074 - Transformations de l’activité professionnelle de professeurs stagiaires débutants en situation de vidéo formation et en classe

Serge Leblanc

LIRDEF, IUFM-Universités Montpellier 2 et 3, France

 

Alain Jean

LIRDEF, IUFM-Universités Montpellier 2 et 3, France

 

Geneviève Zoïa

LIRDEF, IUFM-Universités Montpellier 2 et 3, France

 

Discutants:

Valérie Lussi Borer et Alain Muller

CRAFT, Université Genève, Suisse

 

Mots-clés: Vidéo formation, formation des enseignants, développement professionnel

 

Depuis quelques années, l’utilisation de la vidéo dans les dispositifs d’analyse de pratiques professionnelles ou dans la formation initiale des enseignants s’est accrue sur la scène internationale (Gaudin & Chaliès, 2012). Cette intégration de la vidéo vise à faciliter la construction de compétences professionnelles en établissant des liens plus explicites entre la formation à l’université et les stages et/ou la pratique en établissement scolaire. Si ces dispositifs sont de plus en plus utilisés, on sait peu de chose sur la manière dont les expériences qu’ils suscitent en formation peuvent donner lieu à la construction de nouvelles connaissances et/ou compétences professionnelles et encore moins si ces expériences suscitent ou non des transformations effectives de l’activité professionnelle. L’activité de comparaison entre ce qu’ils perçoivent d’une situation filmée-commentée et ce qu’ils font dans leur classe nous apparaît être un puissant levier de transformation de leur activité professionnelle. Mais cette articulation reste le plus souvent implicite en formation et les chercheurs se limitent pour l’instant à postuler que les utilisateurs feront une auto-analyse qui leur sera utile si ce n’est pour agir directement au moins pour reconnaître des situations professionnelles correspondantes sur le terrain.

Ce symposium rendra compte d’une étude longitudinale exploratoire qui s’est focalisée sur les transformations de l’activité professionnelle imaginées et réalisées de trois professeurs stagiaires d’un même établissement scolaire (collège) suivis soit en contexte de vidéo formation via la plateforme Néopass@ction, soit en contexte de classe, soit dans les deux contextes. Le suivi réalisé par trois chercheurs sur les six premiers mois de l’entrée dans le métier (4 recueils par professeur-stagiaire) a permis d’identifier la nature, l’effectivité de ces transformations et les principales sources d’influence. Les chercheurs participant à ce symposium exposeront leur implication dans le processus de recherche et leur analyse spécifique à partir de cadres théoriques différents dont la compatibilité scientifique sera également discutée : le modèle des gestes professionnels (Bucheton, 2009), le cadre du cours d’action (Theureau, 2004), une approche ethnologique (Latour, 2006). Ces analyses rendront compte a) des principales préoccupations, anticipations et savoirs professionnels construits par les professeurs-stagiaires ainsi que de leurs évolutions au fil des premiers mois d’expérience professionnelle, b) des lignes de tensions repérées entre le vécu imaginé et le vécu réalisé et c) des sources d’influence des transformations de leur activité, des effets de la plateforme et du dispositif de recherche.

 

Références :

Bucheton, D. (Ed.) (2009). L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés. Toulouse : Octarès.

Gaudin, C. & Chaliès, S. (2012). L’utilisation de la vidéo dans la formation professionnelle des enseignants novices : revue de littérature et zones potentielles d’étude. Revue Française de Pédagogie. 178, 115-130.

Latour, B. (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Theureau, J. (2004). Cours d’action: méthode élémentaire. Toulouse : Octarès.

 

Communication n°1

Simulation vidéo, imagination et transformation de l’activité professionnelle

 

Mots-clés : Expérience mimétique, vidéo formation, formation des enseignants

 

