282 - Test initial de prérequis et stratégies de régulation de l’effort : quelles corrélations avec la réussite en première année universitaire ?

Christian Hoffmann

Institut Néel, UPR2940, CNRS et Université Joseph Fourier Grenoble 1, France

Chercheur associé à l'EA ECP, Université Lumière Lyon 2, France

 

Julien Douady

LIPhy, UMR5588, CNRS et Université Joseph Fourier Grenoble 1, France

 

Christian Buty

EA ECP, Université Lumière Lyon 2, France

 

Mots clés : enseignement supérieur, démocratisation, prérequis, autorégulation, réussite.

 

L’enseignement supérieur français se trouve confronté à de multiples enjeux, dont deux sont particulièrement aigus : la transition de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, et l’insertion des bacheliers technologiques ou professionnels à l’université. Parmi les nombreux éléments qui influencent la réussite en première année universitaire, la non-maitrise des prérequis mérite une attention particulière : c’est en effet un des facteurs sur lequel les étudiants et les enseignants peuvent intervenir activement (Romainville & Slosse, 2011). A partir de la rentrée 2013, à la suite de la réforme des programmes du lycée en France, l’hétérogénéité des bacheliers à cet égard risque de s’accroître, renforçant ainsi l’importance d’expliciter les prérequis et de permettre la mesure de leur maitrise. En nous appuyant sur les travaux menés en communauté francophone de Belgique, bien documentés (Leclercq, 2003 ; Romainville, Houart & Schmetz, 2006), nous avons mis en place des tests diagnostics dans deux filières d’enseignement supérieur en France (Douady et al., 2012). Dans l’analyse proposée, nous chercherons entre autres à identifier les prérequis les plus « prédictifs » de la réussite (différenciés en fonction du parcours) et l’influence du type de bac sur les performances des étudiants lors de ces tests.

Dans la première partie de cette communication, nous présenterons d’une part les résultats de ces tests, portant sur des prérequis en mathématiques, sciences, logique et vocabulaire scientifique, et d’autre part les corrélations avec les résultats académiques obtenus au premier (S1) et deuxième (S2) semestres pour environ 500 étudiants dans 13 parcours différents au Département Licence Sciences et Technologies de l’Université Joseph Fourier – Grenoble 1 (UJF) et pour une centaine d’étudiants de l’IUT de Lyon 1 (département Chimie). De plus, un échantillon d’étudiants ayant passé ces tests de prérequis a été interrogé au cours de l’année universitaire afin de récolter davantage de données sur l’organisation de leur activité universitaire. Ainsi, une trentaine d’étudiants de l’UJF a répondu à un questionnaire sur les habitudes de travail, avec une attention particulière sur les facteurs de distraction et de recentrage en présentiel (cours/TD) et lors du travail personnel. De façon plus approfondie, à l’IUT de Lyon 1, des entretiens individuels portant surtout sur les méthodes de travail ont été menés en S1 et S2 auprès d’une douzaine d’étudiants.

Dans la deuxième partie de la communication, nous analyserons ces nouvelles données dans le cadre d’une taxonomie des stratégies de régulation de l’effort (Cosnefroy, 2010). Il s’agira d’examiner les liens entre le score au test de prérequis, les capacités d’autorégulation de l’apprentissage, et la réussite de la première année universitaire. Finalement, nous situerons les étudiants interrogés sur des courbes de corrélation pour en mesurer le caractère représentatif.

 

Références bibliographiques :

Cosnefroy, L. (2010). Se mettre au travail et y rester : les tourments de l’autorégulation. Revue française de pédagogie, 170, 5-15.

Douady, J., Hoffmann, C., Carrier, F., Chabaud, B., Mantoux, A., Markowicz, Y., Perin, M., Stoppin-Mellet, V., Tichtinsky, G., Ycart, B., Borderiou, H. (2012). Un dispositif pour alerter les étudiants sur leur maîtrise des pré-requis nécessaires pour réussir leur entrée à l'Université. Actes du 27e Congrès de l'Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU).

Leclercq, D. (Dir.) (2003). Diagnostic cognitif et métacognitif au seuil de l’université. Le projet Mohican. Liège : Les éditions de l’Université de Liège.

Romainville, M., Houart, M., & Schmetz, R. (2006). Promouvoir la réussite par l'identification des prérequis et la mesure de leur maîtrise auprès des étudiants. In Ph. Parmentier (Dir.), Promotion de la réussite des nouveaux bacheliers à l'université (p. 28-42). Namur : Presses universitaires de Namur.

Romainville, M., & Slosse, P. (2011). Comment établir un diagnostic des prérequis, précoce et impliquant pour l’étudiant ? In Ph. Parmentier (Dir.), Recherches et actions en faveur de la réussite en première année universitaire. Vingt ans de collaboration dans la Commission « Réussite » du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique (p. 24-27). Bruxelles : CIUF.