147 - Quelles « frontières » entre Éducation populaire et Éducation nationale ? Le cas de la Ligue de l’enseignement

Isabelle PRAT

GRESCO EA 3815, Université de Poitiers, France

 

Mots clés : Éducation populaire / formation / institution scolaire / trajectoires

 

L’idée de cette communication serait de voir quelles sont les « frontières », si frontières il y a, entre l’institution scolaire, et donc l’Éducation nationale, et l’Éducation populaire. Historiquement, la Ligue de l’enseignement (confédération d’associations, mouvement d’Education populaire, reconnue d’utilité publique dans les années 1930 et complémentaire de l’école) est fortement corrélée à l’Éducation nationale puisque composée de nombreux instituteurs, inspecteurs d’académie… Aujourd’hui il reste encore des détachés de ce Ministère mais leur part a bien diminué. Toutefois le Mouvement conserve sa dimension « complémentaire de l’école » à travers différents dispositifs, comme les ateliers relais, la formation des délégués élèves, etc.

Les salariés interviennent au sein de l’institution scolaire, mais aussi en dehors, dans la mesure où ils prennent parfois le relais de l’école face à des jeunes en ruptures scolaires (Millet, Thin, 2005). Ils font par exemple des formations type BAFA pour les animateurs : formations perçues comme l’acquisition de diplômes chez les jeunes sortis précocement du système scolaire.

L’objet de cette communication serait également d’interroger le profil des salariés, notamment ceux évoqués précédemment que sont les détachés de l’Éducation nationale. Pourquoi avoir quitté l’Éducation nationale pour l’Éducation populaire ? Quelles propriétés sociodémographiques et quelles trajectoires biographiques caractérisent de type de parcours ? Constate-t-on des positions similaires aux membres du RESF (Mathieu, 2010) ? Est-ce une forme de rupture ? Quels rapports entretiennent-ils avec l’Éducation nationale ?

La mobilisation qui a eu lieu au printemps 1998 dans les collèges et lycées de Seine-Saint-Denis est l’expression d’une transformation du métier d’enseignant, confronté aux contradictions d’une tâche de plus en plus difficile à réaliser (Poupeau, 2001). C’est le constat que font les salariés de la Ligue de l’enseignement ; constat issu d’un matériau de près d’une quarantaine d’entretiens semi-directifs et de nombreuses observations réalisés dans le cadre d’une évaluation des expérimentations du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse. 

 

Références bibliographiques :

Mathieu L. (2010).  Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière. Sociologie, vol 1. 303-318.

Millet M. & Thin D. (2005). Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale. Paris : PUF Le lien social.

Poupeau F. (2001). Professeurs en grève. Actes de la recherche en sciences sociales, vol 136-137. 83-94.