269 - De l’employeur ou de l’institut de formation, de quel côté la fonction de formateur de terrain balance ? Ou la question de la professionnalité attribuée aux formateurs de terrain de l’Education nationale

 

Eric Maleyrot

Université de Nantes, France

 

Mots clés : Formation des enseignants, Formateur de terrain, Réforme institutionnelle, Professionnalisation, Professionnalité

Dans un contexte de transformation des politiques éducatives et des nouvelles régulations qu’il génère, la formation initiale des enseignants est touchée par des réformes institutionnelles se succédant à un rythme rapide. Notre communication porte sur les formateurs de terrain de l’Education nationale en prise avec l’universitarisation de la formation initiale des enseignants par la masterisation qui vise à développer une formation de haut niveau en renforçant la recherche en éducation et l’intention de professionnalisation des futurs enseignants par leurs tutelles institutionnelles (Wittorski, 2008). Dans une articulation de plus en plus affichée entre formation académique et formation pratique, les réformes interrogent la professionnalité des formateurs de terrain, comprise comme l’ensemble de leurs compétences professionnelles tout en rendant compte d’une dimension identitaire. A travers l’évolution de leur fonction de formateur ces dernières années, notre étude tente de dégager les modèles de professionnalité attribuée par les institutions à ces formateurs de terrain. En outre, elle cherche à savoir dans quelle mesure leur professionnalité est liée à l’organisation qui les emploie.

D’un point de vue méthodologique, il s’agit d’une recherche qualitative par analyse diachronique des textes institutionnels. Notre corpus de données est constitué des textes réglementaires relatifs au recrutement et aux missions de ces formateurs de terrain ainsi que d’extraits des dispositifs nationaux de formation initiale dans lesquels ces formateurs sont explicitement cités. Ces documents sont colligés depuis les années 1990 jusqu’à ceux récemment parus ou à paraître d’ici le début de l’été 2013. Les textes réglementaires, déjà subdivisés en rubriques, sont analysés par une stratégie de questionnement analytique (Paillé & Mucchielli, 2012). Pour répondre à notre interrogation de recherche, nous utilisons un canevas investigatif composé de questions opérationnelles évoluant tout au long de l’avancement de l’analyse des textes.

De manière comparative avec les travaux de Patrice Pelpel (2002) sur les formateurs de terrain, nos résultats montreront, à travers les évolutions dans les missions d’accueil, d’accompagnement et d’enseignement des futurs professeurs, les différences de professionnalité attendue entre les formateurs de terrain du premier et du second degré. Par ailleurs, nous mettrons en évidence la responsabilisation croissante de certains d’entre eux tant dans l’acquisition des compétences professionnelles par les professeurs débutants que dans la liaison entre les savoirs théoriques et pratiques.

 

Références bibliographiques :

Paillé, P. & Mucchielli, A. (2012). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand Colin.

Pelpel, P. (2002). Quelle professionnalisation pour les formateurs de terrain ?, In M. Altet, L. Paquay &, P. Perrenoud (Eds.), Formateurs d’enseignants. Quelle professionnalisation ? (pp. 175 à 191). Bruxelles : De Boeck Université.

Wittorski, R. (2008). La professionnalisation, Savoirs, 17, 9-36.