289 - Compréhension du vivant-non vivant, à travers des activités de catégorisation et des verbalisations chez les enfants de 3 à 6 ans

Nathalie Fouquet

Université de Picardie Jules Verne, CRP-CPO, Axe 1, France

 

Olga Megalakaki

Université de Picardie Jules Verne, CRP-CPO, Axe 1, France

 

Florence Labrell

Université de Reims Champagne-Ardenne, France

 

Mots clés : Savoir en biologie, École maternelle, Catégorisation, Verbalisation

 

Cette communication vise à transmettre les résultats d’une thèse sur le développement conceptuel de la notion du vivant-non vivant, entre 3 et 6 ans. Elle s’est inscrite dans un projet régional « Éducation cognitive et langage à l’école », coordonné par Mme Berzin, réunissant chercheurs en psychologie et en sciences de l’éducation, aboutissant à un ouvrage collectif (Berzin et al. 2012), avec deux chapitres consacrés à quelques résultats de la thèse (Fouquet et Megalakaki, 2012a, 2012b).

L’objectif de la thèse était d’étudier la catégorisation et la conceptualisation des catégories des animaux, végétaux et objets fabriqués. Dans le cadre d’une approche pluraliste de la catégorisation, des travaux indiquent l’existence d’une construction de nature perceptive pour les objets naturels et contextuelle pour les objets fabriqués (Kalénine, Garnier, Bouisson, et Bonthoux, 2007). Mais ces travaux rendent difficile la comparaison entre animaux et végétaux. Le développement conceptuel en biologie est plus souvent étudié à partir de comparaisons entre animaux et objets fabriqués. Ces travaux témoignent d’une compréhension plus précoce du concept des animaux que celui des objets fabriqués (Boyer, Bedoin, et Honoré-Masson, 2000 ; Greif, Nelson, Keil, et Gutierrez, 2006). L’hypothèse générale est celle de l'existence de catégorisation et conceptualisation différenciées selon les trois catégories. Trois tâches mesurent les conduites catégorielles: 1/ tri de cartes, 2/ appariement à choix forcés et 3/ attribution de propriétés biologiques et psychologiques. La conceptualisation a été considérée par la prise en compte des justifications verbales.

Les résultats vérifient l’hypothèse générale (Fouquet et Megalakaki, sous presse). La catégorie des animaux est construite sur la base de l’appartenance catégorielle et des propriétés biologiques définitoires. Pour la catégorie des végétaux, c’est surtout le nom de la catégorie qui est privilégié. Les propriétés biologiques sont évoquées et attribuées plus tardivement que pour les animaux. Quant aux objets fabriqués, ils sont construits à partir de critères fonctionnels et thématiques.

Ce travail ouvre la voie à des recherches complémentaires qui viendraient approfondir l’étude de la construction de la catégorie du vivant incluant les animaux et les végétaux. Des questions se posent quant aux limites des méthodologies utilisées et quant au rôle du contexte (scolaire, familial, culturel) dans la construction d’un savoir en biologie. Ces deux derniers points seront abordés dans cette communication, en guise d’ouverture.

 

Références bibliographiques :

Berzin, C. (Coord.), Bisault, J., Boyer, C., Delbrayelle, A., Fouquet, N., Megalakaki, O., Numa-Bocage, L., & Vandromme, L. (2012). Conceptions des jeunes enfants et premiers apprentissages scolaires. Recherches et perspectives pédagogiques. Amiens : UPJV, CLEA.

Boyer, P., Bedoin, N., & Honoré, S. (2000). Relative contributions of kind-and domain-level concepts to expectations concerning unfamiliar exemplars: Developmental change and domain differences. Cognitive Development, 15(4), 457-479.

Fouquet, N., & Megalakaki, O. (2012a). Conceptualisation du vivant. In C. Berzin (Coord.), Conceptions des jeunes enfants et premiers apprentissages scolaires. Recherches et perspectives pédagogiques (p. 185-198). Amiens : UPJV, CLEA.

Fouquet, N., & Megalakaki, O. (2012b). La catégorisation des objets du monde vivant et non vivant. In C. Berzin (Coord.), Conceptions des jeunes enfants et premiers apprentissages scolaires. Recherches et perspectives pédagogiques (p. 47-52). Amiens : UPJV, CLEA.

Fouquet, N., & Megalakaki, O. (sous presse). Construction des catégories taxonomiques des animaux, végétaux et objets fabriqués chez des enfants de 3 à 6 ans. Enfance.

Greif, M. L., Kemler Nelson, D. G., Keil, F. C., & Gutierrez, F. (2006). What do children want to know about animals and artifacts? Domain-specific requests for information. Psychological Science, 17(6), 455-459.

Kalénine, S., Garnier, C., Bouisson, K., & Bonthoux, F. (2007). Le développement de la catégorisation : l’impact différencié de deux types d’apprentissage en fonction des catégories d’objets, naturels ou fabriqués. Psychologie et Éducation, 1, 33-45.