116/5 - Accompagner de nouveaux acteurs du monde scolaire à partir d’un dispositif réflexif : la co-construction d’un « genre professionnel » par l’analyse de situations de travail

Thérèse Perez-Roux

Université P. Valéry, Montpellier 3, LIRDEF EA 3749, France

 

Mots clés : formation continue, dispositifs, identité, genre professionnel, analyse de pratique

 

Résumé

Dans le champ de l'éducation, on assiste à la montée en puissance d’activités de coordination, de régulation, de médiation. Depuis la loi de 2005 et en application de l’article D.351-12 du code de l’Education, l’accueil et l’accompagnement des élèves en Situation de Handicap est pris en charge par les enseignants référents (E-R), le plus souvent anciens maîtres spécialisés de l’école primaire. Dans le cadre de leur activité, ils ont à investir un nouvel espace de régulation organisé autour des « Equipes de suivi de scolarisation », dans lequel ils doivent mettre en synergie le projet pour l’élève en situation de handicap et l’action des différents acteurs concernés (parents, enseignants, chef d'établissement, psychologues, professionnels de la santé, MDPH, etc.). Cet espace est soumis à des tensions et des jeux d’intérêt divers, à des traductions que doivent opérer ces E-R en charge de dossiers complexes pour lesquels leurs compétences initiales se révèlent parfois insuffisantes. Notre contribution s’intéresse aux modalités d’accompagnement de ces acteurs entrant dans une mission aux contours encore mal définis et porteuse de forts enjeux identitaires.

Pour conduire cette étude, nous mobilisons les théories de l’identité (Dubar, 1992 ; Kaddouri, 2006, Perez-Roux, 2011), auxquelles nous intégrons l’éclairage de Clot (1999) en clinique de l'activité, notamment autour des questions de « genre professionnel ». Cette approche est très étroitement reliée aux aspects d'ordre méthodologique.

Nous avons procédé durant quatre années (2010 et 2013) au suivi d'un groupe de 15 E-R d’un même département, à partir d’une forme adaptée de focus group. Ce travail a été complété par l’étude des effets d’un dispositif d’analyse de pratiques invitant les professionnels à mettre au travail des situations jugées problématiques et engageant des formes de co-réflexivité.

Les résultats rendent compte d’une mission dans laquelle les professionnels ont à gérer de nombreuses tensions entre différents partenaires aux logiques différentes tout en maintenant un principe d’équité. Au-delà de la distanciation affective à laquelle les invite l’institution, les E-R évoquent l’impact de la dimension relationnelle sur leur activité et la nécessité d’analyser ce qui se joue du rapport de soi à soi, à autrui et plus largement à l’institution dans des situations jugées problématiques. Les jeux de pouvoir et de contre pouvoir sont ainsi mis en lumière à travers un retour différé sur l’action.

En ce sens, le dispositif d’accompagnement est perçu par ces acteurs comme un véritable levier pour assumer progressivement une période de transition professionnelle et co-construire, sur la base de situations emblématiques (partagées), les prémisses d’un « genre professionnel ». Cet espace de formation semble contribuer à clarifier les contours d’un nouveau métier et à asseoir une légitimité dans un secteur (intégration scolaire) en forte croissance (DEPP Etudes et statistiques 2012).

 

 

Fichier attachéTaille
Perez-Roux_116-5_ Actes 2013.pdf103.17 Ko