322 - Entrer dans l’enseignement agricole : évolution des modes de socialisation et d’affiliation aux savoirs professionnels

Sabrina Dahache

Université de Toulouse II-Le Mirail, France

 

Mots clés : Socialisation, Affiliation aux savoirs professionnels, Enseignement agricole.

 

Regardées sous l’angle de l’allongement des scolarités et de la féminisation de l’enseignement agricole, les transformations contemporaines interrogent sur l’importance de l’héritage familial et le rôle des transmissions intergénérationnelles. Si la circulation des savoirs professionnels en lignée agricole s’inscrit dans une continuité, les filles  et les garçons pénalisés par ce système ne cumulent pas pour autant les déficits d’intégration. En mettant l’accent sur les stratégies déployées pour s’insérer durablement dans les cursus, cette communication vise à dépasser l’image d’un modèle unique de socialisation et attirer l’attention sur la multiplicité des modes d’affiliation aux savoirs professionnels. Elle s’appuie sur des enquêtes sociologiques réalisées au sein de douze régions en France dans le cadre d’un doctorat (Dahache, 2012) et d’une recherche post-doctorale (Dahache, 2013). Articulées autour d’une problématique qui prend en compte la consubstantialité du genre (Kergoat, 2000) et les différentes dimensions de ce système (structurelle, symbolique, identitaire) dans l’étude des processus de socialisation et de scolarisation (Daune-Richard & Marry, 1990), ces recherches combinent des méthodologies qualitatives et quantitatives.

Outre les travaux et les analyses statistiques qui établissent une double articulation entre les phénomènes de féminisation et les restructurations du système formation-emploi dans les domaines de la production, de l’agroalimentaire et des services aux territoires ruraux, des observations participantes ont été menées pendant plus de dix ans dans cinq institutions de formation. 156 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des élèves des filières préparant aux diplômes du baccalauréat professionnel et du brevet de technicien supérieur, 37 auprès des anciens élèves et 45 auprès des acteurs institutionnels (enseignants, conseillers principaux d’éducation, etc.). 503 questionnaires diffusés auprès des élèves nous ont été retournés. Les travaux qualitatifs ont permis de reconstruire les transformations et certaines reproductions de la séquence genre et division sexuelle formation-qualification-emploi. Les résistances à l’entrée et à la présence des filles dans les anciens bastions masculins sont appréhendées à travers l’étude de la production des régimes de genre et des expériences de discrimination liées au genre et à l’origine sociale. Les logiques de trajectoire des différentes catégories sociales de filles et de garçons reposent sur des modes différenciés d’accès aux formations d’une part, et d’affiliation aux savoirs professionnels (Coulon, 2005) d’autre part, ces deux facteurs étant par ailleurs en partie liés.   

Suivant la chronologie de tout parcours scolaire, nous analyserons, dans un premier temps, l’évolution des conditions d’entrée dans les formations professionnelles, en fonction des mutations qui ont affecté les dispositifs de formation. Nous décrirons, ensuite, quelques-unes des formes dominantes de socialisation, et les effets qu’elles produisent sur l’intégration des différentes catégories sociales de filles et de garçons. Enfin, nous aborderons, dans un troisième temps, les modes d’affiliation aux savoirs professionnels en nous intéressant aux rapports verticaux avec les pédagogues et aux rapports horizontaux développés au sein des classes. 

 

Références bibliographiques :

Coulon, A. (2005). Le métier d’étudiant. L’entrée dans la vie universitaire. Paris : Économica.

Dahache, S. (2013). Les filles minoritaires de l’enseignement agricole : analyse sociologique d’un dispositif d’aide à l’insertion. Rapport final FILAGRI AP3 n°081. Paris : DJPVA.

Dahache, S. (2012). La féminisation de l’enseignement agricole. Sociologie des rapports de genre dans le champ des formations professionnelles. Paris : L’Harmattan.

Daune-Richard, A.-M., Marry, C. (1990). Autre histoire de transfuges ? Le cas des jeunes filles inscrites dans les formations « masculines » de BTS et de DUT industriels. Formation-Emploi, 23 (29), 35-50.

Kergoat, D. (2000). Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe. In H. Hirata, F. Laborie, H. Le Daoré et D. Sénotier (Eds.), Dictionnaire Critique du Féminisme (p. 35-44). Paris : P.U.F.