077 - Les conséquences de la réforme de la formation des enseignants sur le développement professionnel des étudiants des masters d’enseignement.

Bruno Perrault

Université d’Artois, IUFM Nord-Pas de Calais. Laboratoire Récifes.

 

Mots clés : mastérisation de la formation initiale des enseignants, développement professionnel des enseignants, évaluation de formations qui visent la construction de compétences.

 

Depuis la rentrée universitaire 2010, la formation des enseignants et la préparation au concours de recrutement des professeurs des écoles se déroulent dans le cadre des masters d’enseignement. Cette réforme, dénoncée dès sa création par les acteurs du système éducatif, a fait l’objet de critiques très sévères dans les rapports qui ont suivi son entrée en application (Jolion, 2011 ; Gonthier-Maurin, 2012). Ces rapports, accablants, épinglent une formation professionnelle mise à mal par une réduction drastique de la période de stage en école et par la préparation au concours qui relègue au second plan la formation au métier et l’initiation à la recherche pourtant reconnue essentielle. Une première étude menée en juin 2011 à l'IUFM Nord-Pas de Calais évaluant les conséquences de la mastérisation sur la professionnalisation va dans le sens des critiques les plus sévères qui lui sont adressées (Perrault & al, 2011). Menée auprès d’une population atypique, elle a été reconduite en juin 2012. Elle compare les effets du dispositif de formation antérieur à la réforme à ceux enregistrés dans le cadre du nouveau dispositif dans le développement professionnel des usagers. Sur le plan conceptuel, l’étude s’appuie sur les notions de développement professionnel et de  sentiment d’efficacité personnelle ; le premier étant défini comme un processus d’acquisition de compétences effectué à différents moments de la carrière (Uwamariya & Mukamurera, 2005 ; Lefeuvre et al, 2009), le second désignant la capacité de tout individu à évaluer ses compétences à organiser et à réaliser une tâche dans des situations et des contextes spécifiques (Bandura, 2002). Sur le plan méthodologique, le modèle d’évaluation du développement professionnel repose sur 4 niveaux d’analyse. Tout d’abord, nous estimons la contribution du plan de formation dans la construction des compétences définies dans le référentiel (ou sentiment de formation). Nous nous intéressons ensuite à la perception par les étudiants de leur niveau de maîtrise de ces compétences (ou sentiment de compétence). Nous poursuivons par l’analyse des effets de la formation dans l’évolution de la maîtrise professionnelle. Nous terminons par la mise en relation des compétences « ressenties » par les étudiants (auto-évaluation) avec les évaluations portées par les enseignants sur les mêmes compétences (hétéro-évaluation). Un problème se pose pour ce 4ème niveau d’investigation. Si dans l’ancien dispositif de formation, la constitution du portfolio de compétences par les étudiants et son évaluation par les enseignants avait permis de valider la démarche d’auto-évaluation (Perrault & al, 2010), le nouveau dispositif n’offre plus cette perspective ni d’autres alternatives. Au final, la mesure du développement professionnel s’appuie sur les 3 premiers niveaux d’analyse et reprend à l’identique le protocole développé les années précédant la mastérisation, le référentiel de compétences demeurant inchangé. Elle repose sur un ensemble de 33 compétences qui décrivent des gestes professionnels définis dans ce référentiel. L’étude, menée sous forme d’enquête par questionnaires, compare les représentations des étudiants des deux premières promotions du Master SMEEF[1] 2ème année (N = 313) à celles des 3 dernières cohortes de professeurs des écoles stagiaires en IUFM (N = 2 223) soit un effectif total de 2 536 répondants.

 

Références bibliographiques

- Bandura, A. (2002). Auto-efficacité : le sentiment d'efficacité personnelle. De Boeck.

- Gonthier-Maurin, B. (2012). Rapport de la mission d’information du sénat sur le métier d’enseignant. 38 pages.

- Jolion, JM. (2011). Mastérisation de la formation initiale des enseignants : enjeux et bilan. Rapport du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 43 pages.

- Lefeuvre, G. Garcia, A. Namolovan, L. (2009). Les indicateurs du développement professionnel. Questions vives. Vol.5 n°11.

- Perrault, B. Brassart, DG, Dubus, A. (2010). Evaluation des formations, évaluation des acquis des professeurs-stagiaires des premier et second degrés à l’IUFM Nord-Pas de Calais. Rapport de l’IUFM Nord-Pas de Calais, 114 pages.

- Perrault, B. Brassart, DG. Van Ost, L. Dubus, A. (2011). Perception par les étudiants des compétences construites à l’issue du M2 du master SMEEF-PE (2010-2011). Un premier bilan provisoire de la mastérisation de la formation des professeurs des écoles dans l’académie de Lille. Rapport de l’IUFM Nord-Pas de Calais, 89 pages.

- Uwamariya, A. & Mukamurera, J. (2005). Le concept de « développement professionnel » en enseignement : approches théoriques. Revue des sciences de l’éducation, 31(1), 133-155.



[1] Sciences et Métiers de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation.