201 - Rapport au savoir d'élèves décrocheurs et stages "Hyppocampe"

Teresa Assude

EA 4671 ADEF, Université d'Aix-Marseille, France

Sylviane Feuilladieu

EA 4671 ADEF, Université d'Aix-Marseille, France

Jeannette Tambone
EA 4671 ADEF, Université d'Aix-Marseille, France

 

Mots-clé: Décrochage scolaire, Stage Hyppocampe, Rapport au savoir, Mathématiques

 

L’École de la Deuxième Chance a été créée pour « assurer, par l’éducation, l’insertion professionnelle de jeunes adultes de 18 à 25 ans sans diplôme ni qualification ». Il s’agit de répondre à un problème sociologique (la qualification et l’insertion des décrocheurs du système scolaire déscolarisés depuis au moins un an, issus de milieux sociaux défavorisés) par la mise en place d’un dispositif pédagogique et didactique innovant visant à recréer un lien aux savoirs permettant au jeune de se sentir à nouveau en capacité de penser et de faire (les enjeux de savoir étant de maîtriser les savoirs fondamentaux du socle commun des connaissances et des compétences pour aboutir à un projet professionnel). L’un des moments importants de ce dispositif est un stage – le stage « Hyppocampe » - durant lequel les stagiaires sont placés en situation de chercheur en collaboration avec de « vrais » chercheurs, dans le cadre d’un laboratoire universitaire. Un problème leur est soumis. Ils doivent le résoudre en petit groupe et présenter leur travail aux autres stagiaires et aux chercheurs sous la forme d’un poster. Ce stage est donc supposé leur permettre de développer leur capacité à résoudre des problèmes (notamment mathématiques), et a également pour enjeu de valoriser leur réflexion et leur travail.
Il s’agit de saisir l’évolution du rapport au savoir et aux mathématiques des stagiaires que peut engendrer la situation pédagogique et didactique spécifique de ce stage, sur des dimensions telles que la disposition à l'étude ou la formation d'un projet. L’enquête, à la fois sociologique et didactique, a suivi un groupe de 17 jeunes de l’École de la Deuxième Chance. Des entretiens directifs ont été passés avant et après le stage, afin de décrire le fonctionnement et l’effet du dispositif : déroulement pédagogique du stage, perception des jeunes concernant les mathématiques, le métier de chercheur, le travail demandé dans le cadre de l’école, modalités concrètes d’investissement du jeune dans les activités, évolution du rapport aux apprentissages, des perspectives d’avenir… L’observation directe par vidéo du travail effectué par les stagiaires durant le stage (investissement dans le groupe, préparation du support de présentation) complète les données, en fournissant le matériau d'une analyse didactique. Nos outils d'analyse sont issus de la théorie anthropologique du didcatique, et nous présenterons essentiellement les résultats concernant les entretiens.
 

Références bibliographiques :

Bernard, P-Y. (2011). Le décrochage scolaire. Paris : PUF, QSJ.
Blaya, C. (2010). Décrochages scolaires. Bruxelles : De Boeck.
Bonnéry, S. (2007). Comprendre l’échec scolaire : élèves en difficultés et dispositifs pédagogiques. Paris : La Dispute.
Charlot, B. (1997). Du rapport au savoir. Eléments pour une théorie. Paris : Anthropos.
Chevallard, Y (2003). Approche anthropologique du rapport au savoir et didactique des mathématiques. In S. Maury S. & M. Caillot (éds), Rapport au savoir et didactiques (p. 81-104). Paris: Fabert.