécifique, de monter un ou plusieurs films courts. Le but n’est pas tant de former des professionnels de l’audiovisuel mais de préparer de futurs spécialistes de la formation à l’élaboration d’un produit multimédia éducatif. Le montage de film n’est pas formulé en tant qu’objet de formation toutefois, il est une condition nécessaire pour atteindre l’objectif annoncé. En outre, les apprenants doivent réaliser des tâches de montage sans recevoir de formation préalable et les formateurs ne sont ni d’anciens monteurs professionnels, ni formés professionnellement au montage de film.

Nous qualifions cet apprentissage d’a-professionnel auxiliaire. L’adjectif a-professionnel se réfère à une situation d’apprentissage instituée non organisée autour d’une profession mais qui propose des tâches requérant une mobilisation des savoirs et savoir-faire d’un métier particulier, sans intention explicite de transfert de ces nouvelles capacités aussi bien dans l’espace professionnel en général que dans celui du métier de référence. Dès lors, nous pouvons considérer que les usages du montage de film varient en fonction d’exigences différenciées des milieux.

Dans une telle situation d’apprentissage, comment procèdent les formateurs afin de transmettre les éléments techniques et esthétiques utiles à l’atteinte de l’objectif annoncé ? Comment garantissent-ils la dynamique constructive (Rabardel et Samurçay, 2004) de l’objet de formation. 

Pour comprendre cela, nous avons observé durant deux années universitaires, deux formateurs d’un cours sur l’utilisation des Tice d’une première année de Master « Métiers de la formation ». Leur intervention s’organise en cours d’action, au gré de l’activité productive (Rabardel et Samurçay, 2006) des équipes d’étudiants. Elle concerne les fonctionnalités du progiciel utilisé, le montage (langage audiovisuel et procédés stylistico-sémiologiques) ainsi que le produit multimédia à réaliser. Elle semble se limiter au déblocage de la dimension productive de l’activité des apprenants afin que la dimension constructive puisse se poursuivre. L’objectif est de faire progresser les équipes vers le but de la tâche (monter un film), quitte à laisser en l’état des impasses, des erreurs, des approximations ou des vides d’explication.

Dans une telle situation, comment peut-on caractériser l’activité des formateurs ? Le fait qu’elle se déploie en cours d’action et s’ajuste aux demandes ou difficultés rencontrées par chaque équipe d’étudiants, l’inscrit-elle dans l’accompagnement plutôt que dans la transmission ? Dans de telles conditions, comment sont traités les contenus, entendus comme les savoirs et savoirs-faire nécessaires pour faire réaliser une tâche et en résoudre les problèmes ? Comment sont-ils transmis ?

 

Références

Bauthier, E. et Goigoux, R. (2004). Difficultés d’apprentissage, processus de secondarisation et pratiques enseignantes : une hypothèse relationnelle. Revue Française de Pédagogie, 148, 89-100

Brousseau, G. (1998). Théorie des situations didactiques. Grenoble : La Pensée sauvage Éditions.

Kunegel, P. (2011). Les maîtres d’apprentissage. Paris : L’Harmattan.

Pastré, P. (2011). La didactique professionnelle. Paris : PUF.

Maela, P. (2004). L'accompagnement : une posture professionnelle spécifique. Paris : Éditions L’Harmattan

Rabardel, P. et Samurçay, R. (2004). Modèles pour l'analyse de l'activité et des compétences, propositions. Dans R. Samurçay et P. Pastré (dir.), Recherches en didactique professionnelle (p. 163-180). Toulouse : Octarès Éditions.

Rabardel, P. et Samurçay, R. (2006). Apprentissage par les artefacts. Dans J.-M. Barbier et M. Durand (dir.), Sujets, Activités, Environnements (p. 31-60). Paris : PUF.

Rabardel, P. (1995). Les Hommes et les Technologies. Approche cognitive des instruments. Paris : Armand Colin.

Reuter, Y. ; Cohen-Azria, C. ; Daunay, B. ; Delcambre-Derville, I. et Lahanier-Reuter, D. (2012). Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Bruxelles : De Boeck.