094/7 - Le choix d’une approche méthodologique mixte pour évaluer un projet pédagogique en éducation nutritionnelle

Odile SAAB

Université Saint-Joseph, Faculté des sciences de l'éducation,

Campus des sciences humaines, rue de Damas

B.P. 17-5208 Mar Mikhaël, Beyrouth, 1104 2020, LIBAN

Laboratoire ACTé (EA 4281), Activité Connaissance Transmission Éducation, Groupe de recherche en éducation à la santé en milieu scolaire

 

Ali MAHFOUZ

Université Saint-Joseph, Faculté des sciences de l'éducation,

Campus des sciences humaines, rue de Damas

B.P. 17-5208 Mar Mikhaël, Beyrouth, 1104 2020, LIBAN

 

Mots clés : Education nutritionnelle, approche par compétences, approche méthodologie mixte

 

Résumé. Cette recherche vise l’évaluation d’un projet en éducation nutritionnelle mis en place par un centre diététique, depuis deux ans, dans un collège privé libanais. Pour estimer l’effet du projet sur les élèves et sur les acteurs de l’éducation suivant une approche écologique globale, nous avons adopté une approche méthodologique mixte qui associe à la fois des éléments de la recherche qualitative et quantitative. Les stratégies de collecte, de traitement et de validation des données seront discutées. La méthodologie de recherche proposée pourrait être utilisée pour évaluer l’implémentation de tout projet en promotion de la santé en milieu scolaire. Elle permet d’élucider le rôle des activités effectuées dans l’inculcation, chez l’élève, d’habitudes de vie saines.

 

  1. Introduction

 

L’amélioration de l’état nutritionnel des populations forme de nos jours un enjeu majeur pour les politiques de santé publique menées en France, en Europe, au Canada et dans le monde (MTES, 2011). Une nutrition variée et équilibrée est un facteur de protection de la santé contre le diabète, l’obésité, l’ostéoporose et les maladies cardiovasculaires. Par conséquent, l’éducation nutritionnelle en milieu scolaire constitue actuellement un moyen capital pour améliorer l’état de santé de la population et promouvoir les habitudes alimentaires saines. Cette éducation vise à permettre à l’enfant ou au jeune d’acquérir des compétences pour gérer sa propre santé (Jourdan, 2004).

Au Liban, l’éducation nutritionnelle est intégrée depuis 1997, dans le programme de plusieurs disciplines, notamment celui de sciences de la Vie. Cependant les recherches dans ce domaine révèlent le besoin d’inculquer aux élèves les principes d’une alimentation équilibrée. En effet, l’enquête sur la santé globale des élèves libanais âgés entre 13 et 15 ans, effectuée par l’OMS sous l’égide du Ministère de la santé et du Ministère de l’éducation en 2011 a révélé le besoin de lutter contre le sédentarisme et de promouvoir les habitudes alimentaires saines (Affifi & Dalli, 2012). Par ailleurs, une étude menée en 2007 sur la prévalence de l’obésité dans les écoles privées âgés entre 10 et 18 ans, a montré que 10.1% des garçons et 4.2% des filles étaient obèses (Chakar & Salameh, 2007). Une recherche plus récente réalisée en 2011, dans les écoles publiques, auprès d’adolescents âgés entre 11 à 18 ans, a révélé que 6.6% des adolescents étaient obèses, et que 20.5% avaient un surpoids (Chakar & Salameh, 2011). D’où la nécessité d’implémenter des projets en éducation nutritionnelle à l’école pour favoriser l’intégration des thèmes concernant l’alimentation préconisés dans les programmes scolaires (Saab, 2011). Dans cette perspective, un collège privé possédant une prévalence élevée d’élèves ayant un IMC[1] élevé (19.18% des élèves) a chargé un centre privé de restauration diététique d’élaborer et de mettre en place un projet en éducation nutritionnelle pour promouvoir la santé de ses élèves. Ce projet a débuté pendant l’année scolaire 2011-2012 et comprenait quatre axes principaux: (1) la restauration scolaire ; (2) l’éducation à la santé nutritive des élèves ; (3) la prise en charge des élèves ayant un IMC élevé et la sensibilisation des parents; (4) la création d’un club de santé. La conception de ce projet répond aux recommandations actuelles en éducation nutritionnelle qui consistent à élaborer et à appliquer des stratégies d’interventions ayant une approche écologique globale reliant l'individu à sa société et à son environnement (Roberge & Choinière, 2009 ; Rodrigo & Aranceta, 2001). En effet, le projet vise deux objectifs principaux : conférer aux élèves les moyens de maîtriser des connaissances et des habiletés relatives à leur santé et à leur bien-être et, assurer un environnement favorable à l’adoption d’un mode de vie sain. Notre travail de recherche consiste à évaluer l’effet des activités menées dans le cadre de ce projet, au niveau du Préscolaire, du Complémentaire et du Secondaire après un an de sa mise en place, et de proposer des pistes d’amélioration. Pour ceci, et parce que nous partageons le point de vu de Silverman (2009) qu’il est impossible d’avoir des informations complètes sur tout phénomène, nous avons adopté une approche méthodologique[2] mixte de recherche.

