312 - Plutarque et l’enseignement de la poésie

Eduardo Machado
CIVIIC, Université de Rouen, France

 

Mots-clés : héritage éducatif, réception, poésie, figure

 

Aujourd’hui l’évolution des représentations de la figure de Plutarque est souvent dominée ou réduite à la dimension historique de sa pensée. Toutefois, une étude un peu plus profonde de sa pensée nous révèle une véritable figure de l’éducation dont le volet éducatif ne saurait être séparé de sa mise en valeur au travers des lectures et des appropriations à l’œuvre chez d’autres penseurs célèbres tels Montaigne et Rousseau. Le dessein de la figure s’avère inséparable de sa réception. Pourtant, malgré l’aspect éminemment éducatif de son œuvre et l’importance indéniable de l’héritage légué, les historiens de l’éducation ne lui accordent souvent qu’une place mineure, en reléguant au second plan le rôle des processus complexes de réception. C’est pourquoi, nous souhaitons mettre en évidence une part importante des réflexions de Plutarque sur l’enseignement de la poésie dans son ouvrage pédagogique Comment écouter les poètes, où le philosophe se démarque de son maître, Platon, lorsque ce dernier expulse les poètes de la cité idéale dans la République. Nous soulignons aussi l’empreinte laissée par Plutarque dans l’ouvrage de Basile le Grand Aux jeunes gens sur la manière de tirer profit des lettres helléniques, où l’auteur adapte la problématique de l’enseignement de la poésie à la question de la lecture chrétienne des auteurs païens. Cette présentation s’inscrit donc dans le domaine de l’ « histoire des idées pédagogiques » questionnant le sens et la définition de notions clés comme celles d’héritage et de réception(s) d’une pensée éducative.

 

 

Références bibliographiques:

 

Basile de Césarée (1952). Aux jeunes gens sur la manière de tirer profit des lettres helléniques. (trad. Fernand Boulenger) CUF, Paris: Les Belles Lettres.

Bréchet, C. (1999). "Le De audiendis poetis de Plutarque et le procès platonicien de la poésie". RPh. 73,2, 209-244.

Bréchet, C. (2003). Homère dans l’œuvre de Plutarque. La référence homérique dans les Œuvres Morales. (Thèse de doctorat, Université Montpellier III).

Compayré, G. (1911). Histoire critique des doctrines de l’éducation en France depuis le seizième siècle. Paris, Hachette, vol. 1, p. 44-47.

Compayré, G. (1915). Histoire de la pédagogie.  (26e éd.), Paris : Paul Mellottee.

Cribiore, R. (2001). Gymnastics of the Mind: Greek Education in Hellenistic and Roman Egypt. Princeton: Princeton University Press.

Gréard, O. (1866). De la morale de Plutarque. Paris : Hachette.

Hameline, D. (1995). « Pestalozi et l’invention de la grandeur pédagogique ». Éducation et recherche, (Bildungsforschung und Bildungspraxis), n° spécial « Denkmal Pestalozzi », 152-177.

Hameline, D. (2001). « Connaissez-vous Stuber ? variation sur « avez-vous lu Baruch ? ». In Chalmel, L., Jean Georges Stuber (1722-1797) Pédagogie pastorale, Berne : Peter Lang, pp. IX-XXII.

Heath, M. (2013). Ancient Philosophical Poetics. Cambridge University Press.

Heirman, L. J. R. (1972). Plutarchus “De audiendis poetis.”: Introduction - Translation – Commentary. (Thèse). Leyde.

Hunter, R et Russell, D. (éd.), (2011). Plutarch: How to Study Poetry. (De audiendis poetis). Cambridge Greek and Latin Classics : Cambridge University Press.

Jaeger, W. (1964). Paideia, la formation de l’homme grec. Paris : Tel Galimard.

Jauss, H.R. (1978). Pour une esthétique de la réception. Paris : Gallimard.

Konstan, D. (2004).  « ‘The Birth of the Reader’ : Plutarch as Literary Critic ». Scholia, 13, 3-27.

Laërce, D. (1999). Vie et doctrines des philosophes illustres. (Introduction, traduction et notes par M.-O. Goulet-Cazé), Paris : Le Livre de Poche.

Marrou, H.-I. (1948). Histoire de l’éducation dans l’antiquité. Paris : Seuil.

Nicolai, R., (2007). « Storia e storiografia nella scuola greca ». In J.A. Fernández Delgado, F. Pordomingo & A. Stramaglia (dir.) Escuela y literatura en Grecia Antigua (Actas Simposio Internacional Universidad de Salamanca, noviembre 2004), Università degli Studi di Cassino.

Platon (1966). La République. (trad. Robert Baccou), Paris : Garnier-Flammarion.

Platon (1967). Gorgias. In Protagoras et autres dialogues (trad. Émile Chambry), Paris, Garnier-Flammarion.

Platon (1967). Ion. In Premiers dialogues (trad. Émile Chambry), Paris, Garnier-Flammarion.

Platon (1997). Apologie de Socrate. (trad. Luc Brisson), Paris : Garnier-Flammarion.

Plutarque (1987). Œuvres morales. Tome I, 1ère partie, Traités 1 et 2, introduction générale par Robert Flacelière et Jean Irigoin, texte établi et traduit par Jean Sirinelli et André Philippon (De l’éducation des enfants, Comment lire les poètes), C.U.F., Paris : Les Belles Lettres.

Plutarque (1989). Œuvres Morales. Tome I, 2e partie, Traités 3-9, texte établi et traduit par Robert Klaerr, André Philippon et Jean Sirinelli, (Comment écouter, Les moyens de distinguer le flatteur d'avec l'ami, Comment s'apercevoir qu'on progresse dans la vertu, Comment tirer profit de ses ennemies, De la pluralité d’amis, De la fortune, De la vertu et du vice.), C.U.F., Paris : Les Belles Lettres.

Plutarque (1995). Traités sur l'éducation. (trad. D. Houpert-Merly) : l'Harmattan.

Saïd, S. (2004). « Permanence et transformation des « classiques », les transformations de la poésie de Plutarque à Basile le Grand ». In Pailler, J.-M., Payen, P. (dir.) Que reste-t-il de l'éducation classique ? : relire le Marrou, histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Toulouse : PUM, 227-239.

Schenkeveld, D. M. (1982). « The Structure of Plutarch’s De Audiendis Poetis ». Mnemosyne,Fourth Series, Vol. 35, Fasc. 1/ 2, 60-71.

Zadorojnyi, A. (2002). « Safe Drugs for the Good Boys : Platonism and Pedagogy in Plutarch’s De Audiendis Poetis». In Sadter, P. A., Van Der Stockt, L. (dir), Sage and Emperor : Plutarch, Greek Intellectuals, and Roman Power in the Time of Trajan (98-117 AD). Louvain : Leuven University Press, 297-314.