089 - La place des parents et des enfants en situation de placement en protection de l’enfance

Hélène Join-Lambert

CREF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France

 

Séverine Euillet

CREF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France

 

Pierrine Robin

REV, Université Paris Est Créteil Val de Marne, France

 

Diego Di Masi

LabRIEF, Universita degli Studi di Padoba, Italie

 

mots-clés: protection de l’enfance, placement, parents, enfants, usagers

 

Ce symposium s’inscrit dans le champ de l’éducation familiale et des interventions socio-éducatives auprès des familles. Il s’intéresse plus particulièrement à l’éducation des enfants par leurs parents et par les professionnels lors des situations de placement des enfants par l’Aide sociale à l’enfance. Après avoir longtemps étudié les pratiques professionnelles et institutionnelles et la formation des intervenants socio-éducatif, aujourd’hui, les chercheurs en Education familiale en France, comme au niveau international, s’intéressent de plus en plus au point de vue et à la place des enfants et des parents concernés. Ce nouvel éclairage sur les interventions paraît maintenant incontournable pour comprendre notamment la nature et la complexité des relations éducatives développées durant l’accueil des enfants (Delens-Ravier 2001). Cette orientation s’inscrit dans une dynamique plus large en Sciences de l’éducation, où le point de vue des jeunes (Debarbieux 2006, Glasman 2012) et la place des parents dans leur scolarité (Périer 2005, Kapko 2012) font l’objet d’un intérêt croissant. Ce symposium s’articulera autour de deux questions centrales. D’une part, il abordera les spécificités méthodologiques de l’approche du système de la protection de l'enfance par les parents et les enfants, notamment en termes de constitution des échantillons. D’autre part, il montrera l’apport original de cette approche pour l’analyse des interventions : qu’apprend-on de nouveau en interrogeant la place et le point de vue des enfants et des parents? Quels progrès peut-on espérer d’un point de vue scientifique, mais aussi, aux plans pratique et professionnel ? Trois recherches récentes et originales seront présentées. La première est une recherche européenne comparant les manières d’impliquer les parents dans l’éducation de leurs enfants placés, dans quatre pays. Les données d’ordre scientifique, législatif, politique et pratique, interrogent les ressources et les limites de l’implication des parents. La deuxième est une recherche longitudinale s’intéressant au point de vue des enfants vivant en famille d’accueil, de leurs parents, et des professionnels. Outre la pluralité des acteurs, l’intérêt repose ici sur le choix d’interroger, à six années de distance, les mêmes acteurs. Enfin, la troisième est consacrée au point de vue de jeunes anciennement placés sur la transition à l’âge adulte au sortir d’une mesure de protection. L’originalité réside dans la méthode de recherche par les pairs consistant à impliquer à toutes les étapes de la recherche, des jeunes ayant connu une expérience en protection de l’enfance.

Le rôle de ‘discutant’ a été accepté par Diego Di Masi, enseignant-chercheur au centre de recherches ‘Education familiale’ du département des Sciences de l’éducation de l’Université de Padoue (Italie). Ses recherches portent sur des outils de participation des parents au processus de prévention et de protection de leurs enfants. Cette expérience le met en position d’apporter des éclairages et questionnements précieux, afin de compléter les présentations et de lancer les débats.

 

Références bibliographiques:

Debarbieux E. (2006). Violence à l’école : un défi mondial ? Paris: Armand Colin.

Delens-Ravier I . (2001). Le placement d’enfants et les familles, recherche qualitative sur le point de vue de parents d’enfants placés. Liège: Jeunesse et Droit.

Glasman D. (2012). L’internat scolaire. Travail, cadre, construction de soi. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

Kapko S. (2012). Les devoirs à la maison, Mobilisation et désorientation des familles populaires. Paris: PUF.

