205 - Le tableau chronodiscursif : un outil méthodologique d’analyse didactique de productions langagières en situation d’apprentissage.

Catherine Souplet

Théodile-Cirel, Université Lille 3, France

 

Mots clés : productions langagières, apprentissages, outil d’analyse, tableau synoptique

 

Dans une méthodologie de recherche, la phase de constitution et de construction du corpus est suivie d’un travail d’interprétation des données (Reuter, 2006). Cela suppose de mobiliser un cadre théorique mais aussi d’avoir sélectionné, construit des outils d’analyse permettant cette interprétation. C’est un outil de ce type que je propose de présenter, à savoir le tableau chronodiscursif, spécifiquement élaboré pour la recherche de thèse que j’ai menée (Souplet, 2012a). L’objet de cette thèse en didactique concerne l’étude des processus mobilisés par des élèves d’école élémentaire pour apprendre en histoire, en s’appuyant sur l’articulation entre activité langagière et apprentissages (Jaubert, 2007 ; Guernier, Durand-Guerrier, Sautot 2006 ; Chabanne et Bucheton, 2002). Le corpus est essentiellement constitué des échanges langagiers oraux menés pendant les leçons, et ce sont ces échanges qui ont été soumis à analyse.

Pour ce faire, il y a eu nécessité de construire une distance avec les données recueillies, et de trouver des angles saillants pour entrer dans leur épaisseur. Les tableaux synoptiques (Tiberghien et al., 2007 ;  Schneuwly, Dolz, Ronveaux, 2006) contribuent à permettre cela, et c’est sur la base de cette forme d’objectivation des données que j’ai pensé la construction de ce tableau chronodiscursif. Cet outil a permis de rendre visibles, dans les interactions langagières, les indicateurs retenus mais aussi des phénomènes théoriques éclairant les apprentissages en cours, tels que le dialogisme et la gestion de l’hétéroglossie (Jaubert, 2007), le tout de manière chronogénétique car corrélée au déroulement et à la dynamique des échanges. Il permet également de rendre (en partie) visible le tissage des dimensions collectives et individuelles dans les interactions et l’élaboration de savoirs (Nonnon, 2008).

Je présente donc les modalités d’élaboration de ce tableau chronodiscursif (Souplet, 2012b), ses caractéristiques, l’usage qui en a été fait, en montrant ce qu’il a permis de mettre au jour, en termes d’interprétation des données, mais aussi ses limites. L’intérêt de ce type d’outil n’est pas de rester figé et restreint à un usage spécifique, mais bien d’envisager sa décontextualisation, voire sa reconfiguration, en vue d’autres recherches. C’est ce que vise cette présentation.

 

Références bibliographiques :

Chabanne J.-C. et Bucheton D. (dir.) (2002). Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire. L’écrit et l’oral réflexif. Paris : PUF.

Guernier M.-C., Durand-Guerrier V., Sautot J.-P. (dir.) (2006). Interactions verbales, didactiques et apprentissages. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

Jaubert M. (2007). Langage et construction de connaissances à l’école. Un exemple en sciences. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux.

Nonnon E. (2008). Tensions et dynamiques des interactions dans les échanges scolaires. In Filliettaz L. et Schubauer-Leoni M.-L. (dir.), Processus interactionnels et situations éducatives (p. 43-65). Bruxelles : De Boeck.

Reuter Y. (2006). Penser les méthodes de recherche en didactique(s). In Perrin-Glorian M.-J. et Reuter Y., (éds), Les méthodes de recherche en didactique (p. 13-26). Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

Schneuwly B., Dolz J. et Ronveaux C. (2006). Le synopsis : un outil pour analyser les objets enseignés. In Perrin-Glorian M.-J. et Reuter Y. (éds), Les méthodes de recherche en didactiques (p. 175-190). Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

Souplet C. (2012a). Apprendre en histoire à l’école élémentaire: analyse didactique de l’activité cognitivo-langagière en classe. Thèse de doctorat, Université de Lille 3.

Souplet C. (2012b). Pratiques langagières et situation scolaire d’apprentissage : à propos d’un rapport complexe et résistant. Questions méthodologiques. In Éducation & Didactique, Vol 6, n°1 (p. 97-116). Rennes : PUR.

Tiberghien A., Malkoun L., Buty C., Souassy N. et Mortimer E. (2007). Analyse des savoirs en jeu en classe de physique à différentes échelles de temps. In Sensevy G. et Mercier A., Agir ensemble. L’action didactique conjointe du professeur et des élèves (p. 93-122). Rennes : Presses Universitaire de Rennes.