*304 - Peut-on apprendre à devenir chef d’entreprise ?

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

Horr Latifa

Equipe de Recherche « Finance, Politiques Economiques et Compétitivité de l’Entreprise » , Université Mohammed V-Souissi

 

Zaouni Denoux Souad

Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique Education et Formation (LIRDEF), Université Montpellier 3

 

Mot-clés: Accompagnement, Représentation, Création d’entreprise

 

Pérenniser l’activité d’une entreprise nouvellement créée, nécessite d’accompagner le jeune créateur dans l’appropriation du métier de chef d’entreprise. L’Institut Régional de Création d’Entreprises (IRCE) d’Aix-en-Provence offre plusieurs cycles de formation dont le cycle « Construire l’Entreprise-Organiser ». Celui-ci a pour objectif d’accompagner les jeunes créateurs d’entreprise. La population se compose d’universitaires et d’ingénieurs dont les produits commercialisés sont innovants. Leurs atouts résident dans leur capacité à faire de la recherche-développement et dans la maîtrise technique de leur métier. Or pour passer de la phase de création à celle de développement, ils rencontrent des difficultés probablement liées en partie aux représentations dont ils sont porteurs. L’accompagnement que l’IRCE assure est supposé aider à l’approprier le métier de chef d’entreprise. Quel rôle joue cet accompagnement dans l’évolution des représentations de ces jeunes créateurs ? Nous nous référons à la théorie des représentations sociales pour appréhender cet accompagnement. Nous avons procédé à 12 entretiens avec les différents acteurs impliqués dans cet accompagnement (directeur, responsable de formation, responsable de la logistique, consultants-formateurs). Nous avons également suivi et observé le cycle de formation destiné à une promotion de 20 créateurs d’entreprise et nous avons analysé des documents relatifs à leur formation. Il ressort de cette recherche que l’accompagnement effectué par l’IRCE a certes facilité à l'IRCE le travail de préparation des entreprises à la certification. Les créateurs d’entreprise ont pu ainsi, grâce à ce dispositif, structurer leur entreprise selon les principes de la démarche qualité à travers l’élaboration de manuel qualité, de plans de développement et de communication. Cependant, cet accompagnement ne répond que partiellement aux besoins d’accompagnement individuel des créateurs. Notre communication examinera l’impact de l’accompagnement sur les représentations des jeunes créateurs et son positionnement entre instruction, expertise, guidage, et autonomisation. L’appropriation du métier de chef d’entreprise ne se limite pas selon nous à l’acquisition des compétences, mais au développement des représentations entrepreneuriales des jeunes créateurs.

 

Références :

Abric J.- C (1994), Pratiques sociales et représentations, PUF Psychologie sociale. Guimelli, Ch. (1994), dir, Structures et transformations des représentations, Demachaux et Niestlé. Delanoe S. (2009), Accompagner le projet ou le créateur ?, L’expansion entrepreneuriat n°2, p. (22-28). Paul, M. (2004), « L’accompagnement une posture professionnelle spécifique », Paris, l’Harmattan.