Périer P. (2010). L'ordre scolaire négocié. Parents, élèves, professeurs dans les contextes difficiles. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

 

La place des parents d’enfants placés en Europe

 

JOIN-LAMBERT Hélène

CREF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Cet exposé synthétisera les résultats d’une recherche européenne menée de juin 2011 à août 2012, conjointement avec des chercheuses d’Angleterre, du Danemark et des Pays-Bas. L’équipe partait du constat que les enfants placés en protection de l’enfance, quelle que soit la durée et le mode de placement (familial ou institutionnel), sont amenés à revenir vers leurs parents au moment où ils quittent le placement. Or, la qualité des liens parents-enfants à la fin d’un placement ne permet souvent pas un retour en famille, ni même un soutien parental suffisant, en particulier pour les jeunes adultes sortis de placement. Se pose alors la question du travail entrepris par les services de protection de l’enfance durant le placement, pour maintenir ou recréer des relations familiales et faire évoluer la situation parentale qui se trouvait à l’origine de la décision de placement. L’objectif de la recherche était de faire un état des lieux des évolutions législatives, institutionnelles, et des pratiques de travail auprès des parents d’enfants placés en protection de l’enfance dans les quatre pays. Nous cherchions en particulier à repérer des pratiques innovantes ou se révélant particulièrement efficaces. Cet exposé sera centré sur les points saillants de la comparaison entre les pays, en faisant ressortir les principes sous-jacents aux législations, les écarts entre principes et pratiques, mais aussi, en donnant des exemples de pratiques décrites pour les différents pays. On s’aperçoit ainsi qu’une tendance commune incite les professionnels, depuis deux décennies, à mieux tenir compte des points de vue des parents, à leur permettre de participer davantage aux décisions à court ou long terme concernant leurs enfants. Mais parallèlement il faut constater également la montée en puissance du concept de droits de l’enfant, et la mise en concurrence fréquente entre les droits des parents et ceux des enfants, ces derniers ayant clairement la priorité aujourd’hui dans les pays européens. La place que peuvent occuper les parents dans les pratiques de placement est donc à situer dans cette tension entre la nécessité d’une part de protéger les enfants de leurs parents, et d’autre part, de maintenir ou créer des liens de qualité entre eux.

 

Références biliographiques:

Farmer E. , Lutman E. (2010). Case management and outcomes for neglected children returned to their parents: a five year follow-up study. DCSF-RB214. London: Department for Education.

Geurts, E.M.W., Knorth, E.J. & Noom, M.J. (2007). Contextual, family focused residential child and youth care: preliminary findings from a program evaluation study, Relational child and youth care practice, 20, 46-58.

Sellenet C. (2011). L'art d'accommoder les parents dans la loi de 2007, Les Cahiers Dynamiques, 1/ 49, 86 – 96.

 

Ce que les enfants accueillis en famille d'accueil nous disent d'eux

 

EUILLET Séverine

CREF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

L'accueil des enfants en famille d'accueil pose de nombreuses questions actuellement en France au dispositif de protection de l'enfance, telles que : Comment penser l'accueil à long terme ? Comment évolue la relation enfant/assistant familial ? Comment se développent les enfants ? Considérant l'accueil familial comme un système relationnel en équilibre où se rencontrent les acteurs, leurs processus psychologiques, leurs représentations ainsi que les modes d'accompagnement et d'intervention, le discours des enfants représente un support indispensable pour comprendre les dynamiques et les enjeux. Pour éclairer ces questions, nous proposons de nous appuyer sur le discours de 25 enfants âgés de 10 ans en moyenne, accueillis depuis leurs 2 ans en famille d'accueil. A l'aide de la passation lors d'un entretien de plusieurs questionnaires sur l'attachement et le développement en général (MDI-C : échelle composite de dépression pour enfants (Berndt et Kaiser, 1999), Inventaire d'Attachement Parent Adolescent (Larose et Boivin, 1991), Questionnaire d'Attachement Non-Résolu de l'Adolescent ( Thibaudeau, 2006), leur point de vue sur l'image qu'ils ont d'eux-mêmes, la façon dont ils se définissent, leur relation avec leur assistant familial et leurs parents a été recueilli. Les dimensions abordées lors de l'entretien effleurant les différents niveaux et acteurs de l'accueil familial, nous mettrons en perspective leur discours avec des réflexions sur les modes d'intervention, d'accompagnement et de positionnement professionnel. Connaître une partie du vécu subjectif des enfants vient apporter un nouvel éclairage, d'autant  qu'ils ont pu connaître dans leur parcours d'accueil plusieurs changements de lieux de vie et des séparations avec leurs frères et sœurs. Une analyse longitudinale viendra compléter, en mettant en parallèle ces résultats avec ceux obtenus lors d'une précédente recherche réalisée auprès des mêmes enfants, 6 ans plus tôt. Le décalage important existant entre les points de vue des assistants familiaux, des intervenants sociaux et des parents sur l'enfant, avait été mis en lien avec le niveau de développement socio-affectif de l'enfant et la qualité du positionnement parental/professionnel de l'assistant familial.

