*163 - Un obstacle épistémologique en éducation à la santé : L’assimilation de complexité à complication

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

ARBOIX-CALAS France

LIRDEF, Université Montpellier II

 

CAUSSIDIER Claude

LIRDEF, Université Montpellier II

 

Mot-clés: pensée complexe, éducation nutritionnelle, enseignants.

 

Il est fréquent d’assimiler dans le langage courant les termes « complexe » et « compliqué », pourtant ces deux termes renvoient à des réalités bien différentes. En effet, d’après la théorie de la complexité d'E. Morin (1990), la pensée complexe est une pensée qui relie les éléments entre eux. Elle permet d’envisager les éléments en termes de complémentarité, de récursivité et de comprendre l’organisation du tout et des parties qui le constituent. Elle se distingue d’une pensée simplifiante qui disjoint les éléments entre eux, les oppose et qui se conçoit de de façon linéaire. Ces deux orientations de la pensée simplifiante et complexe sont décrites par Morin avec six principes qui se répondent deux à deux. Les recherches que j'ai réalisées en France et en Inde, deux pays qui peuvent s'analyser dans le cadre ces deux logiques différentes de pensées, montrent que les concepts de santé et d’éducation à la santé y diffèrent singulièrement. En Inde, plusieurs systèmes de médecine coexistent et collaborent définissant ainsi une approche globale et complexe du corps et de la santé. Cette approche permet d’envisager la santé sur un modèle holiste, en communication avec le milieu extérieur (Bruchon-Schweitzer, 2002). En France, au contraire, le seul système de médecine reconnu par les institutions est un système de biomédecine qui s’est constitué dans un esprit de réductionnisme scientifique (Tubiana, les chemins d’esculape). Aujourd’hui en France, le principal modèle de santé véhiculé dans les manuels scolaires est un modèle biomédical (Carvalho et al., 2007) qui s’inscrit dans une logique de pensée simplifiante. L’assimilation de complication à complexité constitue-t-elle pour les enseignants de ces deux pays, dans lesquels la santé est envisagée selon deux approches très différentes, un obstacle épistémologique à la mise en œuvre de l’éducation à la santé dans leurs classes ? Nous avons mené une étude comparative en France et en Inde dans les écoles primaires de de l’académie de Montpellier et de la ville de Pondichéry. Nous avons étudié les représentations enseignantes de l’éducation à la santé à travers l’exemple de l’éducation nutritionnelle, selon trois critères de complexité : le travail en partenariat, la pédagogie de projet et le développement de compétences psychosociales chez les élèves (OMS, 1994). Nos résultats révèlent que les enseignants indiens n’assimilent pas les critères de complexité de l’éducation à la santé à un sentiment de complication, contrairement aux enseignants français pour qui cette assimilation pourrait constituer un obstacle à sa mise en œuvre. Cette étude apporte également des précisions sur les freins à la mise en œuvre d’une éducation à la santé de qualité dans les écoles françaises et confirme les résultats d’une étude menée en contexte libanais (Saab et al., 2010) sur l’importance de former les enseignants à la pensée complexe pour modifier leurs représentations et améliorer leurs pratiques dans le domaine de l’éducation pour la santé.

 

Références :

Bruchon-Schweitzer, M. (2002). Psychologie de la santé : Modèles, concepts et méthodes. Paris, Dunod.

Morin, E. (1990.) Introduction à la pensée complexe. Paris, Le Seuil.

Organisation Mondiale de la Santé (1994). Program on Mental Health. Life Skills Education in School. Genève.

Saab, O., Berger, D., El Hage, F. ( 2010). Importance de l’introduction de la complexité dans la formation des enseignants des Sciences de la Vie pour le développement des futurs citoyens informés et autonomes en matière de santé. Colloque international francophone « Complexité 2010 » - La pensée complexe défis et opportunités pour l’éducation, la recherche et les organisations. Tubiana M. (1995). Les chemins d’Esculape : Histoire de la pensée médicale. Paris, Flammarion.