104 - Du voyage au voyage intérieur : le rôle de l'écrit dans la construction identitaire de l'étudiant ingénieur

 Sophie Bossard

Université Paris VIII, laboratoire Experice, Paris,France

Institut Catholique des Arts et Métiers, Nantes, France

 

Mots clefs :  écrit, identité narrative, voyage.

 

L’étude s’intéresse à l’articulation entre voyage et autoformation au sein d’un dispositif existant à l'ICAM, Institut Catholique des Arts et Métiers, école d’ingénieurs. Il s’agit d’un projet personnel de voyage, nommé Experiment, d’une durée de 4 mois, positionné en fin de 3ème année du cycle ingénieur, obligatoire pour l’obtention du diplôme, mais dont les modalités sont relativement libres (projet de défi sportif, d’acculturation, d’aide humanitaire, etc) avec la condition importante de le vivre, en majeure partie, seul. Par une approche sociologique, dans le cadre d’une thèse en sciences de l’éducation, nous émettons l'hypothèse que ce voyage joue un rôle dans la construction identitaire de l’étudiant, prioritairement lorsque l'étudiant "le raconte et se raconte". Il s’agit donc particulièrement d’envisager l’avènement de la réflexivité de l’étudiant lors du passage à l’écriture au moment de la réalisation de son projet, que ce soit sous forme de journal intime ou de blog extime. Le cadre théorique de notre analyse est au croisement de la pédagogie ignatienne, au coeur de la pratique de l'ICAM,  par la tradition de la mise en expérience et de la relecture proposée par Ignace de Loyola, mais aussi des recherches actuelles sur l’autoformation au sens où l'autonomie du sujet y est centrale, avec toute la part d'informel éducatif qui trouve sa place dans ce projet ; au croisement enfin de l'herméneutique de Ricoeur, avec l'ancrage fécond du concept d'identité narrative. Pour questionner la construction de cette identité narrative, dans une perspective méthodologique, nous avons proposé la mise en place d’un atelier d’écriture en amont, pour préparer le projet, mais aussi en aval, pour en permettre la relecture. Ce dispositif de formation narrative n'a d'autre visée que de faire entrer les étudiants dans l'expérience de l'écriture en limitant les mécanismes individuels d'auto-censure, grâce aux effets positifs du groupe. Il s'agit aussi de créer une dynamique susceptible d’être prolongée au cours de leur voyage, dans l'acte du journal de bord, par exemple. L’atelier génère également un dialogue qui dépasse la dimension factuelle pour engager le sujet dans une dialectique entre voyage intérieur et voyage extérieur, dans le fait de "pouvoir raconter et se raconter" (Ricoeur), notamment à partir d'évènements marquants dans le parcours identitaire, dont ce voyage peut faire partie. L'atelier vient donc mettre en exergue les conditions de réussite du projet en termes de construction identitaire.

 

Références bibliographiques :

BOUTINET, J.-P. (2012). Anthropologie du projet. (2ème édition). Paris : PUF

CARRE, P., MOISAN A. & POISSON, D. (sous la direction de) (2010) L’autoformation. Paris : PUF

CIFALI, M., ANDRE, A. (2007). Ecrire l’expérience : vers la reconnaissance des pratiques professionnelles. Paris : PUF

COLIN, L., LEGRAND, J.-L., (sous la direction de) (2008). L’éducation tout au long de la vie. Paris : Economica

DE LOYOLA, I. Le Récit, Ignace de Loyola par lui-même (2002 – 4ème édition) Paris : Vie chrétienne

HESS, R. (2010). La pratique du journal, l’enquête au quotidien. Paris : Téraèdre

RICOEUR, P. (2004). Parcours de la reconnaissance. Paris : Stock