263 - De l'usage d'un outil-médium dans la compréhension de l'évolution d'une discipline artistique. Brève histoire de la construction des nouvelles activités en classe.

Ana-Vanêssa Lucena

Haute Ecole Pédagogique –BEJUNE, Suisse

 

Mots clés : Didactique Arts Visuels, Médium-outil, Formation enseignante

 

En partant de la problématique de l’importance des gestes et des outils dans l’évolution de l’enseignement/apprentissage du domaine artistique visuel à l’école primaire, cette communication se réfère aux changements vécus dans les salles de classe, engendrés par l’introduction d’un nouvel outil-médium au milieu du 20ème siècle dans les écoles primaires de Suisse : Le crayon de cire Neocolors.

Méthodologiquement cette contribution s’inscrit dans le cadre d’une approche historique et clinique de faits didactiques (Leutenegger, 2009). Elle s’intéresse essentiellement à l’action enseignante, au vu de l’évolution des significations que cette dernière suscite, dans ses rapports à un outil et une technique particulière.

L’objectif de cette étude est amplement exploratoire et s’appuie sur l’analyse des échanges avec des enseignants de primaire en activité, sur l’analyse des activités proposées aux élèves en rapport avec l’outil/médium Neocolors, sur des entretiens avec des anciens formateurs en arts plastiques ainsi que sur une analyse des formations et supports de cours effectués et transmis par la fabrique de crayons Caran d’Ache.

En s’orientant vers l’idée de considérer les disciplines scolaires comme des constructions sociales (Reuter, 2004), constructions auxquelles les apports techniques et la formation de l’enseignant sont étroitement liées ; il apparaît important, dans un processus d’analyse de l’enseignement, de prendre en considération l’origine et l’utilisation de certains outils si l’on veut apprécier l’impact des changements d’une discipline dans le temps.

Je commencerai par résumer très sommairement la petite histoire de l’introduction des Neocolors dans les écoles primaires en Suisse romande, à partir des rubriques historiques, plans de cours et entretiens avec des enseignants de l’époque. Ensuite, je parlerai des apports des brochures et formations transmises par Caran d’Ache pour diffuser leurs produits et en stimuler l’utilisation.

Trois précisions préalables s’imposent ici pour la bonne compréhension de cette communication :

Par discipline scolaire, il faut entendre « une construction sociale organisant un ensemble de contenus, de dispositifs, de pratiques, d’outils… articulés à des finalités éducatives, en vue de leur enseignement et de leur apprentissage à l’école. » (Reuter, 2007, p. 85).

Cette communication  s’intéresse particulièrement à la didactique des disciplines visuelles artistiques dans la formation des enseignants d’aujourd’hui, par rapport aux choix disciplinaires faits précédemment. « La situation actuelle de l’enseignement des Arts plastiques est, pour une grande part, la résultante des choix passés, avec certes des transformations, mais sans ruptures radicales, même, parfois, avec la reprise et l’actualisation de réponses anciennes » (Roux, 1999, p. 42).

Du simple point de vue de la faisabilité, en l’état actuel de cette étude, je m’en tiendrai à l’objectif modeste de juxtaposer les informations obtenues de la part de Caran d’Ache à celles recueillies auprès des enseignants de Suisse romande auxquels j’ai eu accès.

 

Références bibliographiques :

Leutenegger, F. (2009). Le temps d’instruire. Approche clinique et expérimentale du didactique

ordinaire en mathématiques. Bruxelles : Peter Lang.

Reuter, Y. (dir.) (2007). Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Bruxelles : De Boeck.

Roux, C. (1999). L’enseignement de l’art. La formation d’une discipline. Nîmes : Ed. Jacqueline Chambon.

Zottos, E. & Renevey, C. (2006). De toutes les couleurs : un siècle de dessins à l’école. Genève : Infolio éditions.