294 - Education familiale, technologies de l'information et de la communication, processus biographique

Véronique Francis

ESPE Université d’Orléans

Chercheure au CREF, EA 1589, Paris-X-Nanterre

Equipe Education Familiale et Interventions socio-éducatives en direction des familles

 

Mots-clés : technologies numériques, éducation familiale, processus biographique

 

Le changement de paradigme en lien à l’informatique et l’internet qui s’est opéré à la fin du XXe siècle a contribué à une réorganisation globale et complexe des manières de s’informer, d’accéder aux biens et services, de communiquer, de s’exprimer et, par répercussion, de se percevoir et se construire comme individu. Ainsi, tandis qu’on constate une amplification de la culture expressive (Allard, 2007), les sociabilités en réseaux redéfinissent les formes du lien social et des solidarités en intégrant celles qui se développent aussi dans les environnements virtuels (Marcotte, 2003).

Ce changement de paradigme définit de nouveaux rapports aux autres, à l’espace, aux environnements et au temps, où entre continuité et discontinuité, proximité et distance, de nouvelles mobilités sont possibles tandis que des réagencements s’opèrent puisque, par l’intermédiaire de ce canal virtuel  « des images et des narrations se déploient en agrandissant notre monde » (Masson, 2010). Dans le champ de l'éducation familiale, la question des Technologies Numériques de l'Information et de la Communication (TNIC) constitue un défi majeur. Bien que la crainte de la corruption de l'enfant et la perte de son innocence provoquent parfois méfiance ou technophobie (Holloway et Valentine, 2002), au sein de la famille et des institutions éducatives, les usages des TIC influencent les pratiques enfantines, parentales et professionnelles, les approches éducatives et les imaginaires. Cet ensemble affecte le processus biographique, le rapport à l’enfant, les relations au sein de la famille, les échanges entre les parents d'une part, et entre les professionnels et les familles d'autre part (Francis, 2012).

L’objectif de ce symposium dont le discutant est G. Pithon (Université de Montpellier) sera de considérer les contextes dans lesquels enfants, parents et professionnels se repèrent, pensent et agissent avec les TNIC. Les communications souligneront quelques uns des aspects de cette technosocialité tels qu’ils travaillent la parentalité, les liens parents-enfants, les échanges entre les parents, les relations entre familles et professionnels : les liens entre TNIC et processus biographique à travers les  gestes d’autonomie des jeunes enfants scolarisés en première année d'école élémentaire (M.C. Le Floch, Université de Lille), l'élaboration de l'histoire de l'enfant dans le champ de la protection de l'enfance (V.Francis, Université d'Orléans et N.Chapon, Université d'Aix-Marseille), les échanges dans les groupes de parents et professionnels sur les forums du web italien (L. Cadei, Université de Verona et C. Sita, Université de Brescia, Italie).

 

Références bibliographiques :

Allard, L. (2007). Emergence des cultures expressives d'internet au mobile. In L. Allard & O. Blondiau (dir.) (2007). 2.0 ? Culture Numérique, Cultures Expressives. Médiamorphoses, n° 21.

Francis, V. (2012). Perspective biographique et cyberethnographie en éducation familiale : approches, pertinence, limites. In Poncelet, D. Méthodes de recherche en Education familiale : Enjeux, bénéfices et difficultés. Actes du XIVème Colloque International de l’AIFREF (pp. 107-116). Université du Luxembourg, 5-8 sept. 2011.

Holloway, S. & Valentine, G. (2002). Cyberkids : Children in the Information Age. London : Routledge.

Marcotte, J.-F. (2003). « Communautés virtuelles et sociabilité en réseaux : pour une redéfinition du lien social dans les environnements virtuels », Esprit critique, Automne 2003, Vol.05, N°4. Consulté sur Internet le 20/01/2012  http://www.espritcritique.org

Masson, A. (2010). « Éditorial », Réel et virtuel, Cahiers de psychologie clinique, 2010/2 n° 35, 7-11.

 

Communication 1 :

Traces biographiques en protection de l'enfance. Pratiques des professionnels, effets sur les parcours.

