188/2 - L’évolution humaine dans les programmes et les manuels scolaires de science français de 1994 à aujourd'hui : interactions entre connaissances, valeurs et contexte socioculturel

 

188/2 - L’évolution humaine dans les programmes et les manuels scolaires de science français de 1994 à aujourd'hui : interactions entre connaissances, valeurs et contexte socioculturel

 

Marie-Pierre Quessada

LIRDEF, IUFM, Université Montpellier 2, France

&

Pierre Clément

S2HEP, Université Lyon 1, France

 

 

 

Mots-clés : Evolution humaine –Transposition Didactique - Programmes – Manuels scolaires – Valeurs – Controverses socioscientifiques -

 

 

Résumé : En ce début de XXIe siècle, le concept d’évolution biologique fait consensus au sein de la communauté scientifique internationale, mais sa place dans les programmes reste discutée dans plusieurs pays. En France, l’enseignement de l’évolution est central dans le cursus scolaire, mais celui de l’évolution humaine a été limité aux seuls élèves de la classe de terminale scientifique. Nous analysons ici la transposition didactique de ces connaissances dans les programmes et manuels scolaires français (éditions Bordas et Nathan) de 1994 à aujourd’hui.

Nous utilisons pour cette analyse la catégorisation des conceptions scientifiques ainsi que la grille de traitement de l’information scientifique de nos précédents travaux,. Nous évaluons le délai de transposition didactique (DTD) des connaissances. Les schémas représentant l’évolution humaine sont étudiés selon leur nature scientifique et selon les valeurs implicites associées.

Les programmes de 1994 et 2001 intègrent des nouvelles données scientifiques avec un DTD très court. Ceux de 2011 présentent des connaissances moins détaillées et plus distanciées, ce qui les préserve d’une obsolescence rapide. Une tendance à une plus grande vigilance épistémologique apparaît avec une présentation non dogmatique des connaissances.

Il existe toujours une forte adéquation entre les programmes et les manuels. Les éditions les plus récentes sont moins marquées par les valeurs implicites telles que le finalisme et l’anthropocentrisme et l’androcentrisme mais certaines faiblesses d’ordre épistémologique et didactique persistent notamment dans la schématisation. Les controverses socioscientifiques sur l’évolution humaine et son enseignement ne sont pas du tout prises en compte dans les manuels étudiés.

L’absence de référence au créationnisme témoigne d’une volonté institutionnelle de séparation stricte des registres scientifiques et religieux en classe de sciences selon le NOMA de Gould (1997). Aborder les controverses  socioscientifiques  qui ont marqué l’histoire des sciences ou l’actualité pourrait permettre aux élèves de mieux identifier les registres scientifiques et idéologiques et de fonder leur jugement sur une approche critique interdisciplinaire.

 

LE TEXTE COMPLET (avec images) ET DANS LE DOCUMENT ATTACHE (.pdf)

Fichier attachéTaille
188-2 Quessada & Clément AREF.pdf1.27 Mo