 

Une démarche méthodologique est qualifiée de mixte lorsque le chercheur combine des données/méthodes quantitatives et qualitatives dans une même étude d’une façon cohérente et harmonieuse afin d’enrichir les résultats de la recherche (Karsenti, 2006). Pour évaluer le projet en éducation nutritionnelle, l’adoption d’une seule démarche méthodologique nous a paru réductrice de la réalité. En effet, les méthodes quantitatives se centrent sur l’accomplissement d’un constat chiffré d’une situation prédéterminée et précise, ainsi que sur la mise en évidence des relations causales entre des variables choisies. Elles aboutissent certes à la généralisation de résultats fiables mais l’expérience a montré que souvent les données expérimentales, issues de ces méthodes ne permettent pas  l’explication et/ou la compréhension de la réussite ou de l’échec des interventions (Pluye et al., 2009 ). En contrepartie, la recherche qualitative s’intègre dans une démarche compréhensive qui privilégie la connaissance intime d’un phénomène, l’explication des cas et la richesse des données, mais elle est moins objective que la recherche quantitative et ne permet pas la généralisation des phénomènes observés. De la sorte, l’adoption d’une seule démarche quantitative ou qualitative d’évaluation ne pourrait pas à elle seule nous fournir des pistes de remédiations ou d’amélioration des axes du projet évalué. Par conséquent, pour renforcer la validité de l’étude, nous avons utilisé des instruments différents ayant une approche quantitative ou qualitative. Ce qui nous a permis d’avoir une connaissance plus complète et différenciée de la réalité et de mesurer à l’optimum les effets du projet en éducation nutritionnelle étudié. L’étude quantitative comporte 4 enquêtes par questionnaires destinées (1) aux parents des élèves du Préscolaire, (2) aux parents des élèves ayant un indice IMC élevé,  (3) aux enseignants et personnels administratifs et (4) à des élèves du Complémentaire et du Secondaire. L’étude qualitative réalisée comprend : (1) une analyse de contenu des outils utilisés lors des intervenions éducatives en classes de Cinquième  et de Quatrième, (2) deux focus groupes menés auprès des élèves en classes de Cinquième  et de Quatrième, (3) une observation des élèves du Préscolaire lors de la distribution des collations journalières, (4) une observation de la cafétéria.

Cette démarche méthodologique mixte est censée valider les résultats de la recherche en montrant que les mesures indépendantes effectuées vont dans le même sens, ou tout au moins ne se contredisent pas (Miles et Huberman, 2003).

 

 

2- Méthodologie de la recherche

 

Notre objectif principal était d’évaluer les effets du projet en éducation nutritionnelle à court terme et pas uniquement le degré de satisfaction des personnes bénéficiaires de ce projet. Pour ceci, il était primordial de penser à évaluer le processus de la mise en place des activités du projet c'est-à-dire de l’organisation du fonctionnement de l’action (comment s’est déroulée l’action ? Quels ont été les freins ou les leviers ? Quels ont été les obstacles à l’action ?) ; d’examiner de prêt les aspects techniques (combiens de classes, d’élèves, d’adultes ont bénéficiés de l’action ? Combien de personnes ont été impliquées dans le processus d’élaboration de l’action ? Quel est le degré de satisfaction des personnes impliquées ?) et; les dimensions interpersonnelles (quel a été la qualité des relations humaines entre tous les acteurs à tous les moments du projet ?). De même, il était crucial d’évaluer les résultats des actions réalisées dans le cadre du projet pour une prise en compte de l’atteinte ou non des objectifs fixés au départ de l’action.

