016 - Les pratiques d’enseignement du français déclarées par des enseignantes en adaptation scolaire

Stéphanie Leblanc

Université du Québec à Rimouski, Canada

 

R’Kia Laroui

Université du Québec à Rimouski, Canada

 

Brigitte Plante

Université du Québec à Rimouski, Canada

 

Mots-clés : didactique du français, approche intégrée de l’enseignement du français, élèves en difficulté, adaptation scolaire

 

L’approche intégrée suggère que les situations d’enseignement-apprentissage fassent interagir les diverses composantes de l’enseignement du français : oral au niveau expressif et réceptif, lecture, écriture, littérature, etc. Cela implique aussi de décloisonner les apprentissages faits en français en les intégrant aux autres disciplines (Simard, Dufays, Dolz et Garcia-Debanc, 2010). Au regard de la psychologie cognitive tel que l’expose Tardif (1992), cette intégration des diverses composantes de l’enseignement du français est favorable pour le traitement des informations par les apprenants. En effet, les situations d’enseignement-apprentissage ainsi planifiées sont riches et complexes et nécessitent l’établissement de liens entre les informations. De ce fait, elles s’apparentent à des situations de résolutions de problèmes. Elles sont signifiantes et motivantes, puisqu’elles se rapprochent des situations de la vie réelle. L’activité cognitive est très active dans ce type d’apprentissage, ce qui est favorable au traitement des informations, à la rétention de celles-ci et au transfert des apprentissages. Divers travaux (Reuter, 1995; Nonnon, 2002; Pressley, 2007; Cavanagh, 2008) montrent d’ailleurs que les activités qui intègrent la lecture, l’écriture et l’oral dans un contexte signifiant sont celles qui favorisent le plus le développement des compétences dans ce domaine.

Or, nous nous demandons si les enseignants en adaptation scolaire (éducation spéciale) enseignent le français selon une approche intégrée, ou plutôt, privilégieraient le cloisonnement des apprentissages, afin, présumeraient-ils, d’éviter de surcharger cognitivement leurs élèves en difficulté. Une revue des écrits nous indique qu’il semble y avoir peu de connaissances à cet égard. Ainsi, afin de connaître les pratiques d’enseignement du français utilisées en classe d’adaptation scolaire, une collecte de données par entrevues individuelles semi-dirigées (Savoie-Zajc, 2002) a été réalisée auprès de cinq enseignantes de l’adaptation scolaire du primaire et du début secondaire ayant plus de cinq ans d'expérience. Cette étude a été menée dans les régions du Bas Saint-Laurent, de la Gaspésie et du Centre du Québec, au Canada.

Les résultats montrent que les enseignantes interrogées font parfois appel à l’approche intégrée lorsqu’elles enseignent le français. Pour ce faire, elles combinent diverses ressources, dont entre autres les TICS, qu’elles utilisent de façon innovante et originale. Cela ne les empêche pas pour autant, pour l'essentiel, de cloisonner certains apprentissages. En somme, il ressort de ces entrevues que les enseignantes ont le souci que les situations d’enseignement-apprentissage du français soient diversifiées. Des exemples de pratiques utilisées seront présentés et discutés. Le but de cette étude est de contribuer à l’avancement des connaissances sur les pratiques enseignantes du français utilisées en classe d’adaptation scolaire.

 

Références bibliographiques :

Cavanagh, M. (2008). Principes pour guider la conception d’une séquence didactique en écriture. Dans D. Alamargot, J. Bouchand, E. Lambert, V. Millogo & C. Beaudet (Dir.), Proceedings of the International Conference « de la France au Québec : l’Écriture dans tous ses états. Poitiers, France [En ligne]. Accès : http://www.poitou-charentes.iufm.fr/IMG/pdf/Cavanagh.pdf

Nonnon, E. (2002). Des interactions entre oral et écrit : Notes, traces écrites et leurs usages dans la pratique de l’oral. Pratiques, 115-116, 73-92.

Pressley, M. (2007). Achieving Best Practices. Dans L. B. Gambrell, L. M. Morrow et M. Pressley (Dir.), Best practices in literacy instruction (Third Édition) (pp. 397-404). New York : The Guildford Press.

Reuter, Y. (1995). Les relations et les interactions lecture-écriture dans le champ didactique. Pratiques, 86, 5-23.

Savoie-Zajc, L. (2002). L’entrevue semi-dirigée. Dans B. Gauthier (Dir.), Recherche sociale De la problématique à la collecte de données (pp. 262-285). Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Simard, C., Dufays, J.-L., Dolz, J. & Garcia-Debanc, C. (2010). Vers un enseignement intégré du français. Dans C. Simard, J.-L. Dufays, J. Dolz & C. Garcia-Debanc (Dir.), Didactique du français langue première (pp.353-360). Bruxelles : De Boeck.