371 - Du diagnostic des compétences à la remédiation sur l’écrit chez des enfants de CM2

Sara Majaji

Université Lyon 2, France

 

Jean-Marie Besse

Université Lyon 2, France

 

Mots clés : psychologie du développement, évaluation des compétences en lecture-écriture, appropriation de l’écrit, remédiation sur l’écrit, métacognition.

 

L’appropriation de l’Écrit est à entendre comme l’intégration et la reconstruction active d’éléments en lien avec l’écrit, significatifs pour un individu : elle constitue ainsi une approche dynamique de l’Écrit, centrée sur le sujet, son cheminement, ses compétences et ses représentations, en prenant aussi bien en compte les dimensions cognitives que sociales et affectives.

Qu’en est-il pour des enfants de CM2 ? Nous nous interrogerons d’abord sur la façon dont ils se sont ou non approprié l’écrit, puis nous chercherons à vérifier les éventuels effets d’ateliers de remédiation sur l’écrit sur leurs compétences et représentations.

Dans un premier temps, 40 enfants de CM2 tout-venant sont évalués au cours d’un entretien individuel, grâce à des activités adaptées portant sur le lire-écrire-parler, élaborées à partir de supports non-scolaires, suffisamment familiers et porteurs de sens pour l’enfant. Différents profils peuvent alors être définis en fonction des procédures, stratégies, motivations, pratiques, fonctions de l’écrit et représentations de soi comme lecteur-scripteur. Les compétences et difficultés manifestées par ces enfants sont également croisées avec le regard de leurs enseignants (sur la base de questionnaires) pour mieux appréhender la notion d’élèves en difficulté. En résulte une définition complexe, au vu de la diversité des profils dégagés et des regards : des différences qualitatives apparaissent entre compétences mesurées et observées et dans l’entrée choisie par les enseignants (affectif ou cognitif) pour désigner un élève comme étant en difficulté sur l’Écrit.

Dans un second temps, 20 de ces enfants ont intégré pendant 4 mois des ateliers bihebdomadaires de remédiation sur l’écrit, où ils ont travaillé en petits groupes de compétences hétérogènes autour de la création d’un journal scolaire. L’objectif principal était de s’approprier l’écrit différemment pour (re)trouver le goût et le plaisir du lire-écrire, en favorisant la réflexion et la mise en sens du travail sur l’écrit, pour accéder à une plus grande autonomie. Le cadre méthodologique retenu rappelle le courant post-piagétien de la remédiation ou celui de l’éducabilité cognitive : diagnostic initial des compétences, adaptation aux sujets, interactions entre pairs avec le moins possible d’interventions de l’adulte, conflit sociocognitif et importance de la métacognition.

Si enfants et enseignants semblent satisfaits du travail réalisé, l’analyse d’éléments plus objectifs (questionnaires individuels et collectifs, articles produits, interactions et explicitations fournies par les enfants), permettra de vérifier les effets de la remédiation (groupe contrôle/expérimental, en prétest/posttest), notamment en lien avec les représentations des enfants sur l’Écrit et leur appropriation.

 

Références bibliographiques :

Barré-de-Miniac, C. (2003). Savoir lire et écrire dans une société donnée. Revue française de linguistique appliquée, 8(1), 107–120.

Berzin, C., & Brisset, C. (2008). Le statut de la difficulté dans les apprentissages: les représentations des enseignants spécialisés et non spécialisés. Carrefours de l’éducation, 25(1), 91–101.

Besse, J.-M., Luis, M.-H., Paire, K., Petiot-Poirson, K., & Petit Charles, E. (2004). Évaluer les illettrismes : diagnostic des modes d’appropriation de l’écrit – Guide pratique. Paris : Retz.

Dolle, J.-M., & Bellano (1989). Ces enfants qui n’apprennent pas : Diagnostic et remédiations. Paris : Éditions du Centurion.

Écalle, J. (1998). L’école : un monde intersubjectif de représentations entrecroisées. Revue française de pédagogie, 122, 5-17.

Ferreiro, E. (2000). L’écriture avant la lettre. Paris : Hachette Éducation.

Fleuret, C., & Montésinos-Gelet, I. (2012). Le rapport à l’écrit : habitus culturel et diversité. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Guérin-Pace, F. (2009). Illettrismes et parcours individuels. Économie et statistique, 424-425, 49–62.

Loarer, E. (1998). L’éducation cognitive : modèles et méthodes pour apprendre à penser. Revue française de pédagogie, 122, 121-161.

Majaji, S., & Besse, J.-M. (2011). L’appropriation de l’écrit : du diagnostic à une démarche de remédiation sur l’écrit. Actes du congrès international de l’AREF. [En ligne : https://plone2.unige.ch/aref2010/communications-orales/premiers-auteurs-en-m/Lappropriation.pdf/at_download/file].

Majaji, S., & Besse, J.-M. (sous presse). Rapport(s) à l’Écrit et profils de jeunes adultes scolarisés repérés en grande difficulté sur l’écrit : approche qualitative exploratoire. In P.-Y. Gilles & M. Carlier (Éds.), Vive(nt) les différences. Psychologie différentielle fondamentale et applications. Aix en Provence : Presses Universitaires de Provence.

Paour, J.-L., Bailleux, C., & Perret, P. (2009). Pour une pratique constructiviste de la remédiation cognitive. Développements, 3, 5–14.