*002 - Avantages ludo-éducatifs et interculturels des simulations 3D pour l’apprentissage d’une langue étrangère

En l'absence de dépôt de l'auteur, voici le projet déposé avant expertise.

 

Fella Benabed

Université Badji Mokhtar d’Annaba, Algérie

 

Mot-clés: simulation 3D, motivation, communication, collaboration, compréhension interculturelle, avatar, ludo-éducation

 

Dans la communication proposée, je tenterai d’expliquer les avantages de la simulation 3D dans le développent de la motivation, la créativité, les compétences communicatives, collaboratives et interculturelles de l’apprenant d’une langue étrangère. Il peut créer un avatar humanoïde fidèle à la réalité ou complètement fictif pour communiquer en temps réel avec ses pairs ou des locuteurs natifs, dans des environnements virtuels immersifs (village, immeuble, entreprise, hôtel, hôpital, etc.). Cette pédagogie ludo-éducative prend en compte les différentes dimensions de l’apprenant en tant qu’‘homo ludens’, ‘homo faber’ et ‘homo sapiens’. Conscients de ces avantages, de plus en plus d’enseignants de langues étrangères, ainsi que des institutions comme ‘the British Council’, ‘l’Instituto Cervantes’ et des départements de grandes universités comme utilisent des métavers comme Second Life en tant que plateformes d’enseignement à distance. L’approche sociocognitive est idéale dans un tel environnement car l’apprenant se retrouve dans une communauté d’apprentissage, dans laquelle il doit interagir pour acquérir des connaissances. Ceci implique également une approche actionnelle qui procure un sentiment de présence par des mécanismes sensori-moteurs comme la perception visuelle, sonore et kinesthésique, et des mécanismes cognitifs, notamment la mémoire spatiale. En outre, l’apprenant peut à travers la simulation s’approprier une langue-cible dans l’univers socioculturel de celle-ci, ce qui autrement nécessiterait un stage linguistique fort couteux. Elle facilite la compréhension interindividuelle et interculturelle, en permettant à l’apprenant de s’excentrer pour développer son empathie. En d’autres termes, il apprend à se détacher de son propre cadre de références pour comprendre celui de l’autre. Il y prend conscience des différences entre les individus et les cultures, et acquiert ainsi, au-delà des compétences linguistiques, des aptitudes de médiation sociale et de négociation interculturelle.