 

Références bibliographiques

Bernier, A., Ackerman, J.P., & Stovall-McClough, C.K. (2004). Predicting the quality of attachment relationships in foster care dyads from infants' initial behaviors upon placement. Infant behavior and development, 27, 366-381.

Moore, J., Palacio-Quitin, E., & Lacharité, K. (2003). L’attachement des adolescents placés en famille d’accueil : contribution d’une perspective qualitative. Revue Internationale de l’Education familiale, 7(2), 91-111.

Thibaudeau, P. (2006). L’attachement parental et l’ajustement psychosocial des adolescents : validation d’un instrument de mesure et étude du rôle médiateur de l’estime de soi. Thèse de doctorat en Psychologie, Université du Québec à Montréal.

 

Une recherche par les pairs en protection de l’enfance

 

ROBIN Pierrine

REV, Université Paris Est Créteil Val de Marne

 

A un moment où la science doit faire face à une double crise de scientificité et d’utilité (Pourtois, Desmet, Lahaye, 1993), les recherches-actions collaboratives ou les « participatory action research » se développent (Liebel 2010). Marquant un passage d’une perspective positiviste à une perspective constructiviste, ces recherches visent à rapprocher les communautés  de recherche et de pratique (Desgagné 1997). D’abord développées auprès de professionnels, puis d’adultes en situation d’usage des services sociaux, elles concernent plus tardivement, comme ici, des enfants et des jeunes en situation de vulnérabilité. La démarche présentée est une recherche par les pairs, sur la transition à l’âge adulte, au sortir d’une mesure de protection de l’enfance. A l’initiative de ce projet se trouve une collaboration entre une chercheuse de l’Université Paris Est Créteil et une conseillère technique de SOS Villages d’Enfant, à laquelle ont été associés deux chercheuses de l’UPEC. Elles ont aussi obtenu un soutien de l’Observatoire National de l’Enfance en Danger, de la Fondation d’Auteuil et des Conseils généraux du 92 et du 94, qui leur ont permis d’accéder à des jeunes pairs. Un groupe de 13 « jeunes chercheurs pairs » a été constitué. Ils sont âgés de 18 à 29 ans, partagent une expérience en protection de l’enfance, et ont des formations variées (du CAP au Bac +5). Suite à une formation aux méthodes de recherche, les jeunes chercheurs pairs sont associés à toutes les étapes du processus : de l’élaboration des questionnements, à l’analyse et l’interprétation, en passant par le recueil. Le choix a été fait par les jeunes chercheurs pairs de ne pas accéder aux enquêtés uniquement par les listes données par les partenaires, mais en utilisant aussi leur propre réseau. Trois méthodes ont été retenues par le groupe pour un premier temps d’enquête par entretien individuel : une trame de « discussion », un questionnaire auto-renseigné, et un photo-langage. On est donc ici dans une approche qui mêle méthodes de recherches traditionnelles et adaptation des méthodes. Mais surtout le protocole témoigne de la sensibilité des jeunes chercheurs pairs au recueil et au soutien de la parole de jeunes, qu’ils savent méfiants à raconter leurs parcours. Les résultats ne peuvent donc que laisser des traces dans une pratique de recherche, pour un renouvellement des processus méthodologiques et des formes de connaissances.

 

Références bibliographiques:

Desgagné S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants, Revue des sciences de l'éducation, Volume 23, numéro 2, 1997, p. 371-393.

Liebel M. & alii (2010). Enfants, droits et citoyenneté. Faire émerger la perspective des enfants sur leurs droits, Paris : L’Harmattan.

Pourtois J-P., Desmet H. & Lahaye W. (1993). La pratique interagie de la recherche et de l'action en sciences humaines, Revue Française de Pédagogie (105):71-81.