280 - La mise en place des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation en France : possibles implications pour la formation pédagogique des enseignants-chercheurs

Sacha Kiffer

LISEC Strasbourg, France

 

Mots-clés : Formation pédagogique, enseignants-chercheurs, École supérieure du professorat et de l’éducation.

 

L'une des missions importantes de l’université contemporaine est de répondre à la forte demande sociale d’insertion professionnelle des étudiants dans le contexte d’une compétition grandissante entre universités. Dans le but de réduire les échecs et abandons à l’université et d’optimiser l’insertion professionnelle des étudiants, l’université doit d’abord se poser la question de la qualité des enseignements qu’elle dispense en se questionnant notamment sur le manque de formation des enseignants-chercheurs (Brauer, 2011). Dès lors, la construction des compétences des enseignants-chercheurs devient un enjeu majeur pour l’université. Il existe un certain nombre de structures dont le rôle est de former ou d’accompagner les enseignants-chercheurs (SUP, CIES). Mais globalement, l’enseignant universitaire doit encore s’adapter plus ou moins seul et quasiment sans formation pédagogique initiale (Altet, 2004 ; Demougeot-Lebel & Perret, 2011). Dans le cadre de la réforme de l’éducation nationale initiée en 2012 en France, il est proposé de créer des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ) dont la mission sera, entre autres, de participer à la « formation initiale et continue des personnels enseignants-chercheurs et enseignants de l’enseignement supérieur » (Rapport le Dréaut, 2013, p.80). Cette communication propose d’étudier comment les théories de la construction des compétences d’enseignement chez les enseignants-chercheurs permettent de décrypter la mise en place des ÉSPÉ. À partir des principales approches théoriques de la formation d’adulte et en particulier de la construction des compétences, on cherchera à identifier et à caractériser l’inspiration qui guide la réforme des ÉSPÉ. De cette investigation, trois scénarios possibles peuvent se dégager. Le premier scénario est celui dans lequel la réforme se serait inspirée d’un modèle théorique existant. Dans ce cas, il sera essentiel d’identifier les fondements du choix opéré, ce qui aura prévalu sur les autres modèles, et les implications de ce choix. Le deuxième scénario est celui dans lequel la politique se serait inspirée de plusieurs modèles en les combinant. Dans ce cas, il faudra observer comment cette combinaison s’opère et les potentiels problèmes de cohérence. Le troisième scénario est celui dans lequel aucune inspiration théorique ne serait engagée. Dans ce cas, il faudra évoquer les éventuels problèmes de cette prise de position.

 

Références bibliographiques :

Altet, M. (2004). L’analyse de pratiques en formation initiale des enseignants : développer une pratique réflexive sur et pour l’action. Éducation permanente, 160, 101-111.

Brauer, M. (2011). Enseigner à l'université. Conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques. Paris: Armand Colin.

Demougeot-Lebel, J., & Perret, C. (2011). Qu’attendent les enseignants universitaires français en termes de formation et d’accompagnement pédagogiques ? Revue internationale de pédagogie de l'enseignement supérieur, 27(1). Retrieved from http://ripes.revues.org/456

Dréaut, J.-Y. (2013). Refonder l’université, dynamiser la recherche, mieux coopérer pour réussir. Rapport à Monsieur le Premier Ministre. Retrieved from : http://www.assises-esr.fr/l-actualite/le-rapport-le-deaut-117-propositio...