La confrontation d’enseignants débutants à l’activité de pairs ou quasi pairs via des extraits filmés-commentés constitue une médiation potentiellement puissante entre deux expériences : celle vécue en classe et celle vécue dans la situation de vidéo formation. Mais cette articulation reste le plus souvent implicite en formation et n’est pas ou peu exploitée dans une perspective d’aide à la transformation de l’activité professionnelle. La recherche, quand à elle, est en difficulté pour déconstruire et reconstruire un processus complexe de mises en relation d’expériences vécues par les acteurs dans des espaces différents (en formation et au travail) et sur des temporalités longues (un semestre, une ou plusieurs années), d’autant plus que ce processus de « transformations silencieuses » (Jullien, 2009) des mondes d’expériences des enseignants est peu conscientisé et donc difficile à appréhender. Chercher à comprendre ce processus d’individuation impose d’envisager l’articulation et la relation entre le passé et l’avenir, le potentiel et le réalisé à travers les capacités de perception, de mémoire, d’imagination et d’invention de l’acteur. En nous appuyant sur la « théorie du cycle de l’image et de l’invention » développée par Simondon (2008), nous appréhendons le potentiel d’apprentissage-développement des situations d’observation-analyse vidéo à partir des liens étroits qu’il établit entre la « capacité de percevoir » et la « force d’imaginer ». Dans le cadre d’une formation professionnelle en alternance, où le sujet est séparé, éloigné de l’activité de travail, nous postulons que la confrontation à des environnements vidéo numériques sollicite a) la « suggestion » qui est un « appel d’images » sur la base d’autres images, b) des processus d’anticipation sur la base « d’ébauches de perception », et c) des processus de symbolisation sur la base « d’images-souvenirs » (ibid.). La navigation dans la plateforme est vécue comme une « expérience mimétique active » et suscite potentiellement un enrichissement des expériences de classe à partir d’une démarche « transductive ».

L’analyse de ces processus d’imagination porte sur des données recueillies lors de trois sessions de travail sur la plateforme de vidéo formation (étalées de septembre 2011 à janvier 2012) avec deux enseignants stagiaires. Les verbalisations simultanées et interruptives (Theureau, 2004) produites tout au long de leur navigation (6h d’enregistrement vidéo) ont été suscitées par un questionnement et des relances du chercheur-interlocuteur les invitant à expliciter leur activité dans la plateforme de vidéo formation, à énoncer les pistes concrètes qu’ils élaboraient au fur et à mesure et à faire un « retour sur expérience » d’une séance sur l’autre. L’analyse a permis de mettre en évidence quatre types de transformations de l’activité qui articule expériences mimétiques en vidéo formation et expériences en classe : a) des  transformations projetées en classe inspirées par des extraits vidéo de classe ou de commentaires, b) le renforcement de ces projections en classe grâce à des prises de conscience à travers l’image ou les propos d’autrui, c) des transformations testées en classe sur la base des pré-scénarisations anticipées en vidéo formation et d) des transformations projetées en vidéo formation mais non explorée en classe car sujettes à d’autres influences.

 

Références :

Jullien, F. (2009). Les transformations silencieuses. Paris : Grasset.

Simondon, G. (2008). Imagination et invention. Lonrai : La transparence.

Theureau, J. (2004). Cours d’action: méthode élémentaire. Toulouse : Octarès.

 

Communication n°2

Une étude longitudinale du développement professionnel de professeurs stagiaires, au travers de l’évolution de savoirs professionnels mobilisés en situations de classe

 

Mots-clés : Didactique professionnelle, gestes professionnels d’ajustement, développement professionnel

 

Dans le cadre de cette recherche autour de l’utilisation du site Néopass@ction, notre étude portait sur l’analyse de l’activité mobilisée par ces enseignants en situations de classe, et, au travers de son évolution, sur l’observation des développements professionnels (Wittorsky, 2007) éventuels et les formes qu’ils pouvaient prendre. De façon plus précise, notre question de recherche portait sur le développement professionnel repérable et observable sur une année scolaire. Quelles formes peut prendre un éventuel développement professionnel, perceptible chez les enseignants stagiaires en situation de responsabilité de classe ? Quels éléments construisent ce développement professionnel et quelles sont les évolutions de ces éléments durant l’année scolaire particulière que vivent ces enseignants en formation par alternance ? Nous avons essayé de repérer et de percevoir, chez ces enseignants en formation, l’évolution de trois concepts qui nous semblaient incontournables pour alimenter notre question de recherche : les « savoirs professionnels » (Schön, 1994 ; Raisky, 2008 ; Altet, 2008) dont les approches sont diverses, le concept de « style » de Clot (1999), et celui de « gestes professionnels d’ajustement » (Bucheton, 2009).

Nous inscrivant dans une perspective ergonomique, utilisant la clinique de l’activité (Clot, 1999), mobilisant des concepts de didactique professionnelle (Pastré, 2011), sur l’agir enseignant (Bucheton, 2011), nous avons étudié les discours des acteurs, sur leur activité à partir de traces de cette activité et leurs évolutions, notamment au travers d’analyses langagières des situations de classe filmées et des entretiens d’autoconfrontation simples. Nous avons donc organisé trois voire quatre enregistrements, suivies d’entretiens régulièrement espacées dans le temps en situation de classe. Le protocole était sensiblement identique à chaque fois et pour chaque professeur stagiaire, c'est-à-dire la même classe, le même créneau horaire pour l’enregistrement vidéo de la situation de classe, suivi dans l’heure qui suivait d’un entretien d’autoconfrontation simple d’une heure dans une salle dédiée. Une dizaine de situations de classe et autoconfrontations ont donc été enregistrées puis analysées au travers de leurs verbatim.