 

Après une recherche exploratoire, nous avons planifié notre processus d’évaluation selon les trois types de triangulation définis par Denzin (1798):

 

  • une triangulation des sources d’information. Elle comporte la collecte et l’utilisation de sources de données différentes pour le temps, l’espace et les personnes. Pour réaliser ceci, nous avons effectué le travail de terrain lors de 3 visites au collège, espacées de deux semaines, pendant lesquelles nous avons observé plusieurs locaux et communiquer directement ou indirectement avec des parents, des enseignants, des responsables et des élèves.

 

  • une triangulation des participants à la recherche. Elle consiste à impliquer plus qu’un chercheur dans le travail de recherche pour optimiser l’analyse des résultats.  La présente recherche a été effectuée par une nutritionniste, une docteure en sciences de l’éducation, et un étudiant en master qui enseigne les sciences.  

 

  • une triangulation méthodologique. Elle consiste à utiliser des méthodes différentes en même temps. Pour ceci, nous avons combiné des enquêtes quantitatives (par le biais de questionnaires structurés) avec des études ethnographiques (documents, entrevues, et observations). De plus, nous avons effectué des croisements entre les données empiriques et les données qualitatives pour évaluer les activités des axes du projet à chaque niveau scolaire étudié.

 

 

3- Résultats

 

3.1- La recherche exploratoire

 

Dans les buts d’identifier les activités du projet qui ont été réalisées au cours des années scolaires 2011-2012 et 2012-2013 ainsi que les élèves qui ont bénéficié de ces activités et afin de définir les indicateurs des outils d’évaluation, une recherche exploratoire nous a paru nécessaire. Cette recherche consistait à étudier le contenu du plan d’action du projet sur l’éducation nutritionnelle proposé par le centre diététique et à réaliser un entretien exploratoire auprès de deux responsables du collège.

  

 Après avoir délimité le travail de recherche, nous avons défini les indicateurs qui ont servi à l’élaboration de nos outils de mesure.

 

 

3.2. L’évaluation du projet en éducation nutritionnelle

 

Les techniques de collectes et d’analyse de données que nous avons réalisé concernent trois des quatre axes du projet en éducation nutritionnelle évalué : (1) la restauration scolaire ; (2) l’éducation à la santé nutritive inculquée aux élèves ; (3) la prise en charge des élèves ayant un IMC élevé et la sensibilisation des parents. Etant donné que le quatrième axe qui concerne la création d’un club de santé n’a pas été réalisé.

 

 

3.2.1. La restauration scolaire  

 

Au Préscolaire, les élèves bénéficient tous les jours d’une collation saine préparée par le centre diététique. L’évaluation du projet à ce niveau a été réalisée par le croisement des données qualitatives collectées par une analyse du contenu des collations et une observation de la présentation de ces collations avec des données collectées par une enquête par questionnaires destinée à tous les parents du Préscolaire. Le questionnaire comporte des questions fermées et semi-ouvertes concernant le degré de satisfaction des parents vis-à vis du projet et les éventuels changements d’habitudes alimentaires familiales suite à la mise en place du projet. Il s’intéresse encore à la collecte des propositions d'amélioration des services offerts par le centre diététique au niveau du Préscolaire.

Par ailleurs, le centre diététique a pris en charge l’aménagement de la cafétéria du collège qui offre des sandwichs, des snacks et des boissons aux élèves du Complémentaire et du Secondaire. Pour vérifier la qualité de l’offre alimentaire et l’efficacité de l’organisation de la cafétéria, nous avons réalisé un entretien semi-directif avec la responsable puis nous avons rempli une grille d’observation pendant trois visites séparées de 2 semaines. Cette grille a permis de former une idée sur l’hygiène des lieux, la nature des aliments servis, et l’aménagement de la vente des produits alimentaires.

En parallèle, dans l’objectif de mesurer la contribution de la cafétéria sur le développement d’habitudes alimentaires saines chez les élèves nous avons analysé l’inventaire des produits achetés pendant une semaine ainsi nous avons formé une idée sur les produits consommés en excès ou avec modération provenant du centre diététique ou d’autres fournisseurs.

