262 - Malentendus en formation des maîtres. Le difficile accompagnement à distance de professeurs stagiaires.

Georges Ferone
CIRCEFT, Paris 8. UPEC-IUFM Créteil, France

 

Mots clés : formation des maîtres, communication électronique, malentendus

 

Les formateurs et professeurs des écoles stagiaires sont amenés à interagir de plus en plus fréquemment dans des dispositifs de communication électronique. Les recherches montrent que la communication à distance offre un potentiel important en termes de formation. Les bénéfices potentiels de l’usage de dispositifs électroniques dans la formation s’affirment à deux niveaux. D’une part, ces environnements favorisent fortement les interactions en particulier parce qu’ils permettent de s’affranchir des contraintes de temps et d’espace et d’autre part, ils privilégient les échanges écrits qui permettent d’ordonner et de donner du sens à son expérience. En effet, « la construction d’une identité professionnelle passe par le langage, qui permet de socialiser l’expérience et d’entrer dans une communauté de discours. Écrire conduit les stagiaires, non seulement à dire leur expérience (son opacité inaperçue), mais à lui donner sens (par la mise en récit et par le choix des mots) et à se construire en se situant par rapport au milieu professionnel dans lequel leur parole va être entendue ». Partager, expliciter, confronter ses savoirs et ses expériences développent la réflexivité et constituent un levier de professionnalisation du métier. Plusieurs chercheurs invitent toutefois à la prudence en soulignant les écarts entre les potentialités d’échanges et ceux qui adviennent réellement. Des auteurs constatent que les exemples d’apprentissage collectif en formation restent exceptionnels, d'autres soulignent également les limites de l’échange immédiat, de l’urgence et du risque d’adopter sans recul critique des manières de faire censées avoir fait leurs preuves. L’étude de cas présentée dans cet article est fondée sur une analyse de blogs de formation. Le corpus analysé est constitué de vingt-trois blogs sur lesquels près de mille cinq cents messages ont été échangés. Ces données ont donné lieu à un traitement statistique qui a permis de mesurer l’activité des blogs, mais pour comprendre ce qui se nouait dans la relation entre les différents acteurs et en particulier pour identifier des effets de formation, la démarche a été principalement qualitative, reposant sur le recueil et l’analyse des écrits postés sur les blogs et des entretiens menés avec les différents acteurs. L’analyse met en évidence les nombreux malentendus qui persistent dans la communication entre formateurs et formés et qui expliquent le désengagement des participants. Elle souligne la complexité d’un accompagnement qui doit à la fois, répondre de manière réactive aux inquiétudes et aux attentes des stagiaires mais également, de manière proactive, anticiper d’éventuels malentendus et tenter de faire évoluer des postures qui pourraient apparaître inadaptées.

 

Références bibliographiques :

Bautier, E., Goigoux, R. (2004) Difficultés d’apprentissage, processus de secondarisation et pratiques enseignantes : une hypothèse relationnelle, Revue française de Pédagogie. N°148, 89-100.
Bruillard E., Baron G.-L. (2009). Travail et apprentissage collaboratifs dans l'enseignement supérieur opinions, réalités et perspectives. Quaderni, n°69, 105-114.
Crinon, J. & Guigue, M. (2006). Écriture et professionnalisation. Revue Française de Pédagogie, n° 156, 117-169.
Durand, M. (2008). Diversité des situations et unité des savoirs en formation des enseignants. In Perrenoud, P., Altet, M., Lessard, C., Paquay, L. (2008). Conflits de savoirs en formation des enseignants. Entre savoirs issus de la recherche et savoirs issus de l'expérience, Bruxelles, De Boeck Université.
Jezegou A. (2010). Créer de la présence à distance en e-learning. Cadre théorique, définition, et dimensions clés. Distances et savoirs, 2010/2, vol n°8, 257-274.