Cette communication se propose de présenter quelques éléments de résultats de cette recherche au travers des évolutions constatées de savoirs professionnels mobilisés par ces jeunes enseignants, de styles en construction et des combinaisons de gestes professionnels d’ajustement. Nous proposons de mener les discussions autour de deux questionnements :

Au travers des éléments qui émergent de nos recherches, concernant les ressources personnelles, construites et mobilisées par ces jeunes enseignants, peut-on parler de savoirs professionnels ? Ces éléments peuvent-ils contribuer à définir ce type de savoirs ?

Quels liens peut-on faire avec les recherches de mes collègues de l’équipe, pour mieux se représenter l’utilisation qui est faite du site Néopass@ction et son influence sur le développement professionnel de ces professeurs stagiaires pendant cette année de formation ?

 

Références :

Altet M. (2008). « Rapport à la formation, à la pratique, aux savoirs et reconfiguration des savoirs professionnels par les stagiaires », in Philippe Perrenoud et al., Conflits de savoirs en formation des enseignants Bruxelles : De Boeck Université. p. 91-105.

Bucheton, D. (2009, dir.). L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés. Toulouse : Octarès.

Clot, Y. (1999). La fonction psychologique du travail. Paris : Presses universitaires de France.

Lenoir, Y., Pastré, P. (2008). Didactique professionnelle et didactique disciplinaires en débat. Toulouse: Octares.

Pastré, P. (2011). La didactique professionnelle. Approche anthropologique du développement des adultes. Paris : PUF.

Raisky, C. (2008). Une histoire de didactique. Dans Y, Lenoir & P, Pastré (Eds), Didactique professionnelle et didactique des disciplines en débat. Toulouse : Octares.

Schön, D.A., (1994). Le praticien réflexif, A la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel. Montréal : Les Éditions Logiques.

Wittorski, R. (2007). Professionnalisation et développement professionnel. Paris : L’Harmattan.

 

Communication n°3

Lecture anthropologique de Néopass à partir d’une recherche collaborative

 

Mots-clés : approche ethnologique, épreuve, typification

 

Cette communication s’attachera à décrire les modalités concrètes de l’implication d’une approche ethnologique dans le cadre d’une recherche interrogeant les transformations de l’activité professionnelle de professeurs stagiaires par l’usage de l’outil de formation Néopass. Elle se présente donc à la fois comme une relation d’enquête et comme une proposition critique constructive sur les effets conférés à la vidéo par les chercheurs représentant ce courant de recherche. D’une part, en appui sur les notions de disposition (Lahire), d’épreuve (Boltanski, Martucelli) nous chercherons à rendre compte d’un processus complexe de socialisation professionnelle. En effet, si la signification des expériences vécues semble aller de soi (travail de construction invisible et silencieux pour leur donner du sens), la façon dont les sujets « réveillent » leurs savoirs et construisent le monde social varient selon les biographies. Des « typifications » (Schütz) sont mises à l’épreuve au sein de cette activité des individus, mais aucune interprétation ne détient de nécessité ni de logique supérieure. Pour chacun des individus et de façon différente, ces typifications - construites dans les biographies - sont à la fois des outils de compréhension de ce qui est éprouvé, et des outils de réorganisation permanente de l’expérience. A travers l’enquête auprès des stagiaires, nous montrerons quelques un de ces actants (Latour) : famille, rencontres, communauté, objets, pairs… et questionnerons la production à travers l’outil Néopass d’un « stéréotype ». D’autre part, nous considèrerons Néopass comme un espace de l’expression de la norme, à savoir l’interprétation implicite et centrale de l’institution scolaire comme en crise sur les questions d’autorité.

 

Boltanski, L. Thévenot, L. (1991). De la justification ; les économies de la grandeur. Paris:Gallimard.

Lahire, B. (2012). Monde Pluriel. Penser l'unité des sciences sociales. Paris: Seuil.

Latour, B. (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Martucelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine. Paris : Armand Colin.

Schutz, A. (1987).  Le chercheur et son quotidien. Paris: Méridiens Klincksieck.