 

Par ailleurs, la mesure du degré de satisfaction de tous les enseignants et les membres du personnel administratif vis-à-vis des services de la cafétéria et la collecte des propositions d'amélioration ont été effectuées par le biais d’une enquête par questionnaire. De même nous avons administré un questionnaire à 40% des élèves qui fréquentent la cafétéria du Complémentaire et du Secondaire. Le questionnaire comprend des questions concernant les habitudes alimentaires, les services offerts par la cafétéria, les changements d’habitudes alimentaires suite à l’implémentation du projet, les interventions ponctuelles du centre diététique réalisées pour les classes de Sixième, de Cinquième et de Quatrième, et aussi des informations personnelles. Une partie de ce questionnaire avait encore pour objectif de dégager des propositions concrètes pour améliorer les différentes activités du projet.

 

De nos jours, la restauration scolaire fait l’objet de plusieurs recommandations notamment celles du Groupe d’étude des Marchés Restauration Collective et Nutrition (GMRCN) élaborée en 2007. Le croisement des résultats de l’entretien, des observations, et de l’inventaire avec les résultats des analyses descriptives des données empiriques obtenues par le biais des questionnaires adressés aux acteurs de l’éducation et aux élèves a permis de mesurer la contribution de la réorganisation de la cafétéria selon les instructions du centre privé de restauration diététique sur l’adoption des habitudes alimentaires saines, la prévention contre l’obésité et le climat scolaire.

 

 

  1.  L’éducation à la santé nutritive des élèves

Au cours des années académiques 2011-2012 et 2012-2013 des interventions ponctuelles ont été réalisées par des nutritionnistes du centre diététique uniquement au niveau de classes de Sixième, de Cinquième et de Quatrième. Elles consistaient à transmettre des informations à l’aide d’un support visuel sous forme de PowerPoint suivi d’une discussion avec les élèves ou d’une activité interactive sous forme d’un travail de groupe.

 

Pour vérifier l’efficacité de ces interventions, deux focus groupes ont été réalisés avec deux groupes d’élèves en classe de Cinquième et de Quatrième. Le premier focus groupe était composé de 12 élèves des classes de la section française et le second des élèves de la section anglaise, choisis de façon aléatoire. Les objectifs de ces focus groupes étaient d’évaluer l’impact des interventions du centre diététique en classe de point de vue de l’acquisition de connaissances en matière d’alimentation saine et la construction de compétences psychosociales; de vérifier les effets du projet en éducation nutritionnelle sur l’adoption d’un mode de vie sain et sur le développement du sentiment d’appartenance au collège; et aussi de mesurer l’impact du projet sur le climat scolaire, sur l’esprit et la culture de l’établissement. Les élèves qui ont assisté aux focus groupes ont trouvé ces interventions intéressantes, ils ont beaucoup apprécié le débat qui a suivi les présentations sur Powerpoints mais ils ont souhaité que le contenu de ces PowerPoints ne soit pas inclus dans le programme d’évaluation des Sciences.

 

En parallèle, dans les buts de déterminer la nature des messages adoptés dans l’éducation nutritionnelle et de mesurer leur contribution dans l’adoption d’un mode de vie sain, le contenu de 3 PowerPoints concernant le petit-déjeuner, les principes de l’alimentation saine et l’activité physique a été analysé selon des critères du projet international BIOHEAD (Carvalho et al., 2007). Cette analyse de contenu a révélé que les textes et les images adoptés lors des interventions sont conçus selon une approche biomédicale linéaire aux dépens de l’approche écologique recommandée actuellement. En effet, les messages en éducation nutritionnelle se centrent beaucoup plus sur le savoir et le savoir-faire que sur le savoir être et le savoir-agir. Ceci implique que l’éducation nutritionnelle telle qu’elle est présentée dans les documents utilisés lors des interventions en classe, favorise l’acquisition de connaissances sur les habitudes alimentaires saines mais contribue faiblement à la construction des compétences nécessaires à l’élève pour gérer sa propre santé. D’où l’importance d’impliquer les enseignants dans tout projet réalisé à l’école.

 

Les résultats des focus groupes et ceux de l’analyse de contenu ont permis d’identifier les failles dans les services de la cafétéria ainsi que de vérifier l’efficacité des interventions du centre diététique en classe. Ces résultats ont révélé le besoin d’inculquer l’éducation nutritionnelle à tous les niveaux scolaires et de modifier l’approche pédagogique adoptée dans la construction des activités éducatives.