 

Véronique Francis

 IUFM Université d’Orléans, CREF, EA 1589, Université Paris Ouest, France

 

 Nathalie Chapon

Aix-Marseille Université, ADEF, France 

 

Dans un monde incertain où la quête de sens va grandissant (Dominicé, 2007) la production de traces sur la naissance et la période de la petite enfance s’est progressivement développée. A la frontière des «  écritures du moi » et des « écrits pour autrui » (Simonet-Tenant, 2004), ces écritures familiales visent à constituer la mémoire individuelle et familiale comme le montrent les études sur les lettres de naissance (Fine, Labro et Lorquin, 1993 ; Fine, 2000) et les écritures parentales (Francis, 2006, 2013 ; Francis et Cadei, 2012). Depuis la fin du XXe siècle, les technologies numériques d’information et de communication (TNIC) facilitent l’accès aux textes spécialisés sur les soins et l’éducation de la petite enfance tandis que la mise à disposition d’outils d’auto-publication permet de nouvelles pratiques d’écriture et de conservation de traces qui suscitent autant de "modèles et programmations biographiques" (Delory-Momberger, 2005).

Dans le cadre de la protection de l’enfance et plus particulièrement de l’accueil familial,  l'histoire de l'enfant accueilli ou une partie de celle-ci se tisse au sein d’une famille qui n’est pas la sienne et on observe que cette histoire donne de plus en plus souvent lieu à la production de textes, composés d'images et de textes. Que représentent ces pratiques biographiques en protection de l’enfance ? Quelles formes prennent-elles ? Quels rôles leur attribuent les assistants familiaux, les familles et le service de placement ?

La communication abordera ces questions en croisant des données issues a- d’entretiens approfondis auprès d’assistants familiaux  (N=10) accueillant des enfants au sein de leur famille, pour des séjours de courte ou longue durée de placement  b- des différentes traces biographiques sur supports papiers et électroniques réalisées au sein de la famille d’accueil, par l’assistant familial ainsi que par ses enfants ou son conjoint.

Les résultats de cette étude qualitative sur les traces biographiques en protection de l’enfance soulignent l’importance accordée en accueil familial au récit de la naissance de l’enfant et de son histoire. On se focalisera tout spécialement sur le cas des enfants nés sous le secret en examinant les caractéristiques des cahiers de vie ouverts par les professionnels dans les institutions de naissance et les modes d'investissement par les assistants familiaux.

Le cahier de naissance ou de vie apparaît comme un objet-clé dans le processus biographique. Il est souvent intégré tout au long de l’histoire de l’enfant dans sa famille d’accueil et peut s’enrichir des pratiques des familles d’origine, notamment grâce aux usages des TNIC. Le travail de collecte de ces traces des origines qui révèle la place du processus co-éducatif de la parentalité d’accueil soutient l’enfant, le parent biologique, le parent adoptif, mais également les assistants familiaux dans l’accompagnement de l’enfant et, souvent, dans leurs parcours.

 

Références bibliographiques

Delory-Momberger, C. (2005). Histoires de vie et recherche biographique en éducation. Paris : Anthropos.

Fine, A. (2000). Écritures féminines et rites de passage. Communications, 70, pp. 121-142.

Fine A., Labro S. & Lorquin C., (1993). Lettres de naissance. In Fabre D., Ecritures ordinaires (pp. 67-88). Paris : Editions POL-Centre Georges Pompidou.

Francis, V. (2006). Becoming a parent : what parental writings teach us. In La Sala G.B., Fagandini P., Monti F. & Blickstein I. (Eds), Coming into the World : A Dialogue between Medical and Human Science (pp.65-84). Berlin/New-York : De Gruyter. http://www.reference-global.com/doi/abs/10.1515/9783110215113.65

Francis, V. (2013). Oggetti della nascita e processo biografico. In L. Cadei & D. Simeone (dir.), L'attesa. un tempo per nascere genitori. (pp. 33-64). Roma : Unicopli. (Traduction : Naître au monde, naître au récit. Objets de naissance et processus biographique. In Devenir parents. Transformations et processus formatifs).  

Francis, V. et Cadei, L. (2012). Transmettre dans la famille, se transmettre entre familles. Formes, rôles et enjeux des écritures parentales. Biennale internationale de l'éducation de la formation et des pratiques professionnelles. Transmettre ? Paris : 3 au 6 juillet 2012. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/78/05/99/PDF/veronique-francis-com-n-5-atelier-15_1355413686257.pdf

Simonet Tenant, F. (2004). Le Journal intime. Genre littéraire et écriture ordinaire. Paris : Téraèdre.

