271 - La gestion de la diversité culturelle dans les établissements scolaires : une comparaison Genève-Montréal

Bauer Stephanie

PEGEI, Université de Genève

 

Mots clés : Diversité culturelle, chef d'établissement, politiques éducatives, éducation comparée

 

La gestion de la diversité culturelle est aujourd’hui une nécessité qui s’impose au sein des espaces scolaires. Les grandes métropoles des pays d’Europe et d’Amérique du nord sont de plus en plus concernées par des demandes de reconnaissance des minorités culturelles, linguistiques et religieuses. Nous allons nous intéresser dans cette communication aux contextes suisse et canadien et plus précisément du canton de Genève et de la province du Québec qui ont mis en place certaines réformes afin de reconnaitre la diversité dans les écoles. Ces réformes concernent différents aspects de la diversité : enseignement des langues d’origine, curriculum, accommodements raisonnables, formation des enseignants. Notre étude interroge une quarantaine de directeurs d’établissement primaire et secondaire exerçant à Genève et à Montréal. Les directeurs sont en effet des acteurs-clés qui disposent non seulement d’une grande expérience et d’un point de vue distancié sur la vie de l’établissement mais qui ont également le mandat de faire appliquer les politiques cadres au sein même de cet établissement. Nous allons donc dans cette étude comparer la manière dont les directeurs de Genève et de Montréal perçoivent la diversité dans leur établissement et de quelle manière ils y répondent. Nous nous interrogerons également sur l’influence du cadre politique de gestion de la diversité sur le travail de direction.

Notre perspective de recherche s’inscrit dans une démarche qualitative compréhensive qui se veut une quête du sens des actions et des phénomènes sociaux (Charmillot & Dayer, 2007). En nous basant sur le cadre théorique de la reconnaissance (Honneth, 2000 ; Payet et al., 2011) qui nous permet de conceptualiser la relation à l’altérité que peut entretenir l’institution scolaire, nous donnerons à voir le sens que prend la gestion de la diversité culturelle pour les directeurs d’établissement. Au total, 44 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des directions d’établissement et analysés ensuite selon un processus de catégorisation itératif divisé en trois étapes: condensation, présentation des données et formulation/vérification de conclusion (Miles & Huberman, 2003).

Les premiers résultats montrent un certain nombre de défis communs chez les directeurs genevois et montréalais, et ce même si les politiques éducatives se distinguent de par la reconnaissance qu’elles accordent aux minorités culturelles. Les relations avec les familles et la prise en compte de la religion des élèves sont décrites comme un des enjeux majeurs de la gestion de la diversité. Si d’un côté comme de l’autre, des doutes se font entendre quant à une modification structurelle de la société, l’enjeu linguistique au Québec est tel dans cette province francophone, minoritaire au Canada anglophone, que les directeurs montréalais se permettent d’affirmer beaucoup plus la légitimité supérieure de la culture (et donc de la langue) locale.

 

Références bibliographiques :

Charmillot, M., & Dayer, C. (2007). Démarche compréhensive et méthodes qualitatives: clarifications épistémologiques. Recherches qualitatives, 3, 126-139.
Honneth, A. (2000). La lutte pour la reconnaissance. Paris: Editions du Cerf.
Miles, M. B., & Huberman, A. M. (1999). Qualitative data analysis. Thousand Oaks, CA: Sage Publications
Payet, J. P., Sanchez-Mazas, M., Giulani, F. & Fernandez, R. (2011). L'agir scolaire entre régulations et incertitudes. Vers une typologie des postures enseignantes de la relation à autrui. Education et sociétés(1), 23-37.