 

 

3.2.3 La sensibilisation des parents et la prise en charge des élèves ayant un IMC élevé

 

            Dans l’objectif de diminuer la prévalence des élèves ayant un IMC élevé et de lutter contre l’obésité infantile. Le centre diététique a organisé pendant l’année 2011-2012 une conférence pour tous les parents du collège. Seulement  5% des parents ont assisté à ces conférences. Pour sensibiliser davantage les parents du collège aux différents axes du projets et pour les mobiliser la famille à adopter des habitudes alimentaires plus saines, le centre diététique a réalisé et a distribué des brochures et des circulaires à propos des principes de l’alimentation saine à tous les élèves du cycle Primaire au cycle Secondaire.

 

Par ailleurs, les élèves ayant un IMC élevé ont bénéficié aussi d’un suivi diététique personnel offert par le centre de restauration diététique. Des rencontres avec les parents de ces élèves ont été organisées par groupes de 50 pour garantir la réussite de ces diètes. Cependant, très rares sont les parents qui ont assisté à ces rencontres et par conséquent un nombre très restreint des élèves a bénéficié de ce service. Nous avons réalisé une enquête par questionnaire adressée aux parents des élèves concernés par le suivi diététique. Cette enquête a permis la mesure du degré de satisfaction des parents vis-à-vis de ce projet, de détecter les éventuels changements d’habitudes alimentaires familiales suite à la mise en place du projet et d’identifier les facteurs inhibiteurs et favorables à la réussite des régimes alimentaires proposés aux élèves.

 

 

4- Discussion et conclusion

 

Le présent travail de recherche consistait à étudier les effets à court termes d’un projet d’éducation nutritionnelle, implémenté par un centre nutritionnel au sein d’un établissement scolaire privé. L’évaluation visait à vérifier la contribution des activités du projet au développement des compétences des élèves d’ordre cognitif et psychosocial, à l’agencement d’un environnement sain et à la promotion de la santé à l’école. Notre intention de chercheur était de bénéficier des différents avantages des méthodes qualitatives (plus de détails, de profondeur) et quantitatives (généralisation des résultats) réduisant ainsi les faiblesses de chacune par la complémentarité de l’autre puisque les méthodes mixtes engendrent souvent des résultats de recherches supérieurs aux méthodes uniques (Johnson et Onwuegbuzie, 2004).

 

De par ses caractéristiques, le projet en éducation nutritionnelle que nous avons évalué apparait comme novateur dans le domaine de la promotion de la santé nutritionnelle et la prévention contre l’obésité parce que :

  • il consolide un partenariat durable entre un centre diététique et le collège ;
  • il a été construit en s’appuyant sur des éléments de prévention reconnus comme efficaces : durée, utilisation d’outils de prévention variés ayant démontrés leurs efficacité, réalisation des activités visant à développer les connaissances des élèves et leurs compétences psychosociales ;
  • il comprend un volet à destination des parents ;
  • il accorde un intérêt particulier aux élèves ayant un IMC élevé.

 

Les résultats de l’évaluation ont mis en évidence les points forts et les points faibles de ce projet à tous les niveaux : planification, organisation, la mise en place et le suivi régulier. Ils ont également démontré l’importance de l’implémentation d’un projet en éducation nutritionnelle dans le milieu scolaire et la nécessité qu’il soit cogérer par un responsable de l’école (enseignant ou personnel administratif), une diététicienne et un responsable du centre diététique. Il est vrai que l’univers familial est le premier lieu où l’enfant apprend les bonnes ou mauvaises habitudes alimentaires, mais les actions en éducation nutritionnelle réalisées au sein de l’école lui confèrent les moyens de développement des compétences nécessaires pour la gestion de sa santé et de son entourage (Jourdan, 2004). En effet, malgré  l’identification de lacunes dans l’implémentation du projet en éducation nutritionnelle étudié, les résultats de notre recherche montrent clairement que ce projet a un effet positif sur les habitudes alimentaires des élèves et de la famille, qu’il contribue légèrement au bien être des élèves et qu’il renforce aussi leur sentiment d’appartenance au collège.

En Sciences de l’éducation, les méthodes mixtes sont de plus en plus utilisées en vue de combiner les forces respectives des méthodes qualitatives et quantitative (Pluye et al., 2009). La méthodologie de recherche que nous proposons pourrait être utilisée pour évaluer l’implémentation de tout projet en promotion de la santé en milieu scolaire. Elle permet d’élucider le rôle des activités effectuées dans l’inculcation, chez l’élève, d’habitudes de vie saines.

 

 

  1. Remerciements

 

Cette recherche a été financée par «Hariri Foundation for Sustainable Human Development», Liban. La participation au colloque Aref 2013 est soutenue par l’UNIRES, Université Claude Bernard Lyon 1.