 

Communication 2 :

Le temps des écrans en famille. Premiers gestes d’autonomie des jeunes enfants.

 

Marie-Christine Le Floch

Université de Lille III - CeRIES - France

 

Mots-clés : TIC, contextes sociaux d’usage, épreuves, biographie.

 

Cette communication repose sur une enquête menée entre 2009 et 2011 sur les usages des écrans dans les familles ayant des enfants au cours préparatoire.

Le cadre théorique de l’analyse fait intervenir la notion d’épreuve (Martuccelli, 2006), celle d’usages sociaux, la théorie sociologique de l’identité ainsi que la notion de sujet telle qu’elle est abordée par la psychanalyse. La question traitée est celle de l’accès à une autonomie dans les usages personnels sur écrans au cours de ce moment biographique de l’enfance.

Les hypothèses sont les suivantes :

L’autonomie soutient le désir des enfants d’entrer dans la lecture et l’écriture. Mais l’accès à cette autonomie suppose une appropriation des outils (Begghin-Verbrugge et Kovacs 2011), un guidage de la part des adultes et la prise en compte de temporalités propres à l’action et la pensée des jeunes enfants. Par ailleurs une injonction à être acteur de ses propres découvertes fait partie des normes contemporaines d’éducation. La question posée revient donc à saisir les conditions d’émancipation des enfants par rapport aux cadres scolaires et aux rituels familiaux, dans des contextes peuplés d’écrans.

Le corpus de l’enquête est composé de 20 entretiens au domicile des familles, préparés par un questionnaire et un carnet de pratiques. Les familles disposent toutes d’une connexion internet et sont diversement équipées d’écrans. Toutes disposent d’un téléviseur. Aucun des jeunes enfants n’a directement accès à internet dans sa chambre. La répartition des familles selon les principales PCS est la suivante : 7 familles de cadres ou catégories supérieures, 9 de catégories intermédiaires et 4 de milieu populaire. Les parents ont entre 35 et 45 ans.

L’enquête a montré comment les usages personnels des enfants pouvaient apparaitre au sein ou en marge des usages partagés en famille, selon la posture éducative des adultes, plus ou moins normative ou contractuelle (Le Douarin, 2007). Elle a montré comment le cheminement des enfants était ou non entravé selon ces postures, la nature des interventions et le réglage de la bonne distance dans le guidage ou le contrôle des usages (Le Floch, 2012). L’articulation ou le choc des temporalités marque les contextes familiaux de l’enquête. Loin de se réduire à une catégorie abstraite, le « temps de l’enfance » engage à la fois le ‘chronos’- temps objectivé dans les calendriers et les événements biographiques-, le temps subjectif de l’imaginaire et le ‘kaïros’, temps de l’opportunité, bon moment fugace mais précieux dans les relations et les transmissions (Bachelard, 1950).

La question de la formation du sujet, comme rapport entre soi et ce qui est universel peut ainsi être abordée en de nouveaux termes. Si les usages des TIC peuvent favoriser une émancipation par rapport aux cadres scolaires et familiaux, c’est à travers de nouvelles épreuves qui forgent la subjectivité des futurs adultes.

 

Références bibliographiques :

Bachelard, G. (1950). La dialectique de la durée. Paris : PUF.

Begghin-Verbrugge A. et Kovacs S., (dir.) (2011). Le cahier et l’écran. Culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires. Paris : Hermès Lavoisier.

Le Douarin, L. (2007). Le couple, l’ordinateur, la famille. Paris : Payot.

Le Floch M-C. (2012). « Les écrans et l’imprimé dans les familles. L’année du cours préparatoire », Les Cahiers d’Esquisse, n°2, IUFM d’Aquitaine.

Martuccelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve. L'individu dans la France contemporaine. Paris : Colin.

