379 - Un « effet parent enseignant » contribue-t-il à expliquer la meilleure réussite scolaire des enfants d’enseignant(s) aux primaire et secondaire inférieur ?

Annie Da-Costa Lasne

Laboratoire IREDU, Université de Bourgogne, Dijon, France

 

Mots-clés : Réussite scolaire, pratiques éducatives, parents enseignants

 

Du primaire au secondaire, les enfants d’enseignant(s) obtiennent les meilleurs résultats scolaires. Les déterminants sociaux renseignent sur les caractéristiques du milieu familial, mais ces variables distales ne décrivent pas ce qui s’y passe réellement. A considérer les travaux consacrés aux pratiques éducatives familiales, nombreux sont ceux qui se spécialisent sur l’une ou l’autre des dimensions des pratiques: autonomie (Baumrind, 1971 ; Lautrey, 1980), estime de soi (Kellerhals, Montandon, 1991 ; Lescarret, Oubrayrie, 1997), internalité (Pansu, 1997), transmission de connaissances culturelles (Sullivan, 2002), de compétences langagières (Bernstein, 1975; Pourtois, Desmet, 1995), ambitions scolaires parentales (Tazouti, 2003) ou encore engagement des parents dans le travail scolaire domestique (Deslandes, 1996 ; Feuerstein, 2000). La combinaison de ces dimensions reste peu étudiée. Enfin, y compris dans le cas de travaux typologiques, peu d’études testent les pratiques étudiées à l’aune de leurs effets sur la réussite scolaire. La communication proposée, née d’un travail de thèse, souhaite rendre compte de la démonstration du lien entre « réaliser les meilleures performances scolaires » et « être enfant de parents dont l’un au moins est enseignant » et présenter les facteurs familiaux, notamment les pratiques éducatives parentales de socialisation et d’accompagnement de la scolarité, que recouvrent cet « effet parent enseignant ». Du point de vue méthodologique, l’étude s’appuie sur une analyse secondaire des résultats de l’enquête du Panel 95. Deux indicateurs, l’un de profession, l’autre de diplôme, ont été construits tenant compte du père et de la mère. La réussite scolaire des élèves est repérée par les scores obtenus à l’évaluation nationale à l’entrée en 6ème et au contrôle continu du brevet. Une typologie originale en sept classes de pratiques éducatives familiales a été construite. Analyse factorielle des correspondances (AFC) et classification ascendante hiérarchique (CAH) ont été sollicitées.L’influence des variables explicatives sur la réussite scolaire est repérée par une analyse multivariée. Plusieurs résultats ont été établis. Un effet parent enseignant brut (autrement dit, le fait d’avoir l’un au moins de ses parents enseignant) est à l’origine du meilleur niveau de réussite scolaire aux deux niveaux de scolarité. Un effet parent enseignant net du niveau de diplôme parental persiste, d’autant plus marqué au secondaire. Les pratiques éducatives détiennent en propre un fort pouvoir explicatif de la réussite scolaire. Les classes de pratiques éducatives apparaissent socialement marquées. Les familles d’enseignant(s) se distinguent des autres familles en investissant les classes de pratiques les plus rentables scolairement. Un effet parent enseignant favorable à la réussite scolaire persiste lorsque le niveau de diplôme et les pratiques éducatives sont contrôlés. Il reste l’effet associé à la meilleure réussite scolaire.

 

Références Bibliographiques :

BAUMRIND, D. (1971). Current patterns of parental authority. Developmental Psychological Monographs, 4, 1-103.

BERNSTEIN, B. (1975). Langage et classes sociales : codes socio-linguistiques et contrôle social. Paris : Éditions de Minuit.

DESLANDES, R. (1996). Collaboration entre l’école et les familles : Influence du style parental et de la participation parentale sur la réussite scolaire au secondaire (Doctorat de Psychopédagogie, Université Laval).

FEUERSTEIN, A. (2000), School Characteristics and Parent Involvement: Influences on Participation in Children's Schools. The Journal of Educational Research, 94(1),29-40.

KELLERHALS, J., MONTANDON C. (1991). Les stratégies éducatives des familles. Milieu social, dynamique familiale et éducation des pré-adolescents. Lausanne : Delachaux et Niestlé.

LAUTREY, J. (1980). Classe sociale, milieu familial, intelligence. Paris : PUF.

LESCARRET, O., OUBRAYRIE, N. (1997). Pratiques éducatives, estime de soi et compétences cognitives. Spirale, 20, 7-25.

PANSU, P. (1997). Norme d'internalité et appréciation de la valeur professionnelle: l'effet des explications internes dans l'appréciation du personnel. Le Travail Humain, 60(2), 205-222.

POURTOIS, J.P., DESMET H. (1995). Parents, agents de développement. Dans J.P POURTOIS (dir.), Blessure d’enfant ; la maltraitance : théorie, pratique et intervention. Bruxelles : De Boeck Université.

SULLIVAN, A. (2002). Bourdieu and Education: How useful is Bourdieu’s Theory for researchers ?. The Netherlands Journal of Social Sciences, 38(2), 144-166.

TAZOUTI, Y. (2003). Éducation familiale et performances scolaires des enfants de milieu populaire. Revue européenne de psychologie appliquée, 53(2), 97-106.