108 - Parcours de femmes « sans-papiers » ou l’apprentissage d’une subjectivation

Letitia TRIFANESCU

EXPERICE Université Paris 13/Nord, France

 

Mots clé : formation de soi, processus de subjectivation, migration

 

La 66ème Assemblée Générale des Nations Unies, tenue en septembre 2011, rappelle que le contexte migratoire international, et donc français, se caractérise par une précarisation croissante, concrète et morale. Les parcours de vie des migrants en témoignent mais révèlent également des nouvelles postures que cette transition difficile amène à prendre. Parmi celles-ci, nous nous consacrons dans cette contribution à circonscrire une posture formative, sous-tendue par un processus de subjectivation lié au vécu migrant. Notre approche relève de l’éducation informelle des adultes et emprunte la perspective de la recherche biographique en éducation. Le point de départ empirique est constitué par une recherche en cours auprès de femmes migrantes « sans-papiers », originaires d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne confrontées aux procédures administratives, soit en tant que demandeuses d’asile soit cherchant à obtenir un titre de séjour. Nous nous intéressons spécifiquement aux migrants précaires. Cette catégorie vise à la fois la spécificité de certains parcours de migration, ainsi que celle des conditions de vie propres à ces individus lorsqu'ils s’installent en France. Tout au long de la contribution, l’analyse présentée émerge d’une perspective qualitative, ancrée dans le paradigme herméneutique. Elle articule autour de la formation de soi les notions de culture, de genre et d’identité.

A travers des récits de vie, nous avons étudié les deux dimensions des parcours migratoires (Sayad, 1999), entre le voyage et la situation irrégulière une fois installés sur le territoire français. Nous nous focaliserons essentiellement sur cette dernière. Si nous considérons ce voyage comme une transition psychosociale, alors l’enjeu pour l’individu est d’être confronté à la différence et souvent à l’incompatibilité entre la réalité attendue et celle rencontrée (Parkes, 1971). C’est un moment charnière qui requière une recontextualisation de l’expérience. Il n’est pas uniquement une période de bouleversement intérieur qui confronte à ses propres représentations du monde. C’est également une période d’apprentissage de soi avec les autres, de reconfiguration de soi et du monde autour de soi à des fins souvent adaptatives ou régulatrices. Analysés dans une triple temporalité, passée, présente et future, les modes d’appropriation de cette période par les migrants révèlent des dynamiques d’apprentissage et de pouvoir d’agir. En s’inscrivant dans des biographies traversées par la mise en action de soi, les parcours migratoires revêtissent également un sens de formation/ transformation de soi.

 

Références bibliographiques

- Alheit, P. & Dausien, B. (2005). Processus de formation et apprentissage tout au long de la

vie (trad. Delory-Momberger C.). L’orientation scolaire et professionnelle, 34(1), p. 57-83.

- Delory-Momberger, C. (2009). La condition biographique. Récits de soi dans la modernité

avancée. Paris, France : Téraèdre.

- (2006). Formation et apprentissages biographiques. Penser l’éducation,19, p. 39-49.

- Documents officiels de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (novembre

2011), Protection des migrants. Lors de la 66ème session, troisième commission.

- Heinz, W. H. (2000). Selbstsozialisation im Lebenslauf. Umrisse einer Theorie

biographischen Handelns. Dans: Hoerning E. M. Biographische Sozialisation. Stuttgart,

Allemagne : Lucius & Lucius.

- Gutierrez L. M. (1990) Working with women of colour: An empowerment perspective. Social

work, march 1990,149 -153

- Lechner, E. (2009) Parcours migratoires et mobilité biographique comme éducation de soi.

Dans Delory-Momberger C. et Clemetino de Souza E. (dir.) Parcours de vie, apprentissage

biographique et formation (p. 113-125). Paris : Téraèdre coll. « (Auto)biographie et

Education ».

- Lydie, V. (2008) Paroles clandestines. Les étrangers en situation irrégulière en France.

Paris : Syros

- Parkes, C. M. (1971). Psycho-social transitions: A field for study. Social Sciences and

Medicine, no.5, p. 101-105.

- Sayad, A. (1999). La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de

l’immigré. Paris : Seuil