046 - Comment les Professeurs des Ecoles enseignent-ils une discipline qu’ils ne maîtrisent pas ?

Miryam Massot-Leprince

Université de Nantes – Laboratoire du CREN

 

Mots clé : Professeurs des Ecoles – enseignement de la danse – activité dirigée -  gestes professionnels

 

L’objet de la recherche est de tenter de comprendre comment, dans le cadre de leur polyvalence, les Professeurs des Ecoles français s’y prennent pour enseigner les disciplines qu’ils maîtrisent mal. Comment et à partir de quel savoir de l’enseignant, les Professeurs des Ecoles transforment-ils une discipline en contenu d’enseignement ? Comment les Professeurs des Ecoles relient-ils les transformations particulières de ce contenu à ce que les élèves viennent à comprendre ? Comment les Professeurs des Ecoles décident-ils de ce qui est à enseigner, comment se le représentent-ils et le représentent-ils, comment sollicitent-ils les élèves à ce propos, et comment traitent-ils les problèmes de mécompréhension ? Quelles sont les sources du savoir professoral ?

Qu’est-ce qu’un Professeur des Ecoles sait et comment vient-il à le savoir? Comment le nouveau savoir est-il acquis, le savoir ancien récupéré, et les deux combinés pour former un nouveau savoir ? Comment le Professeur des Ecoles utilise-t-il sa connaissance du contenu pour produire de nouvelles représentations ? Comment le Professeur des Ecoles se sert-il de son expertise disciplinaire lorsqu’il enseigne? Quel est le prix pédagogique à payer lorsque les compétences disciplinaires du Professeur des Ecoles sont compromises en raison de déficiences dans la formation?

C’est l’action (les actions) mentale(s) et matérielles(s) du Professeurs des Ecoles qui nous préoccupe(nt). Notre investigation s’appuie sur l’expérience vécue par les Professeurs des Ecoles qui se lancent dans l’enseignement de la danse à l’école primaire.

Notre recherche prend son ancrage dans un système d’actions en référence à celui de VERMERSCH (2003) qui place l’action vécue au centre d’un système d’informations. (contexte - Savoirs théoriques et/ou règlementaires - Intentions, buts, finalités - représentations)

Notre recherche prend son ancrage dans un système d’actions en référence à celui de VERMERSCH (2003) qui place l’action vécue au centre d’un système d’informations.

Dans une logique verticale, nous investiguons le contexte, à savoir l’école primaire et l’identité professionnelle du Professeur des Ecoles (PEYRONNIE, 1998) dans le cadre de difficultés partagées (DUBAR, 2000) et des personnalités marquées (LAHIRE, 2004 ). Nous interrogeons ensuite les représentations (BLIN, 1997 – MOSCOVICI, 1989 – JODELET, 1989) de la danse (IZRINE, 2002), de l’enseignement, de l’enseignement de la danse.

Dans une logique horizontale, ce sont les savoirs institutionnels, pédagogiques et didactiques (ARGUEL, 1992 - CAPODI, 1998 – PEREZ et THOMAS, 1994) et les intentions qui font l’objet de nos interrogations. Le travail des enseignants sera alors observé au regard des travaux de la psychologie du travail (CLOT, 2006 – LEPLAT, 1997) et de l’analyse des gestes professionnels enseignants  (BUCHETON, 2009)

D’un point de vue méthodologique, un questionnaire adressé aux Professeurs des Ecoles, les interrogeant sur leurs cursus de formation, leurs pratiques sportives, artistiques et culturelles, leur enseignement et leurs caractéristiques personnelles nous informe sur  l’identité des enquêtés et leur contexte de travail permet par une première analyse quantitative  de dégager des caractéristiques propres à ce corps de métier. L’analyse statistique implicative (ASI) structure ce travail en mettant en évidence des régularités et des implications. (GRAS, R. et KUNTZ, P., 2007 – BAILLEUL, 1995).  Nous pouvons alors en déduire des tendances. Une analyse qualitative du discours de trois enseignantes en position d’enseignement de la danse nous amène à distinguer des typologies. (BUCHETON, 2009 PERRENOUD, 1999)

Nous présentons notre travail en se posant la question de l’enseignement du point de vue de l’enseignant lui-même qui se demande si ce qu’il propose permet de développer des compétences chez les élèves. Il s’agit alors de prendre en compte les données de l’acte pédagogique (le contenu d’enseignement, l’activité des élèves et la relation maître/élève) et ainsi pouvoir construire un outil transférable à toutes les disciplines.

 

Bibliographie :

BAILLEUL, M. (1995). Une approche statistique des représentations de l’enseignement des mathématiques chez les enseignants de mathématiques de collège et de lycée. Recherches en didactiques des mathématiques. Vol 15, n° 2, (pp 9 – 30).

BLIN, J. F. (1997). Représentations, pratiques et identités professionnelles. Action et savoir. L’Harmattan.

BUCHETON, D. (2009). L’agir enseignant : des gestes ajustés. Editions Octares.

CAPODI, M. (1998). L’enseignement de la danse en EPS: Quelle(s) parole(s) sur le corps ? in Histoire de corps. Cité de la musique. Paris.

CLOT, Y. (2006). La fonction psychologique du travail. PUF Le travail humain.

DUBAR, C. (2000). La socialisation  construction des identités sociales et professionnelles. Editions A. Colin.

GRAS, R. et KUNTZ, P. (2007). Nouveaux apports théoriques à l’Analyse Statistique Implicative et Applications. L’Analyse Statistique Implicative (A.S.I.) n° 4  (pp. 15 – 40).

JODELET, D. (1989). Les représentations sociales. PUF.

IZRINE, A. (2004). La Danse dans tous ses états -  Edition de L’Arche.

LAHIRE, B. (2004). La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Collection La découverte/poche.

LEPLAT, J. (1997). Regards sur l’activité en situation de travail. Paris : PUF.

MOSCOVICI, S( 1989). Des représentations collectives aux représentations sociales  in JODELET, D. (1989). Les représentations sociales. PUF.

PERRENOUD, P. (1999). Enseigner : agir dans l’urgence, décider dans l’incertitude. ESF éditeur.

PEYRONIE, H. (1998). Instituteurs : des maîtres aux professeurs d’écoles. PUF.

VERMERSCH, P. (nouvelle édition 2003) L’entretien d’explicitation. ESF éditeur.