 

Communication 3 :

Communautés de pratique en ligne : la communication entre parents et professionnels

 

Livia Cadei

Università Cattolica Brescia (Facoltà di Psicologia)

 

Chiara Sità

Università degli studi di Verona (Facoltà di Scienze della Formazione)

 

Mots-clés :  parents, professionnels, formation, communautés de pratique

 

La pratique du dialogue entre pairs s'est élargie à la sphère de la sociabilité télématique. Les membres des communautés de pratique online cherchent des informations, des contacts, des clarifications, mais aussi un sentiment d'appartenance et le renforcement de leur propre identité (Nip, 2004). Selon Ligorio (2005) « le fondement de la participation des individus dans la société n'est pas la loi mais plutôt la parole (logos), le discours politique qui façonne la communauté ». La forme et le rôle de la « parole », ainsi que la position des protagonistes présentent des caractéristiques spécifiques dans les communautés de pratique on line (Preece, 2000, 2001; Wenger E., McDermott R. & Snyder W. 2002). Les textes électroniques s’imposent aussi comme supports aux échanges de la communauté des parents qui communiquent sur la toile. Ces nouvelles formes de communication sur la toile représentent une occasion de se confronter à des partenaires potentiels, réunis dans un groupe auto-constitué ou médiatisé par un animateur, et favorisé par la souplesse des participations, y compris par le passage d’un groupe à l’autre (Francis et Cadei, 2013).

Comment peut-on configurer la relation entre parents et entre parents et professionnels dans la sphère télématique, et quelles sont les dynamiques de pouvoir qui la caractérisent ? Quelles sont les modalités de construction des réseaux online et les formes de l'engagement dans les relations de sociabilité télématique entre parents et  professionnels ?

La recherche examine les espaces de dialogue (forums) en ligne de 4 sites internet en langue italienne adressés aux parents et utilise le réseau internet comme un espace opérationnel où le contenu et le mode d'interaction sont explorés pendant une période de 4 mois. Les sites ont été sélectionnés sur la base de leur but spécifiquement déclaré de soutien à la parentalité et de la quantité des contacts nous permettant de les situer parmi les espaces en ligne les plus consultés par les parents en Italie. Les discussions en ligne ont été enregistrées intégralement. Environ 2000 échanges composent le corpus des donnés. L’analyse est conduite sur deux niveaux : quantitative (statistique descriptive sur les sujets des échanges, typologies d’interventions, leur corrélation avec la naissance de discussions) et qualitative (NVIVO et Dedoose). L’analyse de contenu vise à identifier la structure des échanges dialogiques et la qualité de la communication entre participants et animateurs en termes d’information, réflexivité, apprentissage (Marra et al., 2004).

Notre hypothèse est que l'identité parentale se construit dans les échanges en ligne. Les interactions dans les forums façonnent et renforcent les identités parentales. La question qui se pose est celle du pouvoir et de l’exercice d’une influence dans le questionnement des choix parentaux. La communication entre parents et professionnels peut révéler de nouvelles autorités et remettre en cause des intermédiaires traditionnels de l'autorité.

 

Références bibliographiques :

Francis, V. & Cadéi, L. (2013). Les blogs des parents : des pratiques d’écriture parentale comme forme de soutien de la parentalité. In Schneider, B. & Mietkiewicz, M.-C.   dir . Les enfants dans les livres. Représentations, savoirs, normes (pp. 150-167). Ramonville Sainte Agne : Erès.

Laudadio A., De Mauri M., & Renzi P. (2006). L'analisi della comunicazione nelle comunità di pratiche: risultati di uno studio pilota, Psicologia di comunità, 2, 115-124.

Ligorio, B.M. (2005). Identità dialogiche e comunità a confronto. Ricerche di psicologia, 3 (XXVIII), 7-11.

Marra, R. M., Moore, J. L., & Klimczak, A. K. (2004). Content analysis of online discussion forums: A comparative analysis of protocols. Educational Technology Research & Development, 52(2), 23-40.

Nip, J. (2004). The relationship between online and offline communities : The case of the Queer Sisters, Media, Culture and Society, 26, 409–429.

Preece, J. (2000). Online Communities : Designing Usability, Supporting Sociability. Chichester : John Wiley & Sons Ltd.  

Preece, J. (2001). Sociability and usability : Twenty years of chatting online. Behavior and Information Technology Journal, 20, 5, 347-356.

Wenger E., McDermott R. & Snyder W. (2002). Cultivating communities of practice. A guide to managing knowledge. Harvard : Business School Press.