218 - Le poids du genre professionnel comme source possible d’activité empêchée chez les enseignants expérimentés : deux études de cas

Yvette Laurent

EAM ADEF Equipe ERGAPE Aix-Marseille Université, France

 

Pascale Charpentier

EAM ADEF Equipe ERGAPE Aix-Marseille Université, France

 

Mots clés : genre professionnel, enseignants expérimentés, activité empêchée

 

La diversification des tâches prescrites ou la reconfiguration de leurs missions placent les enseignants face à des situations inédites « dont la maîtrise appelle l’élaboration de nouvelles manières de faire et de penser ainsi que de nouveaux usages de soi. » (Saujat, 2010) et il devient fréquent pour un enseignant expérimenté de voir son pouvoir d’agir (Clot, 2008) amputé dans de telles occasions. Le genre professionnel (Clot & Faïta, 2000)de ces enseignants expérimentés peut alors devenir une source d’empêchement de leur activité : d’un côté il fait défaut en n’offrant plus, momentanément, les ressources nécessaires pour l’action, de l’autre, il demeure très présent en terme d’obligations que s’auto prescrivent ces professionnels, d’idée qu’ils se font de leur travail et d’eux-mêmes, du sens qu’ils attribuent à leur action. Ainsi, les manières d’agir mises en œuvre dans ces moments de transition sont vécues sur le mode d’une régression génératrice d’insatisfactions professionnelles, alors que, de manière contradictoire, elles jouent, ou peuvent jouer, un rôle positif et « créatif » dans le processus de maîtrise progressive de ces situations inédites. Il nous paraît alors intéressant de repérer les conditions sous lesquelles se manifestent de telles distorsions à l’intérieur même du genre et les effets qu’elles provoquent en termes d’efficacité et de santé, conçue comme capacité créatrice (Canguilhem, 1966). En ergonomie de l’activité enseignante (Amigues, Faïta, & Saujat, 2004), nous postulons à la suite de Vygotski qu’il faut provoquer le développement de l’activité pour la comprendre; il s’agit tout autant de transformer le travail pour le comprendre, que de comprendre le travail pour le transformer. Pour cela, nous mobilisons des dispositifs (instruction au sosie, cadre des auto confrontations) grâce auxquels le travail « ordinaire » peut devenir un objet de pensée et d’interlocution. Les participants à l’analyse vont revivre une expérience vécue  et, à la faveur des rapports dialogiques (Bakhtine, 1984) initiés par les cadres méthodologiques, produire des significations nouvelles à propos de leur propre activité. Dans cette communication, nous nous attacherons à comprendre comment le travail se fait et plus particulièrement quel rôle y joue le genre professionnel, à partir de segments extraits de l’étude de deux cas : celui d’un enseignant du premier degré fraîchement promu conseiller pédagogique devant s’inscrire dans le flux d’un genre professionnel différent et celui d’un enseignant d’éducation physique et sportive expérimenté amené à enseigner pour la première fois l’activité danse. Nous montrerons que, lorsque les ressources nécessaires pour gérer les nouvelles situations font défaut, des « surcompensations » (Vygotski, 1994) sont opérées et des compromis réalisés pour faire tenir ensemble engagement subjectif, efficacité et qualité du travail à travers des usages de soi parfois générateurs d’inconfort et de fatigue.

 

Références  bibliographiques:

Amigues, R., Faïta, D. & Saujat, F. (2004). L’autoconfrontation croisée : une méthode pour analyser l’activité enseignante et susciter le développement de l’expérience professionnelle. Bulletin de psychologie, 469, 41-44.

Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale Paris : Gallimard.

Canguilhem, G. (1966). Le normal et le pathologique. Paris : PUF.

Clot, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris: PUF.

Clot, Y., & Faïta, D. (2000). Genres et styles en analyse du travail. Concepts et méthodes. Travailler, 4, 7-42.

Saujat, F. (2010). Travail, formation et développement des professionnels de l’éducation : voies de recherche en sciences de l’éducation. Note de synthèse pour l’Habilitation à Diriger des Recherches. Université de Provence – Aix-Marseille I, Marseille.

Vygotski, L. (1994). Défectologie et déficience mentale. Lausanne : Delachaux et Niestlé.