 

 

Nous remercions profondément Mme Tatiana Papazian pour son professionnalisme, son aide et ses conseils très précieux, Sœur Marlène Youssef, Mme Sonia Constantin, M. Fadi El Hage et M. Joseph Salameh de l’Université Saint Joseph pour leur confiance et support. Nous tenons également à remercier Mme Hiba Abou Alfa de Hariri Fondation, Mme Sawsan Wazzan Jabri et Mme Racha Adib de Diet Center pour avoir fourni toutes les informations sur le projet étudié.

 

 

  1.  Bibliographie

 

Affifi, R. & Dalli,R. (2012). Lebanon, 2011, Global School-based Student Health Survey.WHO

 

Carvalho Graça., dantas, C., Ranna, A-L., Luzi, D., Ruggier, R., Geier, C., Caussidier, C., Berger, D., Clément, P., (2007). « Health education approaches in school textbooks of 16 countries : biomedical model versus health promotion», In proceedings of International Organisation for Science and Technology Education (IOSTE) conference « Critical analysis of school sciences textbooks », Tunisia, 7-10 February 2007.

 

Chakar H & Salameh P. (2007). Courbes de croissance et prévalence de l’obésité chez les adolescents des écoles privées au Liban.J Med Liban  ; 55 (2) : 75-82.

 

Chakar H & Salameh P. (2011). Obésité et courbes de croissance chez les adolescents des écoles publiques au Liban. J Med Liban  ; 59 (2) : 80-88.

 

Crotty, M. (1998). The foundations of social research. Thousand Oaks : Sage.

 

Denzin, N. K. (1978). The research act : a theoretical introduction to sociological methods. New York : McGraw-Hill.

Johnson, R.B. & Onwuegbuzie, a. J. (2004). Mixed methods research: A research paradigm whose time has come. Educational Reasearcher, 33 (7), 14-26.

Jourdan, D. (2004). Quelle éducation nutritionnelle à l'école ? La santé de l’homme 374, novembre/décembre 2004, pp. 26-29.

Karsenti, T. (2006). Pragmatisme et méthodologie de recherche en sciences de l’éducation : passons à la version 3.0*. Formation et Profession Octobre 2006. P.2-5.

 

MTES. (2011). Programme national nutrition santé. Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. DICOM n° S-11-047. http://www.sante.gouv.fr/lancement-du-programme-national-nutrition-sante-pnns-2011-2015.html

 

Miles, M.B. & Huberman, A.M. (2003). Analyse des données qualitatives (2ème éd.). Bruxelles : De Boeck.

 

Pluye, P. Nadeau, L. Gagnon, M.P. Grad, R. Johnson-Lafleur, J. & Griffiths, F. (2009)

     « Les méthodes mixtes », Approches et pratiques en évaluation de programme, Valéry Ridde, V & et Dagenais, C. (dir.), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, p. 123-141.

 

Roberge, M.-C., & Choinière, C. (2009). Analyse des interventions de promotion de la santé et de prévention en  contexte scolaire québécois au regard de leur cohérence et de leur contribution à l’approche École en santé. Québec: Institut national de santé publique du Québec.

 

Rodrigo, C. Aranceta, J. (2001). School based nutrition education: lessons learned and new perspectives. Public Health Nutrition, 4, pp 131-139.

 

Saab, O. (2011). L’éducation à la santé en milieu scolaire au Liban : d’une approche analytique biomédicale vers une perspective écologique biopsychosociale. Thèse de doctorat, Beyrouth: Université Saint-Joseph.

 

Sahota, P. Rudolf, M. Dixey, R. Hill, A. Barth, J. Cade, J.  (2001). Evaluation of implementation and effect of primary school based intervention to reduce risk factors for obesity. BMJ, Volume 323, 3 November 2001.

 

Silverman, D. (2009). Doing qualitative research. (3rd ed.). London ; Thousand Oaks ; New Delhi : Sage

 

 


[1] IMC : Indice de Masse Corporelle qui est défini comme le poids en Kg divisé par le carré de la taille en m.

[2] La méthodologie de recherche, c’est la « stratégie, le plan d’action, le processus sous-jacent aux choix et à l’application de techniques de travail spécifiques nommées méthodes. Elle fait le lien entre le choix des méthodes et les résultats attendus » (Crotty, 1998, p. 3).